En bref - La toilette, cette poubelle

Même si 55 % des Canadiens disent que l'eau potable est la plus importante ressource naturelle au pays, 72 % d'entre eux utilisent encore les toilettes domestiques comme poubelle pour se débarrasser des cheveux, des mouchoirs, des cigarettes, des restes de nourriture, etc.

C'est ce que révèle la quatrième étude commanditée par RBC et Unilever, selon laquelle 80 % disent pourtant savoir que l'eau des toilettes est de même qualité que l'eau potable du robinet. Selon cette étude, chaque Canadien consomme 329 litres d'eau par jour, un fait que la plupart ignorent, notamment parce qu'ils ne connaissent pas les quantités importantes d'eau qui sont nécessaires pour produire leurs aliments, les produits de consommation courants en plus de l'utilisation de l'eau potable à la maison.
16 commentaires
  • France Marcotte - Abonnée 22 mars 2011 06 h 16

    Non, pas les limbes

    Un des problèmes je crois, c'est que la plupart des gens ne savent rien du trajet qu'emprunte, dans une ville comme Montréal, ce qui s'engouffre dans leur toilette comme dans un trou blanc sans fond.

    Ils ne savent pas (et croient qu'ils n'ont pas besoin de savoir alors qu'ils le paient cher par leurs taxes et impôts) que le tout est acheminé par des conduites souterraines vers un des deux gigantesques intercepteurs qui traversent la ville d'ouest en est jusqu'à la station d'épuration qui devra mécaniquement retirer tous les résidus solides des eaux usées avant le traitement chimique qui permettra de retourner leur eau domestique souillée à ce fleuve qu'ils chérissent tant.
    C'est vrai qu'il s'agit d'infrastructure et que ce n'est pas très glamour, mais il serait bon qu'on connaisse ces installations magnifiques et à quoi elles servent (on peut visiter la station en groupe).
    D'ailleurs, on ne retrouve pas que des cheveux et des mégots de cigarette dans ce que les gens nous envoient candidement de leur intimité profonde à la station. On trouve absolument de tout (surtout des comdons, certains soirs), même des petis animaux encore miraculeusement vivants, comme des tortues et des reptiles.
    Il serait temps qu'on se le dise: les limbes n'existent pas...pas sur Terre en tout cas. Que rien, hélas, ne se volatilise comme par magie, même nos petits crimes innocents...

  • Sylvain Auclair - Abonné 22 mars 2011 10 h 47

    Si je jette ma merde dans la toilette...

    ... pourquoi ne pourrais-je pas y jeter un vieux reste de soupe?

  • France Marcotte - Abonnée 22 mars 2011 11 h 52

    M.Auclair

    Les déchets organiques, pour la plupart (sauf les gros commes les rats, qui abondent là-dessous), se défont en particules plus fines et sont traités par la station d'épuration. Si vous en rajouter, cela augmente la charge, donc les coûts du traitement, mais ça passe (quoique nous trouvons aussi des sacs complets de vidange acheminés par les chutes à neige).
    Votre soupe, pas trop de problème donc, mais vos comdons, votre dentier, vos cartes de crédit périmées, votre tortue que vous ne voulez plus, les mégots de cigarette, tout produit qui ne se décompose pas, arrivent tels quels à la station et il faut les retirer mécaniquement, pour ensuite les camionner vers les sites d'enfouissement... à Lachenaie. Déplorable, et pas mal plus de trouble qu'un simple geste individuel dans le confort de son foyer.

  • France Marcotte - Abonnée 22 mars 2011 12 h 17

    J'oubliais...

    Ce qu'il faut savoir aussi, c'est que les résidus en provenance des résidences privées sont loin d'être les seuls qui s'acheminent à la station d'épuration des eaux; c'est même une partie relativemnt modeste.
    Il y a aussi, surtout, tout ce qui traîne dans les rues et qui est lessivé avec les pluies vers les puisards et/ou via les chutes à neige.
    Plastiques sous toutes les formes, tissus, bois, bouteilles, bidons, même des portefeuilles, des alliances, des seringues...
    Bref, de quoi faire une étude sociologique par les bas-fonds.
    On en remplit des camions et on s'en va au dépotoir...par pur bêtise.

  • Denis Fyfe - Abonné 22 mars 2011 14 h 42

    Vous voulez en savoir plus?

    Venez au Centre d'interprétation de l'eau de Laval (C.I.EAU) et vous verrez tout ce qu'il y a avant votre robinet et après votre toilette.
    www.cieau.qc.ca