Montréal réduira les déversements d'eaux usées

Montréal veut réduire le déversement d'eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent et construira, avec l'aide d'Ottawa et de Québec, quatre nouveaux bassins de rétention sur son territoire, au coût de 148 millions de dollars. Ces bassins pourront recueillir l'eau excédentaire que les conduites d'égout ne peuvent contenir lors de précipitations abondantes.

Chaque année, la métropole enregistre 26 épisodes au cours desquels de l'eau non traitée se retrouve dans le fleuve Saint-Laurent et dans la rivière des Prairies à l'occasion de fortes pluies. De tels déversements surviennent environ trois fois par année dans le canal de Lachine, alors que les normes gouvernementales ne permettent qu'un déversement tous les cinq ans, a précisé hier le maire Gérald Tremblay, à l'occasion d'une conférence de presse donnée en compagnie du ministre fédéral des Transports et de l'Infrastructure, John Baird, du ministre des Affaires municipales, Laurent Lessard, et de la ministre du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs, Line Beauchamp.

La Ville, qui compte déjà une cinquantaine d'ouvrages de rétention, construira quatre bassins, d'une capacité variant de 30 000 à 65 000 mètres cubes d'eau, dans les arrondissements de Lachine, du Sud-Ouest, de Saint-Laurent et d'Ahuntsic-Cartierville. Selon le maire Tremblay, ces bassins permettront de réduire des deux tiers les déversements d'eaux usées dans les cours d'eau.

Mais la construction de ces bassins aura peu d'effet sur les inondations de sous-sols dues aux refoulements d'égout — rien ne vaut un bon clapet, a dit le maire — ou sur les accumulations d'eau qui surviennent de façon récurrente dans certaines infrastructures routières comme le rond-point L'Acadie, a prévenu Gérald Tremblay. «Nous continuons nos discussions avec le ministère des Transports du Québec pour trouver une solution permanente», a-t-il indiqué.

En revanche, la réduction de ces déversements améliorera la qualité de l'eau autour de Montréal ainsi qu'en aval de la métropole, à Sorel-Tracy notamment, et favorisera la réappropriation des cours d'eau ainsi que la baignade.

«En 2010, c'est inacceptable de rejeter des eaux souillées dans les cours d'eau. Les gouvernements ont finalement décidé d'en faire une priorité et d'investir des sommes importantes. C'est ce que les citoyens veulent», estime le ministre John Baird.

Les travaux de construction des quatre bassins débuteront l'an prochain et devraient être complétés en 2015.

Il y a un an, les mêmes partenaires avaient annoncé des investissements de 150 millions pour la rénovation de la station d'épuration de la Ville située dans l'Est de Montréal, afin de la doter d'un système d'ozonisation pour désinfecter l'eau rejetée dans les cours d'eau.
1 commentaire
  • Amie du Richelieu - Inscrit 30 juin 2010 07 h 12

    Encore du béton!

    Je n'ai rien contre la vertu, mais je déplore que l'on a recourt (encore) à des solutions temporaires et artificielles à des problèmes que l'on s'est créé soi-même. Plutôt que de construire ces immenses bassins de rétention (qui donnent - encore -de magnifiques contrats à l'industrie du béton) qui sont des citernes artificielles qui n'apportent rien à la qualité de vie et à l'environnement immédiat de ces monstres, j'aurais aimé plutôt voir des restaurations de milieux humides ou des étangs créés de toutes pièces qui auraient imité le travail fait par la nature. On aurait alors pu ajouter un autre espace vert à la ville, mais aquatique celui-là, avec herbiers, quenouilles, grenouilles et sauvagine.

    Johanne Dion
    Amie du Richelieu
    http://lesamisdurichelieu.blogspot.com/