Sondage Senergis-Le Devoir - Les Québécois préfèrent l'économie d'énergie à une production accrue

Le sondage indique que le solaire et l’éolien obtiennent la meilleure cote parmi les filières énergétiques.<br />
Photo: Archives Reuters Le sondage indique que le solaire et l’éolien obtiennent la meilleure cote parmi les filières énergétiques.

Le véritable défi énergétique des dix à vingt prochaines années n'est pas d'accroître la production d'énergie, la priorité des gouvernements actuels, mais de réduire la demande par une véritable politique d'économies d'énergie.

C'est ce que pensent près de 70 % des Québécois, selon un sondage Senergis-Le Devoir réalisé entre le 3 et le 8 septembre à partir d'un échantillon de 1000 répondants (marge d'erreur de 3,1 %, 19 fois sur 20). Ceux qui pensent que le défi est plutôt d'augmenter la production sont trois fois moins nombreux (23 %).

Le grand public, selon ce sondage, conteste les priorités gouvernementales en matière d'énergie. En effet, 68 % des répondants estiment que les gouvernements n'investissent pas assez dans le développement des énergies nouvelles renouvelables.

Solaire et éolien

Le sondage indique par ailleurs que le solaire et l'éolien obtiennent la meilleure cote parmi les filières énergétiques: 76 % des répondants accordent en effet une cote de 8,4 sur 10 à l'énergie solaire et 69 %, un pointage de 8 sur 10 à l'éolien. Pour les répondants, c'est sur ces filières que doit se construire l'avenir.

L'hydroélectricité vient au troisième rang avec une cote de 7,8 sur 10, à égalité avec la géothermie. Le gaz naturel vient ensuite avec une cote de 6,2 sur 10. Au bas de l'échelle, on retrouve le pétrole (3,9), le nucléaire (3,2) et le charbon (2,7).

Seulement 30 % des répondants ont donné une note de 8 et plus au gaz naturel en comparaison de 63 % pour l'hydroélectricité.

L'hydroélectricité est le choix de la majorité des Québécois, si jamais les énergies renouvelables ne parvenaient pas à satisfaire nos besoins. Le gaz naturel vient ensuite, devant les autres combustibles fossiles.

Il est intéressant de noter que l'image du solaire s'est améliorée, 76 % des répondants lui accordant un score de plus de 8 sur 10, comparativement à 69 % en 2005. L'éolien conserve la faveur de 69 % des répondants, comme en 2005. L'hydroélectricité reste au même niveau, mais le gaz voit le pourcentage de ses meilleurs adeptes passer de 27 à 30 %. Mais, somme toute, aucune filière n'a bougé substantiellement dans la faveur populaire en cinq ans.

Les mal-aimés

Par contre, autant le solaire, l'éolien et la géothermie obtiennent la confiance des gens, autant le nucléaire, le charbon et le pétrole s'enfoncent dans une image négative. Le gaz est le seul combustible qui n'a pas perdu de plumes, mais acquis un petit peu plus de popularité auprès des répondants (+7 points, comparativement à +42 pour le solaire, +39 pour l'éolien, +34 pour la géothermie et +16 pour l'hydroélectricité).

Au total, deux citoyens sur trois se disent préoccupés par les questions d'énergie et le quart d'entre eux le sont davantage que l'an dernier. Seulement 10 % le sont moins qu'il y a un an. Les personnes inquiètes des impacts de la pollution et de la faiblesse des politiques d'économies d'énergie sont trois fois plus nombreuses que celles qui s'inquiètent d'abord du prix des énergies.
10 commentaires
  • Georges Allaire - Inscrit 14 septembre 2010 00 h 05

    à la condition

    que les autres économisent et que nous consommions. :-)

  • gaetanfo - Inscrit 14 septembre 2010 10 h 28

    Aux frais des contribuables....

    Les Québécois en général aiment bien les économies d'énergie, financées
    par les contribuables.

    =Une voiture qui est censée réduire votre consommation de carburant
    doit-elle en plus toucher du fric public ?

    =Vous réduisez la consommation d'énergie de votre maison (chauffage, électricité, équipement. Pourvu qu'au plus l'État casque.

    S'agissant d'électricité, oui, pouvu qu'Hydro-Québec vous aide financièrement.
    Jusqu'à ce que, la consommation baissant, Hydro=Québec ait de moins en
    moins de revenus pour financer les écnoomies. Ensuite ?

  • Dominique Châteauvert - Inscrite 14 septembre 2010 10 h 49

    Copie d'une lettre envoyée à tous les députés du Québec: Éthique des députés et indépendance d'esprit: essentiel en ce temps de crise planétaire

    Cher député,
    Je sais que vous avez probablement déjà en main cet article du Devoir.:
    Sondage Senergis-Le Devoir - Les Québécois préfèrent l'économie d'énergie à une production accrue
    Louis-Gilles Francoeur 14 septembre 2010 Actualités sur l'environnement.

    Je vous l'envoie simplement pour que vous sachiez ce que je pense comme citoyenne.

    L'heure est grave. C'est toute la culture et les valeurs du Québec qui sont en jeux. Je vous en conjure, laissez tomber la ligne de partie. Elle n'a rien à voir avec la démocratie, elle a été inventée par des hommes qui souhaitaient plutôt la by-passer en vous obligeant à voter à mains levées. Avez-vous vu passer la caricature où un député avait les 2 bras en l'air, une carabine dans le dos. Au lieu lire "Un vol à mains armées", on trouvait "Un vote à mains levées". Respectez votre serment d'allégeance à la population du Québec.

    Vous voyez bien que le gouvernement est en train de nous voler alors que l'on a tant besoin d'argent pour la santé, l'éducation et la mise en route industrielle des énergies vertes. Le gouvernement est en train de bafouer nos désirs les plus légitimes. Déjà malmenée, la démocratie est en train de voler en éclat sous nos yeux. Les annonces en cours de Gaz Métro sont une insulte à notre intelligence et à la probité elle-même.

  • Dominique Châteauvert - Inscrite 14 septembre 2010 10 h 49

    Copie d'une lettre envoyée à tous les députés du Québec: Éthique des députés et indépendance d'esprit: essentiel en ce temps de crise planétaire (2)

    Vite, un moratoire pour arrêter ce train d'enfer et tout repenser à zéro!!!
    Ne laissez pas ces compagnies acquérir des droits qui vont nous appauvrir encore plus, pour en mettre pleine les poches aux actionnaires du monde entier. Ne les laissez pas croire que vous cautionnez la pollution de notre planète. Ce n'est pas vrai que les choses doivent se passer comme çà pendant 40 années de plus. Si vous ne faites rien, c'est la terre elle-même qui entravera leurs projets machiavéliques. On peut déjà sentir sa colère à travers le bouillonnement des conditions atmosphériques. Avec les hydrocarbures, on a déjà trop jouer avec le feu. Il faut renverser la vapeur. C'est à vous de le faire, un par un, en toute conscience. Et c'est à nous de réduire notre demande en hydrocarbures, chacun selon nos capacités et notre situation personnelle.

  • Mario Paquette - Inscrit 14 septembre 2010 12 h 50

    ECONOMISONS ENERGIE POUR SAUVER LA PLANÈTE ET L AVENIR DE NOS ENFANTS!!!!

    Expérience du vécu vaut milles consultations
    J écoutais dernièrement des expériences de personnes ayant vécu
    l exploitation des gaz de schistes près de leur lieux de résidence
    aux USA.

    Invraisemblable ses expériences que je vous suggères d aller écoutées, elle explorent la dimension de ses industries gazière qui font miroités des trésors aux propriétaires de terrain et qui se traduisent par des problèmes jusqu a la perte de valeurs de leurs résidence a cause d une contamination de la nappe prhéatiques.

    Le parcours du gaz de schiste en Pennsylvanie | Désautels

    http://www.radio-canada.ca/emissions/desautels/201

    AVIS DE SPÉCIALISTES EN ENVIRONNEMENT : REVOIR AU COMPLET LE MINISTÈRE DU DEVELLOPPEMENT DURABLE ET ENVIRONNEMENT DU QUÉBEC.

    Émission : Isabelle le matin
    Titre : André Boisclair, ex-ministre de l'Environnement, de 2001 à 2003, animera le volet grand public des conférences midi, au Congrès mondial de l'environnement, qui se tient à Montréal

    Références :http://www.985fm.ca/in/audio-969

    Le Canada qui a rejeté les objectifs du protocole de Kyoto est le huitième plus grand émetteur de gaz à effet de serre au monde. En 2005, le pays a produit 734 mégatonnes de CO2, soit 22,6 tonnes par habitant.

    A NOUS DE RÉAGIR :

    Aidons la politique canadienne à respecter ses engagements en matière de changements climatiques. Appuyer La Loi sur la responsabilité en matière de changements climatiques
    (projet de loi C-311).

    http://www.npd.ca/C311/appuyer