En bref - Rabaska: le Protecteur du citoyen s'en mêle

Le Protecteur du citoyen estime que le gouvernement du Québec fait planer une épée de Damoclès sur la tête des citoyens de Lévis en laissant courir indéfiniment les autorisations accordées au projet Rabaska.

Dans son rapport d'enquête, le Protecteur estime que le décret d'autorisation accordé au projet «a une portée trop étendue dans le temps» et que cette autorisation devrait prendre fin après cinq ans. Pour Stop au méthanier, le Protecteur a retenu l'essentiel de sa plainte «puisque l'intention de Rabaska, qui désire patienter encore 15 ou 25 ans, soit le temps nécessaire au rétablissement éventuel des conditions économiques favorables à son projet, nous paraît tout simplement inhumaine pour les 125 familles du secteur visé».
4 commentaires
  • J Bedard - Inscrit 21 avril 2011 09 h 26

    Le buldozer continue sa marche

    Les deux mains... sur la commande du bulldozer. C'est ça qu'il aurait dû demander, Charest. Y'a pas de volant là-dedans... Ce gouvernement continue à écraser toute démarche citoyenne, sans exception, que ce soit dans les mégaparcs d'éoliennes, le gaz de schiste, le tracé de l'autoroute 73, tout le monde y passe. Baby Drill Normandeau est en selle et tassez-vous, les mon'oncs pis les matantes. Commission d'enquête? Pas nécessaire. On sait où on va, et tenez-vous au courant pour ne pas être dans le chemin. Sais-tu que Duplessis, finalement, dans le contexte de l'époque, y'était pas si mal... Je trouve qu'à part du gaz de schiste, qui fait vendre beaucoup de papier, les médias sont assez frileux pour dénoncer ce comportement qui a trop duré.

  • Lise Thibault - Inscrite 21 avril 2011 11 h 09

    Rien à faire des citoyens et des institutions démocratiques

    On aurait pu penser que le gouvernement Charest saisirait la balle au bond pour officialiser la mort de ce projet sans objet ni avenir en acceptant de libérer la population prise en otage d'un joug cruel qu'elle ne devrait plus avoir à supporter. Mais doit-on se surprendre du contraire?

    La désinvolture avec laquelle le gouvernement a refusé d'obtempérer à la principale recommandation du Protecteur du citoyen démontre de façon éloquente la constance du mépris qu’il éprouve envers la population et du peu d’importance qu’il accorde à ses propres institutions démocratiques. Une démonstration de plus à l’effet que ce gouvernement semble répondre à des impératifs occultes qui n’ont rien à voir avec le bien de la société et des individus qui la composent.

    Par ailleurs, tous ceux qui ont fouillé ce dossier ont pu réaliser à quel point les lois et règlements laissent à peu près toujours une porte de sortie … au gouvernement. Dans l’affaire Rabaska, si la lettre de la loi fut respectée, on ne peut en dire autant de l’esprit. Légal, peut-être. Mais certainement pas légitime. Et ça continue...

    Pour le profit de qui?.

  • Lise Lachance - Inscrit 22 avril 2011 01 h 32

    LE PROTECTEUR DU CITOYEN S’EN MÊLE - LE GOUVERNEMENT CHAREST S’EN MOQUE !

    UN AUTRE SIMULACRE DE DÉMOCRATIE : des élus, qui à nouveau, ne respectent ni leurs citoyens, ni leurs propres institutions démocratiques.

    Une attitude inhumaine …pour la qualité de vie des familles touchées!
    Une porte grande ouverte à la spéculation - pour le promoteur ?
    Un territoire «gelé» pour la nouvelle Ville de Lévis (271 hectares, pratiquement le tiers de l’ancienne Ville de Lauzon) - en attendant que Rabaska sorte des limbes ?
    En sortant des limbes après 5, 10 ou 15 ans, un tel projet de haute technologie, ne risque-t-il pas d’être démodé et dépassé?
    Nos lois de protection de la sécurité des personnes et de l’environnement seront-elles les mêmes à cette époque ?

    Au fait, les taxes de Rabaska à Ville de Lévis sont-elles «gelées» jusqu’à ce que le projet sorte des limbes ? Si oui, quel est le temps limite ?

    Nous avons lu le décret 918-2007, en faveur de Rabaska, et les CONDITIONS qui y sont reliées.

    Maintenant, j'apprécierais VOIR LES CERTIFICATS D’AUTORISATION DÉLIVRÉS À LA SOCIÉTÉ EN COMMANDITE RABASKA PAR LE MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DES PARCS.

    Un legs empoisonné de nos élus à nos familles et aux générations futures.

  • noel chri - Inscrit 22 avril 2011 10 h 03

    Incrusté le processus au bull, l'armure au pouvoir de tyrans.

    Gaz , éolien y compri! L'évaluation environnementale stratégique (EES)décrétée par Charest 10 cents et Puff vp met par hasard de côté l'étude de la «pertinence socioéconomique» de l'exploitation des gaz de schiste, malgré la recommandation explicite du BAPE (son rapport avait fait retomber la pression sociale parce que Charest avait dit qu'il s'y conformerait. L'EES va seulement fixer «les règles» qui encadreront le développement. En d'autres termes, il fait comme il l'avait en tête depuis le début, notamment quand il avait confié un mandat super étroit au BAPE. (Au moins, le BAPE a mis ses culottes pour une fois!)

    Souvenons-nous que le commissaire au développement durable a déterminé que les gaz de schiste non seulement n'ont rien rapporté aux Québécois, mais qu'elle leur coûte plutôt de l'argent jusqu'à présent. L'EES tronquée à Charest coûtera au moins 7 millions $. A cela s'ajoute le manque à gagner à cause des 10 cents l'hectare (des milliards $ perdu par les Québécois contrairement au BC et à l'Alberta), mais que voulez-vous? Nathalie Pet de vache est incompétente).

    Au même moment, des rapports alarmants arrivent des Etats-Unis et les Français marchent massivement dans la rue pour bloquer chez eux les schisteux, cde qui est d'ailleurs en voie de se faire.

    A plus. msp/c.noel