Exploitation des gaz de schiste - Québec défend le comité responsable de l'EES

Québec — Le ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs a défendu bec et ongles la composition du comité responsable de la réalisation de l'évaluation environnementale stratégique (EES) visant l'exploitation des gaz de schiste.

Selon la porte-parole du ministère, Hélène Simard, il est «erroné sinon tendancieux» d'écrire, comme le faisait Le Devoir dans son édition d'hier, que 8 des 11 personnes qui composent ce comité représentent le secteur privé et le gouvernement. On ne peut pas non plus affirmer qu'aucun écologiste n'y participe.

Le comité est composé de trois représentants des trois ministères touchés — soit son président, Robert Joly, du MDDEP, qui est écologiste de formation, Sébastien Desrochers, du ministère des Ressources naturelles et de la Faune, et Lucie Ramsay, du ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire — et de deux représentants de l'industrie, soit Jean-Yves Lavoie, de Junex, et de Marianne Molgat, de Talisman Energy. Le comité comprend aussi deux représentants du monde municipal et deux représentants de la société civile.

Un des deux représentants de la société civile, Michel Lamontagne, ne provient pas du secteur privé, a soutenu Mme Simard, bien qu'il soit administrateur d'un regroupement de l'industrie environnementale, Réseau environnement. M. Lamontagne, qui détient une maîtrise en écologie, fut le premier président du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE). Il a été pendant neuf ans directeur des Muséums nature (Jardin botanique, Planétarium, Insectarium et Biodôme) à la Ville de Montréal.

Recommandés

Enfin, les deux représentants du monde municipal ont été recommandés par l'Union des municipalités du Québec (UMQ) et par la Fédération québécoise des municipalités (FQM), a souligné le ministère. Jean Perras est conseiller au sein de la firme de comptable Raymond Chabot Grant Thornton. Il a été maire de la municipalité de Chelsea, en Outaouais. Quant à Pierre Boucher, il est un ingénieur qui a été actif à l'Association canadienne du ciment et chez Innergex.

Le BAPE a fourni une liste de candidats au ministre Pierre Arcand, qui a fait son choix à partir des recommandations du ministère. «On a travaillé à partir des recommandations du BAPE en ajoutant la présence de représentants de la société civile, a indiqué Mme Simard. Un des défis, c'était d'avoir un comité avec des expériences pertinentes, mais surtout complémentaires.»

La députée de Vachon et porte-parole de l'opposition officielle, Martine Ouellet, a réclamé que la responsabilité de mener à bien l'EES soit confiée au BAPE. «Ça n'a pas de bon sens que les gazières soient juges et parties», a-t-elle fait valoir. Selon elle, l'EES ne doit pas servir de prétexte pour procéder à d'autres fracturations de puits au Québec, un avis que défend un collectif de 149 scientifiques québécois.
11 commentaires
  • Lise Lachance - Inscrit 14 mai 2011 11 h 04

    SUR VOTRE COMITÉ RESPONSABLE DE L'EES - COMBIEN Y-A-T-IL DE «REPRÉSENTANTS» DES DROITS ET DES VALEURS DES «OPPOSANTS» - particulièrement les familles à proximité des actuels ou futurs puits de forage et/ou de fracturation hydraulique ?

    Monsieur Charest, voici une de vos déclarations récentes :

    «Ne pas tenir compte de l’avis des autres,
    même de ceux qui sont dans l’OPPOSITION,
    c’est une chose qui met en péril un gouvernement.
    Il faut être capable d’écouter
    et de tenir compte de l’avis des autres.
    C’est ça la démocratie telle qu’elle est pratiquée
    et telle que nous devons, à mon idée, la pratiquer.»

    Monsieur Charest :
    1- êtes-vous capable d’être fidèle à vos propres paroles ?
    2 -êtes-vous capable d’écouter les opposants ?
    3 -êtes-vous capable de tenir compte de l’avis des «opposants» ?

    La démocratie, plus facile à dire qu’à faire, n’est-ce pas, monsieur Charest !

    Lise Lachance

  • camelot - Inscrit 14 mai 2011 12 h 07

    Poudre aux yeux

    Encore une autre magouille des libéraux. Que c'est long deux ans.

  • Robert Ouellet - Inscrit 14 mai 2011 16 h 17

    Ecologistes toujours mécontents...

    J'avoue une certaine fatigue à entendre les écologistes qui ne sont jamais contents et qui voient des complots partout. Avant le dépot du rapport du BAPE au printemps, ils étaient tous fermement persuadés que tous les membres de BAPE étaient corrompus, et Oh! grande surprise, le rapport penchait de leur bord... Maintenant ils recommencent leur petite stratégie a 5 cent. Du genre Pile je gagne, face tu perds...

    Soit si le rapport final leur est favorable, c'est correct, s'il leur est défavorable, c'est parce que les gens sont corrompus... Bref peuvent pas perdre... Ils seraient intéressant qu'ils arrivent avec des arguments scientifiques solides..

    C'est triste, mais je demeure persuadé que faire la Baie James aujourd'hui serait impossible...

  • Amie du Richelieu - Inscrit 14 mai 2011 22 h 03

    Ce sont les citoyens qui ont sonné l'alarme!

    Ce sont des citoyens engagés, aimant leur air, leur eau, leur qualité de vie qui ont sonné l'alarme, qui ont appelé Radio-Canada quand les mastodontes ébranlaient leur maison, quand les bulles d'air fuyaient des puits, quand les torchères illuminaient le ciel à des kilomètres à la ronde.

    Ce sont des citoyens qui ont fait des recherches, qui ont posé des questions, qui ont alerté leur Maire, leur MRC. Ce sont des citoyens qui ont descendu dans la rue, fabriqué des pancartes, crié leur outrage.

    @ Robert Ouellet, ceux que vous appelez écologistes avec un certain mépris, ce sont vos voisins et leurs ados, vos compagnons de travail, le fermier qui cultive votre blé d'Inde que vous mangez au mois d'août, la grand mère qui se préoccupe de l'avenir de ses petits enfants, le retraité qui voit ses projets s'envoler avec la brise du printemps et le forage au bout de son rang.

    Les gazières ont faim, notre gouvernement dort au gaz, et le citoyen ne se laissera pas faire.