Coup fatal pour une petite centrale

Le gouvernement Charest vient de porter un coup fatal au projet de petite centrale hydroélectrique sur la «chute du cinq piastres» dans la rivière Batiscan, à Notre-Dame-de-Montauban.

C'est la ministre des Ressources naturelles et de la Faune, Nathalie Normandeau, qui l'a confirmé hier aux représentants de trois groupes environnementaux, soit la Fondation Rivières, son allié local Chute libre et Nature Québec. Ses services, leur a-t-elle déclaré, ont averti le 16 mars dernier les promoteurs du projet que son ministère ne leur accorderait pas les droits hydrauliques de la chute. Comme l'octroi de ces droits hydrauliques constitue un préalable pour se qualifier dans l'appel d'offres d'Hydro-Québec dans le cadre du nouveau programme de petites centrales, le refus du ministère équivaut à signer l'arrêt de mort du projet.

La ministre Normandeau a précisé que le refus s'expliquait par le manque de consultation publique de la part du promoteur.

Ce dernier n'avait d'ailleurs même pas informé tous les membres du conseil de Notre-Dame-de-Montauban avant qu'il n'approuve par résolution ce projet sur la «chute du cinq piastres», appelée ainsi parce qu'on croyait en Mauricie qu'elle était représentée dans les années 1950 sur le billet de cinq dollars de l'époque.

Notre-Dame-de-Montauban et la MRC de Mékinac sont les deux actionnaires d'Hydro-Mékinac, le promoteur officiel. Cette société avait jusqu'à présent comme actionnaire une autre société paramunicipale qui gère dans le secret le pont enjambant la rivière Saint-Maurice et son péage à la hauteur de Mékinac. Le statut de société paramunicipale d'Hydro-Mékinac a empêché les citoyens et même des élus d'obtenir le détail du projet hydroélectrique, ainsi que la comptabilité de cette société, ses dépenses, ses salaires et honoraires, etc.

Les citoyens ont néanmoins obtenu l'ouverture d'un registre pour sceller le sort du projet. Alors qu'il fallait 98 signatures pour déclencher un référendum, les adversaires du projet, coordonnés par le groupe local Chute libre, ont obtenu en un jour 127 signatures, un sérieux indice d'un éventuel «non» de la part de cette petite population.

Pour le président de Chute libre, Jean Jasmin, le refus du ministère d'octroyer les forces hydrauliques au projet constitue une «grande victoire».

«C'est d'autant plus important pour nous, déclarait-il au Devoir hier, que ça fait des années qu'on se bat pour obtenir de l'information et pour garder la chute du Neuf, de son vrai nom, dans le patrimoine et dans le parc municipal.»

Le compositeur et chanteur Yann Perreau, qui était aussi de la rencontre hier, milite ferme contre ce projet depuis longtemps.
6 commentaires
  • Sanzalure - Inscrit 30 avril 2010 07 h 35

    Enfin une bonne nouvelle !

    Félicitations aux gens de Montauban qui se battent depuis des années pour empêcher le saccage de la rivière Batiscan. Espérons que cette fois-ci les promoteurs auront compris le message et abandonneront à jamais ce projet insensé.

    Nous devons tous de sincères remerciements à Jean Jasmin et aux autres citoyens et citoyennes de Montauban qui avaient certainement beaucoup d'autres choses à faire, mais ont choisi de défendre la rivière.

    Serge Grenier

  • Clau - Inscrit 30 avril 2010 07 h 38

    Un projet aux odeurs nauséabondes...il sentait les poissons pourris

    Ayant assisté à l’assemblée publique de la municipalité de Ste-Thècle du 12 avril 2009, au point 28, la municipalité de Notre de Montauban a demandé un appui dans le dossier d’une petite centrale à Notre-Dame de Montauban aux élus de la Municipalité de Sainte-Thècle. Après explication du maire M Alain.Vallée, un conseiller proposa la résolution mais aucun autre élu n’appuya la dite résolution et elle fut rejetée!

    D’ailleurs lors de la période de questions les conseiller(es) furent félicité (es) par un citoyen de leur non appui dans ce projet très questionnable à plusieurs niveaux. Les élu(es) l’ont remercié de son geste. Depuis, ayant reçu le bulletin municipal:Pourquoi dans ce bulletin municipal, le directeur général de la municipalité en a interprété autrement de la version originale? Résolution 2010-04-131 : Dossier petite centrale Notre-Dame de Montauban. Puisque cette résolution n’est pas conforme, elle sera reprise à la prochaine réunion du conseil, lundi le 3 mai 2010, à 20 heures.

    Lorsque j’ai fait mention au maire de ma municipalité que ce serait une compagnie a numéro a but lucratif : (3361128708 IMMATRICULÉ 2002-11-04 560, NOTRE-DAME, SOCIÉTÉ EN COMMANDITE HYDRO MÉKINAC, SAINT-TITE EN VIGUEUR )il m’a répondit que …ce serait la MRC qui gèrerait ce projet de barrage!! Étonnant!

    La MRC de Mékinac n’a pas la compétence d’administrer un tel projet. Alors elle a du créer Hydro Mékinac une société en commandite (but lucratif). Qui sont les administrateurs de cette société? Nous ne pouvons oublier que la MRC de Mékinac a toujours eu de la difficulté avec la transparence et cela dans de multiples dossiers!

    Est-ce que les conseillers, les maires de la MRC Mékinac approuvent cette façon de faire?
    Pourtant avant d’adopter une proposition ils se doivent d’en connaître les tenants et aboutissants. Je m’inquiète de leurs connaissances alors qu’une conseillère de Notre-Dame de Montauban qui voulait approfondir sa connaissance de ce dossier parce ce que sa municipalité doit participer a 50% (MONTANT) et qu’a la MRC on lui a dit de défrayer les coûts des photocopies! Qu’en est-il des autres municipalités qui ont fourni leurs appuis ?

    La MRC de Mékinac a eu la chance de bénéficier de services bénévoles donné par les firmes de procureurs et d’ingénieurs. Réf : Commission Parlementaire : Travail et Économie 2004-2005. Alors pourquoi tant de générosité?

    Je crois qu’il y a trop de non-dit dans ce dossier et que la Municipalité est comme prise en otage afin de définir la vocation de la Rivière Batiscan. Les vrais intérêts de la MRC de Mékinac sont toujours sujet à semer des polémiques en rendant coupable la population pour sont manque de vision…pourtant toujours prête a créer de nombreux emplois chez eux.

    On peut comprendre le rejet de ce projet, un projet aux odeurs nauséabondes!

    Est-ce que la MRC Mékinac va appuyer et fournir des $ pour dévelloper l'écotourisme le long de la rivière Batiscan ou il faut absolument avoir un lien étroit avec des membres du CLD?

    Claudette Piché, citoyenne de Ste-Thècle

  • Ariam - Inscrit 30 avril 2010 07 h 40

    Bravo aux citoyens de Notre-Dame-de-Montauban

    Ma mère est née dans ce petit village et à chaque fois que nous allions rendre visite à notre parenté, nous ne manquions pas d'aller à la chute. Je suis très heureuse qu'elle soit préservée de la grosse machine du capitalisme et de la consommation. Bravo! aux citoyens qui ont lutté contre le projet.
    Maria

  • France Marcotte - Inscrite 30 avril 2010 10 h 07

    Un barrage est un barrage

    Il y a quelque chose qui m'échape: depuis quand ce gouvernement se soucie à ce point de la consultation publique pour donner ou non le feu vert à un projet? Et que valent ces consultaions publiques quand c'est le fond du projet lui-même qui n'est pas accepté? Il n'y a pas de manière douce de faire un barrage hydro-électrique (à moins de le remplacer par une hydrolienne?). Ces consultations ne sont-elles pas le plus souvent des opérations de relation publique? Et que signifie cette victoire pour la protection de toutes les autres rivières menacées?

  • Pierre Véronneau - Inscrite 30 avril 2010 10 h 43

    Yen a marre des barrages

    Énergie verte ?? Les barrages sont des patentes à faire des piastres aux amis du pouvoir et à hacher menu la faune qui y habite. Éoliennes solaire hin!!!! Pas payant.. me semblais qu'Hydro appartenais au Québécois(es) Eh non c'est le joujou des vandales. Caillez chez citoyens (ennes). Yen a vraiment marre des trucs pourris du pouvoir......