Washington porte plainte contre BP

Washington — L'administration Obama a pour la première fois hier déposé plainte contre BP pour que la responsabilité civile du groupe pétrolier soit établie dans la pire marée noire de l'histoire des États-Unis, et qu'il lui rembourse des milliards de dollars.

La plainte, déposée devant le tribunal fédéral de La Nouvelle-Orléans (Louisiane) et dont l'AFP s'est procuré copie, évoque «bien plus de 75 millions de dollars» de dommages liés à la marée noire dans le golfe du Mexique, à la suite de l'explosion de la plateforme pétrolière Deepwater Horizon, exploitée par BP, le 20 avril. À terme, cette somme pourrait atteindre plusieurs milliards.

L'administration souhaite que la responsabilité civile de BP et de huit autres sociétés impliquées, dont le propriétaire de la plateforme Transocean, soit établie dans la catastrophe qui a fait 11 victimes. «Les États-Unis estiment qu'il y a eu violation des règles de sécurité, notamment parce que les précautions nécessaires afin de sécuriser le puits avant l'explosion n'ont pas été prises», a expliqué lors d'une conférence de presse le ministre américain de la Justice, Eric Holder.

Il a également cité des manquements dans «le suivi de la surveillance et la maintenance du puits», «l'absence de maintenance des équipements et outils les plus performants disponibles et indispensables pour protéger les personnels, la plateforme, les ressources naturelles et l'environnement».«La totalité des dommages causés par la marée noire [...] n'est pas encore connue et pourrait ne pas l'être avant des années», explique l'administration dans sa plainte. Elle énumère: «des centaines de kilomètres d'habitats côtiers, y compris des marais salants, des plages de sable, et des palétuviers», des espèces animales comme «les oiseaux, les tortues de mer et les mammifères marins», et «le manque à gagner humain [...] dont la pêche, la nage, l'observation d'oiseaux».