Copenhague en quelques chiffres

2 L'objectif de cette réunion est de s'accorder sur un «chapeau politique» qui pourrait servir de «base» à un accord sur le climat. Les négociations doivent aboutir en deux textes: la Convention climat de l'ONU concerne tous les pays et permettrait d'engager les États-Unis et la Chine, absents du protocole de Kyoto. La prolongation du protocole Kyoto, elle, concerne 38 pays industrialisés, à partir de 2013. Hier soir, impasse dans les deux cas. Plusieurs pays, dont le Canada, souhaitent remplacer Kyoto par un nouvel accord ou éviter sa prolongation, ce que refusent les pays en développement, la Chine et les pays africains en tête.

40 Les engagements des différents pays industrialisés représentent des baisses planétaires de 8 à 12 % des émissions de GES par rapport à 1990. Les scientifiques recommandent de 25 à 40 % et les États-Unis refusent pour le moment de s'engager au-delà de 3 %.


3
Si les États s'en tiennent à leurs promesses actuelles, les températures augmenteront de 3 °C d'ici 2050, indique une note scientifique de l'ONU datée du 15 décembre, obtenue jeudi par Reuters. Au-delà de 2 degrés, les scientifiques prédisent les pires effets du réchauffement climatique. Certains pays vulnérables à la hausse du niveau de la mer, par exemple, veulent un accord pour une hausse maximale de 1,5 degré.


100 Un fonds de 100 milliards $US pourrait appuyer les pays en développement dans leur lutte contre le réchauffement climatique. Les États-Unis participeront, a promis hier Hillary Clinton, à condition qu'un mécanisme international surveille la réduction que la Chine fait de ses émissions. Le Canada est resté de glace devant ce geste des Américains.


119 Ils seront 119 chefs d'État à Copenhague aujourd'hui, y compris le premier ministre Stephen Harper et le président américain, Barack Obama, attendu avec espoir pour dénouer l'impasse des négociations. Plusieurs États ont plutôt choisi d'envoyer un ministre au front des négociations: l'Arabie Saoudite, les Émirats arabes unis, Cuba, l'Argentine, la Suisse et l'Italie, entre autres.

*****

Avec Reuters, l'Agence France-Presse, Le Monde et Associated Press

À voir en vidéo