Des millions de litres d'eau usées dans les villes canadiennes

Ottawa — Exception faite du pétrole, l'eau d'égout constitue le plus important contaminant déversé dans les grandes villes canadiennes.

C'est ce que conclut une analyse menée par La Presse canadienne, qui s'est appuyée sur base de données fédérale. Celle-ci, utilisée par le gouvernement pour faire la chasse aux pollueurs, fait l'inventaire de tous les déversements survenus entre janvier 2004 et avril 2009.

Selon ce document, 6555 déversements ont touché une quinzaine de grandes villes canadiennes depuis six ans.

Et alors que le pétrole est présent dans 55 % des cas, les eaux d'égout y sont dans une proportion de 8 %. Ce pourcentage fait des eaux usées le principal contaminant des cours d'eau du pays.

De tous les déversements dénombrés dans le document, celui de Calgary est le plus sérieux. Le 17 juin 2005, ce sont 300 millions de litres qui se sont écoulés de la centrale d'épuration des eaux usées. Les inondations qui ont touché la région seraient à blâmer dans cette affaire.

Par ailleurs, à Ottawa, 190 millions de litres se sont écoulés, peut-on lire dans le rapport. Il aura fallu plus de 2000 jours pour colmater la fuite, qui a été rapportée près de dix ans après avoir commencé.

La Presse canadienne a dû patienter deux ans et déposer une plainte au Commissaire à l'information du Canada afin d'obtenir cette base de données.
 
1 commentaire
  • P. Boutet - Inscrit 14 juin 2010 08 h 42

    Réseaux séparés ou unitaires?

    C'est le problème des réseaux unitaires: les débordements.

    À différents endroits à Québec, surtout en basse ville, on refait le réseau d'égout à cause de la tendance aux fortes pluies qui inondent les sous-sols.
    Si je me souviens bien, le Programme d'Assainissement des Eaux du Québec (PAEQ début des années 80) obligeait les villes, lors de réfections du réseau d'égout, à démanteler le réseau unitaire et le refaire séparé et au fil du temps et des réparations parvenir à obtenir un réseau séparé à la grandeur des villes.

    Le réseau séparé comme il le dit, sépare le réseau pluvial (grilles de rues et drains de toitures) du réseau domestique (eaux d'égout proprement dites!).

    Sauf que le réseau pluvial entraine l'huile et l'essence, que les véhicules peuvent laisser s'échapper, directement vers le cours d'eau où il se déverse parce que ce réseau n'est pas traité par les systèmes d'épuration des villes contrairement au réseau domestique.