Québec imposera l'inspection des vieux véhicules

Copenhague — Un programme d'inspection obligatoire des vieux véhicules sera bientôt imposé aux Québécois.


La ministre de l'Environnement, Line Beauchamp, a confirmé hier que cette mesure devrait être appliquée d'ici un an ou deux afin de retirer de la route les véhicules qui ont été construits avant 1995. «Il faut agir parce que les vieilles voitures consomment plus de carburant et sont polluantes», a déclaré la ministre en marge de la conférence des Nations unies sur les changements climatiques, à Copenhague.

Au Québec, environ 400 000 vieilles voitures âgées de plus de 15 ans constituent 10 % du parc automobile, mais elles sont responsables de 50 % de sa pollution atmosphérique.

«Lorsque les Québécois achètent un nouveau véhicule, ils font souvent le choix d'un modèle plus petit, plus léger, qui consomme moins d'essence, mais ça n'enlève rien à la pollution liée aux vieux véhicules», a-t-elle signalé.

La ministre a précisé qu'une table de travail a été formée et planche actuellement sur un programme québécois d'inspection obligatoire.

Elle regroupe notamment l'Agence de l'efficacité énergétique, le ministère des Transports, la Société de l'assurance automobile et des groupes environnementaux, dont l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique.

La table déterminera si l'inspection constituera une simple mesure des émissions de carbone des vieux véhicules ou si elle comprendra une vérification mécanique.

Bien qu'elle se dise déterminée à retirer les «bazous» des routes du Québec, Mme Beauchamp ajoute que le gouvernement doit tenir compte des faibles moyens financiers des propriétaires de ces vieux véhicules.

«Nous sommes conscients que quelqu'un qui a un véhicule âgé, souvent, ce n'est pas par choix ou par plaisir, c'est pour des raisons financières. Donc, il ne faut pas créer une surcharge démesurée pour des citoyens qui n'ont pas beaucoup de moyens.»

L'inspection obligatoire des vieux véhicules constituera un des éléments du plan d'action devant permettre au Québec d'atteindre sa cible de réduction de 20 % des émissions de gaz à effet de serre en 2020, sous les niveaux de 1990.

À voir en vidéo