Échec d'un projet de moratoire sur les forages en mer

Oslo — Les pays riverains de l'Atlantique Nord-Est ont rejeté un projet de moratoire sur les forages pétroliers en eaux profondes destiné à éviter une catastrophe comparable à la marée noire qui a souillé le golfe du Mexique, a indiqué le gouvernement norvégien hier.

Réunis à Bergen, les représentants des 15 pays de la commission Ospar, une instance qui vise à protéger l'Atlantique du Nord-Est, et de l'Union européenne ont fait échouer la proposition en ce sens déposée par l'Allemagne, qui a retiré son texte face à l'hostilité des pays pétroliers.

«À la place, une autre proposition a été présentée [...]: avant de prendre toute décision sur la suite, on attendra que les rapports sur la plateforme Deepwater Horizon soient remis au président Obama en janvier», a déclaré Gard Nybro-Nielsen, porte-parole du ministère norvégien de l'Environnement.

Peu après l'explosion en avril de la plateforme Deepwater Horizon, l'administration Obama avait elle-même décrété un moratoire sur les forages en eaux profondes.
1 commentaire
  • Fernand Trudel - Inscrit 25 septembre 2010 14 h 40

    Ceux du golfe sont à moins de 30 m^tres de profondeur

    Pourquoi être plus catholique que le Pape ? Les cinq forages en exploitation dans le Golfe St-Laurent sont à moins de 30 mètres de profondeur d'eau comparativement à celui de Deep Water qui est à 1,5 km de profond. Celui en projet à Old Harry est lui aussi è moins de 30 mètres de profondeur d'eau et tout incident peut être réparé par des plongeurs. Ce que les plate-formes dans le Golfe du Mexique ne peuvent pas à cause de leur trop grande profondeur parce que les groupes environnemetaux ne voulaient pas qu'il exploitent trop près de rives. Ils ont été repoussés en eaux profondes avec les riusques que ca comporte.

    Ce n'est pas le même risque, mais ici au Québec c'est risque zéro avec le principe de précaution à double tour. Et dire que ceux qui réclament un moratoire n'investissent aucune cenne dans les projets et n'ont aucun risque financier. Au contraire, les subventions pour leur permetrre de s'exprimer proviennent des entreprises qui créent la richesse et qui versent des redevances à l'État providence et qu'ils dénoncent...