Mettez l'eau à l'abri de la privatisation!

Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) a invité hier le public, les provinces et les municipalités à se manifester avant que le gouvernement Harper n'ait cédé la gestion de nos systèmes publics de traitement et de transport d'eau aux multinationales dans le cadre de la négociation en cours entre le Canada et l'Union européenne.

Dans un rapport intitulé Eau publique à vendre: comment le Canada va privatiser nos systèmes publics d'eau, le SCFP ainsi que le Conseil des Canadiens demandent que «l'eau soit retirée du cadre de discussion» sur la proposition d'Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l'Union européenne.

Selon cette analyse des négociations en cours, ce serait à la demande des multinationales européennes de l'eau que le gouvernement canadien et certaines provinces envisagent d'inclure dans ce traité le traitement de l'eau potable et des eaux usées ainsi que la propriété des infrastructures reliées à la gestion de l'eau, y compris les aqueducs.

Les deux organismes estiment que les provinces et les territoires doivent adopter des lois rapidement pour mettre leurs équipements de traitement des eaux à l'abri d'une telle privatisation, un peu comme la plupart l'ont fait pour que les cours d'eau et les nappes souterraines soient protégés contre les prélèvements massifs en vertu de certaines dispositions de l'ALENA.

Selon l'analyse divulguée hier, l'AECG «aura pour effet d'aggraver les pressions exercées sur les municipalités et les réserves autochtones canadiennes en raison d'un financement public insuffisant», d'une part, et, d'autre part, en raison des programmes d'encouragement à la privatisation du gouvernement fédéral.

Selon Paul Moist, président du SCFP national, «les Canadiens ont une grande confiance dans leurs systèmes d'eau et de traitement, qui appartiennent à des institutions publiques et sont exploités par celles-ci. L'eau et les autres services essentiels, comme les soins de santé, les transports en commun, les services postaux et d'énergie, sont des éléments vitaux de nos collectivités». Le glissement en cours vers la privatisation de ces services ne doit plus se poursuivre sans un débat public, estiment les deux organismes.
21 commentaires
  • Jacques Morissette - Inscrit 17 décembre 2010 05 h 06

    L'eau c'est la vie et ça devrait être sacré, alors que le p rivé c'est profane.

    L'eau, c'est la vie et il me semble que ça ne devrait JAMAIS entrer sur la balance de des commerçants qui la convoitent. Que des gouvernements se mettent à favoriser la privatisation de l'eau me dépasse.

    Quand nos gouvernements exigent de nous qu'on leur paie nos impôts, c'est pour que les citoyens se sentent protéger contre des idées semblables. Sinon, que les gouvernements déclarent que désormais il n'y aura plus d'impôt pour les citoyens en déclarant que désormais il faudra considérer l'État comme une jungle.

    À la limite, pourquoi ne pas privatiser les gouvernements puisqu'il semble que nos gouvernements semblent de plus en plus croire en la privatisation à tous crins. Vraiment, on dirait que nos politiciens font de moins en moins de discernement lorsqu'on pense à l'idéologie de la privatisation. L'eau c'est la vie et ça ne devrait jamais se retrouver sur une table de négociation du privé.

    En faire un objet de convoitise et de marchandage entre les mains du privé, les politiciens sont en train de baisser dans l'estime et le respect que j'avais pour eux. Je vais voter au nom de la démocratie, pas pour signer un contrat en blanc à des politiciens pour faire le marchandage de ce qui est sacré, d'un point de vue biologique. En sommes-nous au point où les gouvernements veulent nous faire vivre dans une société privatisée? La privatisation sans discernement et sans limite, c'est une forme d'aliénation. Nos politiciens en seraient-ils rendus à ce point des profanes irrespectueux de tous ce qui concerne la vie?

  • Richard Larouche - Inscrit 17 décembre 2010 07 h 10

    Erreur à éviter !

    D'abord, si on privatise l'eau, son prix augmentera, ajoutant ainsi une injustice de plus envers les plus démunis.

    Deuxièmement, il faudra se fier au privé pour les test de qualité de l'eau, ce qui n'est pas très encourageant. Des tragédies comme celle de Walkerton en Ontario pourraient se multiplier si des entreprises avares font passer les profits avant la qualité.

    Au 19è siècle, ce n'est que lorsque l'eau a été nationalisée que la santé des citoyens s'est améliorée en Angleterre et dans d'autres pays industrialisés.

  • 54lili - Inscrit 17 décembre 2010 07 h 27

    eau : source de vie

    si on regarde aller le gouvernement fédéral et provincial, 2 conservateurs qui font tout ce qu'ils peuvent pour diminuer
    la taille de l'état dans différents secteurs névralgiques

    faudrait alors qu'on nous explique le pourquoi des augmentations
    de taxes, impôts, tarifs, j'en ai plus qu'assez

    l'eau, l'or bleu du Québec bradé par des compagnies privées, ces lobbys participant au financement des partis politiques

    affaiblir le Québec en lui volant toutes ces ressources avant les prochaines élections, voilà le but caché derrière ces privatisations

    peuple québécois, il est temps de se lever et de mettre ce PLQ et
    son cheuf JJ Charest dehors

    MANIFESTATION : 12 FÉVRIER 2011 DEVANT L'ASSEMBLÉE NATIONALE

    Lise Pelletier

  • Jacques Saint-Cyr - Inscrit 17 décembre 2010 08 h 56

    Les mots

    Si je lis bien, ce n'est pas notre eau qui est menacée, mais les usines de traitement et le transport. Si l'eau est protégée par la loi, des taxes d'utilisation requises, où est le problème? Pourquoi toute cette passion?

  • Jacques Morissette - Inscrit 17 décembre 2010 09 h 49

    Le traitement de l'eau par le privé.

    Ce raisonnement est on ne peut plus tordu.

    Il n'y a pas longtemps, j'ai vu un documentaire sur l'eau et la privatisation. Une image m'avait frappé. Je ne me souviens pas dans quel pays ça se passait, c'était un village et tout en bordure de ce village, il y avait une usine privé de filtration d'eau. Il y avait des gardes armés.

    Pour avoir l'eau, les paysans, sans l'argent nécessaire, étaient empêchés par une immense clôture. Ils devaient faire des kilomètres pour quelques litres d'eau qu'ils portaient dans leur bras à chaque jour.

    D'accord, nous n'en sommes pas là. Mais, je paie des taxes, des impôts pour justement il y a une certaine forme d'équité sociale. Ça ne serait pas le cas si les eaux usés passaient par des usines de filtration du privé. Même en ne parlant que des usines de filtrations au privé, c'est créer encore plus d'es inégalités sociales. C'est pourquoi je dis que ce raisonnement est tordu.