Procès sur l'eau à Shannon - Un expert contredit l'INRS

Québec — Un hydrogéologue a mis en doute, hier, les conclusions de l'Institut national de la recherche scientifique (INRS) sur l'étendue et la durée de la contamination de la nappe d'eau souterraine de Shannon.

Le panache de contamination aurait voyagé beaucoup plus rapidement, presque trois fois plus vite, et atteint Shannon beaucoup plus tôt que l'indiquent les données de l'INRS, a soutenu le professeur d'hydrogéologie à l'École polytechnique de Montréal Robert P. Chapuis.

M. Chapuis est l'expert retenu par les avocats qui représentent les citoyens de Shannon. Devant le juge Bernard Godbout, il a identifié ce qu'il considère comme de sérieuses faiblesses dans les études faites par l'INRS pour la Défense nationale.

Des exemples: la majorité des puits d'observation ne descendent pas jusqu'au roc. «Seulement le tiers atteignent le roc, alors qu'on sait que le TCE a tendance à descendre pour reposer sur les couches imperméables.»

Le choix de filtres trop fins aurait également faussé les données sur la vitesse de déplacement de la nappe. «Imaginez que 35 à 40 gouttes d'eau arrivent au puits, mais la fente de crépine ne laisse passer qu'une ou deux gouttes à la fois. On arrive alors à une diminution de la vitesse de l'eau dans l'aquifère, parce qu'on a bouché artificiellement l'écoulement», a expliqué le professeur.

Toujours selon l'expert, l'INRS aurait également sous-estimé de beaucoup les apports d'eau dans cette nappe souterraine. Ce genre d'erreurs peut entraîner de grandes différences dans les résultats, a-t-il soutenu. Ses propres calculs montrent, par deux méthodes différentes, que l'eau souterraine aurait voyagé 2,76 fois plus vite que les estimations faites par l'Institut, ce qui signifie qu'elle aurait mis 2,76 fois moins de temps pour atteindre Shannon.

L'expert n'a pas encore été contre-interrogé par les avocats des défendeurs, qui devraient pouvoir le faire aujourd'hui.

Les observations de l'ingénieur ont surpris le juge Godbout. «Comment deux scientifiques oeuvrant dans une même discipline peuvent-ils arriver à des conclusions si différentes?» a-t-il demandé.

«Je n'ai aucune explication...» a répondu le spécialiste.
3 commentaires
  • Jacques Saint-Cyr - Inscrit 13 janvier 2011 09 h 23

    Pressage à sec et trichloroéthylène

    On a nettoyé nos vêtements au TCE pendant des décennies. Qui allons-nous poursuivre?

  • P. Boutet - Inscrit 13 janvier 2011 10 h 35

    Je n'ai aucune explication

    Voilà un scientifique qui sait de quoi il parle et quand il n'a pas de réponse bien étudiée il sait aussi le dire.

    Combien de scientifiques ont perdu leur travail, au Canada, parce qu'ils disaient la vérité?

    Le juge a posé la question à laquelle il devra lui même répondre.

    C'est le coeur même de cette enquête; la corruption fédérale et le mensonge imposé.

  • Shannon - Inscrit 13 janvier 2011 16 h 55

    Réponce pour le pressage à sec au tce.

    Attendez la fin du procès, si vous développez une maladie de type proctologique à cause de vos pantalons nettoyé à sec. Vous aurez une meilleur idée à qui adresser votre poursuite.