Gaz de schiste: les fuites n’inquiètent pas la ministre Normandeau

Pour la ministre Normandeau, les fuites aux abords des puits de gaz de schiste sont normales. <br />
Photo: Jacques Grenier - Le Devoir Pour la ministre Normandeau, les fuites aux abords des puits de gaz de schiste sont normales.

Les fuites aux abords des puits de gaz de schiste n’ont rien d’inquiétant pour la ministre des Ressources naturelles, Nathalie Normandeau, qui les qualifie de «normales». En entrevue à La Presse Canadienne, Mme Normandeau indique que des fuites de ce genre existent à l’état naturel dans notre environnement.

Elle demande aux citoyens et aux groupes de pression d’éviter d’être alarmistes, puisque ces fuites ne représentent, à son avis, aucun danger pour la santé et la sécurité de la population.

«Ce sont des fuites normales qu’on trouve dans d’autres puits ailleurs dans d’autres juridictions, explique-t-elle. Regardons la réalité telle qu’elle est. En tant que ministre des Ressources naturelles, j’arrive à la conclusion qu’il n’y a pas lieu de s’alarmer.»

Elle ajoute faire totalement confiance aux mécanismes de surveillance en place. «Avec le programme d’inspection, on va assurer un suivi systématique et rigoureux de toutes les installations qui ont été autorisées à ce jour pour être le plus proactif possible», dit-elle.

Nathalie Normandeau en profite pour blâmer le Parti québécois qui a «la critique très facile» et «qui monte aux barricades un peu trop vite», contribuant du coup à alarmer inutilement la population.

«Dans le débat actuel, il faut se limiter aux faits. Il y a des fuites qui ont été constatées, mais sur la base du rapport effectué, il n’y a pas d’inquiétudes pour les citoyens», ajoute-t-elle.

Un rapport inquiétant ?

Mme Normandeau était de retour au travail ce matin, après avoir évité la tempête causée la semaine dernière par le dévoilement d’un rapport du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) indiquant qu’une majorité de puits inspectés au Québec laissaient échapper des émanations de gaz naturel.

La ministre Normandeau dit entendre la demande des citoyens en faveur d’un moratoire. Mais elle affirme consacrer ses énergies à chercher une solution mitoyenne qui permettrait aux citoyens d’être rassurés tout en répondant aux demandes de permis d’exploration soumises par l’industrie.

«Il n’y a pas d’entêtement de notre part», tient-elle à préciser. Elle voit plutôt la poursuite des activités d’exploration comme une voie très pragmatique qui permet notamment au gouvernement et à l’industrie de mesurer la viabilité du potentiel gazier au Québec.

«C’est un incontournable. On ne peut pas un jour penser passer en phase d’exploitation sans avoir passer par la phase d’exploration», soutient-elle.

Après le dépôt du rapport du BAPE sur les gaz de schiste prévu pour le 28 février, Mme Normandeau entrevoit la possibilité de prendre elle-même le bâton de pèlerin pour aller rassurer la population.
«Mais on souhaite faire ça dans un contexte où le BAPE aura apporté un nouvel éclairage sur la façon d’encadrer de manière optimale le secteur gazier au Québec», indique-t-elle.

Mme Normandeau ajoute que le gouvernement va tenir compte des recommandations du BAPE, même si celles-ci vont dans le sens de l’imposition d’un moratoire.
9 commentaires
  • Claude Kamps - Inscrit 10 janvier 2011 17 h 33

    Comme les fuites sur les enveloppes brunes...

    Pas de panique Charest est au pouvoir, si il parvient à éviter une commission d’enquête sur le gaz d'enveloppe il parviendra certainement à éviter une sur le gaz de roche...

  • Pierre-S Lefebvre - Inscrit 10 janvier 2011 17 h 41

    Nathalie Normandeau

    Celle-là est du même acabit que son chef John James Charest. Elle est sans foi, ni loi et code d'éthique. Elle fera et dira tout ce que son chef veut. 'Ils auront les règles d'environment les plus sévères au monde'. Une glace de gélato avec ça! Embellissement et mensonge par omission remplissent les caisses du parti. Des experts à ce petit jeu politique, car la vérité fait des dommages au bon Parti Libéral du Québec.

  • 54lili - Inscrit 10 janvier 2011 18 h 38

    Normandeau a bien appris

    tout comme son chef, elle a bien appris à cacher des faits importants à la population..
    tel l'exploration des gas de schiste que l'on a appris par hasard grâce à un citoyen qui s'est posé la question, que font-elles ici ces cies gazières..

    Si elle se sent rassurée, elle ne rassure personne, une vice-première ministre à l'image de son chef..

  • Denis Marseille - Inscrit 10 janvier 2011 18 h 37

    Rassurés????

    «La ministre Normandeau dit entendre la demande des citoyens en faveur d’un moratoire. Mais elle affirme consacrer ses énergies à chercher une solution mitoyenne qui permettrait aux citoyens d’être rassurés tout en répondant aux demandes de permis d’exploration soumises par l’industrie.»

    Je ne pense pas que la population veut être rassurée. Je pense plutôt que les gens veulent être écoutés et informés de tous les tenants et aboutissants. Si rassurer veut dire endormir, on est pas sorti du bois.

  • France Marcotte - Abonnée 10 janvier 2011 19 h 08

    Êtes-vous donc rendus si loin dans le mépris?

    Rien de plus inquiétant que quelqu'un qui a perdu toute crédibilité qui vient dire de ne pas s'inquiéter.
    Une chose est sûre: il faut vraiment avoir pris toutes les mesures nécessaires pour se croire intouchables pour répondre d'une façon aussi méprisable à la population.
    C'est là le véritable contenu de son message: regardez-nous ben aller, bande de caves!