La crise du climat cache celle de la biodiversité

Menacé, le koala est inscrit sur la «liste rouge» de l’Union internationale pour la conservation de la nature, tout comme le renard arctique et le béluga.
Photo: Agence France-Presse (photo) Henning Kaiser Menacé, le koala est inscrit sur la «liste rouge» de l’Union internationale pour la conservation de la nature, tout comme le renard arctique et le béluga.

Paris — Derrière la crise du climat s'en profile une autre, moins visible mais tout aussi grave, celle de l'extinction des espèces, véritable bombe à retardement qui a incité l'ONU a proclamer 2010 «Année internationale de la biodiversité».

Le constat global est accablant: près d'un quart de toutes les espèces vivantes, animales et végétales, pourraient disparaître d'ici le milieu du siècle, sous la pression des activités humaines.

Les mammifères sont particulièrement concernés, avec une espèce sur deux en déclin, selon la «liste rouge» de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), organisation de référence en matière de biodiversité. Liste rouge sur laquelle figurent le koala, le renard arctique et le béluga. Péril en la demeure chez les oiseaux également, qui pourraient perdre l'élégant manchot empereur, pour ne citer qu'un exemple parmi des centaines.

Les scientifiques estiment que la «sixième extinction massive» des espèces est en marche, la dernière ayant vu la disparition des dinosaures il y a 65 millions d'années.

Pourtant, cette crise de la biodiversité est «inaudible», déplore Chantal Jouanno, secrétaire d'État française à l'Écologie, soulignant que «tout a été centré sur le climat».

Lors du Sommet de la Terre tenu à Johannesburg, en 2002, les dirigeants de la planète s'étaient engagés à «ralentir significativement» d'ici 2010 l'érosion de la biodiversité.

Un objectif qui est loin d'être atteint, selon l'UICN. «L'homme n'a pas encore compris sa dépendance à l'égard de la biodiversité», estime Mme Jouanno, alors qu'il s'agit d'un enjeu crucial pour des problématiques telles que l'alimentation, la santé ou encore l'approvisionnement en eau potable.

Un GIEC de la biodiversité

Pour bon nombre d'experts, cette crise gagnerait en visibilité si elle bénéficiait d'un mécanisme international d'expertise, à l'instar du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC), qui a obtenu le prix Nobel de la paix en 2007 avec l'ancien vice-président américain, Al Gore.

La création d'un GIEC de la biodiversité — l'IPBES (Plate-forme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques) — devrait être effective en 2010, selon Mme Jouanno.

L'idée en avait été approuvée en mai 2008 lors d'une réunion des Nations unies, mais de nombreux blocages sont apparus depuis, certains pays du Sud craignant une ingérence des pays du Nord dans la gestion de leur patrimoine naturel.

Parallèlement, les grandes expéditions naturalistes, en vogue au XIXe siècle mais tombées un peu en désuétude à la fin du XXe, viennent d'être relancées.

Le Muséum national d'histoire naturelle, l'ONG Pro-Natura international et l'UICN ont annoncé un programme sans précédent de missions d'inventaire sur les «points chauds» de la biodiversité, en Amazonie, en Afrique, à Madagascar, avec la participation d'une centaine d'experts de 15 pays. «Beaucoup d'espèces dans le monde risquent de disparaître avant même d'avoir pu être découvertes», estime Bertrand-Pierre Galey, directeur général du Muséum.

Selon les scientifiques, il y aurait de 8 à 30 millions d'espèces vivantes, comparativement à seulement 1,8 million d'espèces connues à ce jour.

Deux grandes conférences de l'ONU concernant la biodiversité sont programmées en 2010: la CITES, qui publie la «liste rouge» des espèces menacées dont la commercialisation est interdite, et la 10e conférence de la Convention sur la diversité biologique.
2 commentaires
  • Maurice Monette - Inscrit 28 décembre 2009 21 h 21

    C'est bien triste mais, rien n'est plus vrai...

    ...que cette constatation et pouvons-nous espérer encore un possible redressement de cette apocalypse moulte fois annoncée...?

    Rien de plus improbable car, notre "Mère-la-Terre" et tous les biomes qu'Elle suportait, ont été surexploités par et à cause de l'avidité financière humaine qui a été avalisée en juin 1989, par karol wojtyla alias jean-paul II, après une visite d'un certain premier "sinistre" canadien, à la mi-mai précédent cette date fatidique.

    Alors, comme il n'y a plus eue aucune limite à la cupidité humaine, comme c'était le cas entre la fin de la dernière Guerre Mondiale 39-45 et cette date délétère, l'argent sous toutes ses formes est devenu le seul et unique but de toutes les motivations des Gouvernements des Pays Démocratiques de la Planète. Eh oui ! Ce pape atteint de sénilité sévère s'était laissé "emberlificoté" comme quoi la Terre ne passerait pas le cap de l'an 2000 donc, à quoi cela servirait-il de continuer à limiter la cupidité humaine, puisque que nous devions disparaître...? Certains(es) voudront réfuter ces vérités mais, celles-ci sont vérifiables. Surtout en ces temps où l'informatique et internet rendent toutes ces informations accessibles pour toute personne qui veut se donner la peine de vérifier.

    Alors, le cap de non-retour a-t'il été franchi...?

    Si celui-ci n'a pas été dépassé, ce n'est pas loin car, la cupidité humaine ne voulant plus faire de sacrifice et diminuer son ardeur, nous sommes engagés(es) dans un vortex de dégénérescences carabinées dont, cette diminution des espèces vivantes, qui fait partie de l'apocalypse mentionnée ci-avant. Tout a été sur-exploité au nom du dieu dollar et cette dégénérescence évitable si l'espèce humaine avait eue la Maîtrise de sa Cupidité Maladive, est devenue pratiquement inévitable. Donc, que les richards(es) du Globe continuent leur lubie de s'enrichir inutilement car, de toutes façons, notre Biosphère agonise, la Fin sera plus rapide et nous n'aurons pas à laisser ce dépotoire à ciel ouvert à nos descendants(es) qui nous en voudraient d'avoir ruinée Celle-ci et de les laisser se débrouiller avec les immondices qui deviennent de plus en Plus présents. Les océans ont été vidés de leur biomasse et les forêts ont été en grande partie rasées. Ce dernier outrage a empêcher la production naturelle d'ozone qui filtre les rayons ultra-violets de l'astre solaire et on se surprend que les cas de cancers de peau augmentent en flèche. Mais qu'est-ce que Ça prendrait pour réveiller les milliardères de la Terre...?

    Non ! C'est un bienfait que les diversités animales et végétales disparaissent car, il ne devrait plus y avoir rien qui vaille pour supporter ces derniers témoins de l'Aventure Humaine sur une Planète que certains(es) avaient surnommée "la Terre d'Émeraude", à cause des reflets que la lumière du soleil faisait sur ses Océans. Encore une fois, c'est bien triste mais, c'est ce à quoi nous a menée la fameuse Cupidité humaine qui a été laissée au bon vouloir des riches qui en ont jamais assez dans leur besace, depuis de ce relâchement de karol wojtyla alias jean-paul II en juin 1989.

    La crise du climat a aussi été causée par cette cupidité qui a poussées nombre d'industries ou manufactures à ne pas respecter les Limites qui avaient été établies avant cette date. Justement, c'était dans le but de protéger notre Biosphère et de s'assurer que les richesses étaient réparties régulièrement, après chaque période de quatre (4) années de tergiversations de la gent humaine mais, ce pape jean-paul II a tout bousillé alors, est-ce qu'on le trouvent toujours aussi vénérable...?

  • tarantule22 - Inscrit 11 janvier 2010 18 h 39

    Est-ce vraiment l'argent qui les intéresse?

    Si nous avons franchi le point de non retour, au niveau environnemental et de la biodiversité. Est-ce que les gouvernements, de ce monde, étaient au courant? Et depuis combien de temps?

    J’ai lu dans un livre publié en 1965, qu’il y avait déjà des conférences sur le réchauffement climatique à cette époque. Donc, je repose la question. Étaient-ils au courant du phénomène et des conséquences qu’elles auront sur l’Homme? Si oui! Ce qui est à mon avis la réponse, mais je n’en fait pas une vérité absolu. Est-ce vraiment l’argent qui les motivait?

    Je pose la question car je ne crois pas que l’argent va avoir une valeur si la dite apocalypse arrive. Pour ma part, je définirais l’apocalypse par une pénurie alimentaire mondiale. Pourquoi? Car selon certaine étude, Le réchauffement climatique engendrerait un débalancement climatique mondial. Donc il fera chaud à des endroits ou le froid régnait. Humide à des endroits secs, vice-versa et ainsi de suite! Tout ca, sera causé par le ralentissement des courants marins, qui sera dû à la disparition de la calotte polaire vers l’été 2014, selon des scientifiques!

    Suis-je tangible jusqu’ici?

    Si une telle chose arrive. Est-ce que l’argent aura encore une valeur?

    Si non! J’amène quelques questionnements!

    Est-ce le pouvoir de survivre à quelque chose qu’eux savaient? Est-cet le simple pouvoir sur l’humanité? Est-ce que Sarkozy voulais parler de ce pouvoir, quand il a parlé d’un nouvelle ordre mondiale? En disant que c’était, selon lui, la seule solution environnementale possible.

    Je ne suis pas un expert en économie, ni en science de la nature. Je fais juste faire des connexions avec tous les documentaires, reportage, visionnement politique, et autre information que j’ai acquis au fils des dernières années.

    J’espère juste une chose. C’est que tout ca n’arrivera pas et que nous puissions trouver une solution à tout ca pour les générations futur! Mais je sais que c’est un peu Candide de penser de la sorte!

    J'espère que les liens que j'ai fais sont totalement faux. Mais plus l'information avance. Et plus mes liens se consolide! à quelque détaille près.

    Si vous pouvez détruire les allégation que j'ai fais, j'en serais aucunement déçu :)