Le «climategate» n'a pas influencé les Canadiens

Le «climategate», cette controverse alimentée par les sceptiques des changements climatiques, n'a eu aucun impact sur l'opinion publique au Canada, révèle un nouveau sondage de la firme Angus Reid.

Une majorité de Canadiens (56 %) continue de penser, comme le disent les scientifiques de l'ONU, que le réchauffement de la planète est principalement causé par l'activité humaine. Ils sont 21 % à croire aux changements climatiques, mais causés par le cycle naturel de la planète. En revanche, 17 % des Canadiens sont sceptiques et estiment que le réchauffement de la planète n'est pas démontré.

La controverse du «climategate», qui a fait irruption quelques jours avant le début de la conférence de Copenhague sur les changements climatiques, a eu très peu de résonance au Canada, selon le coup de sonde.

À peine 7 % des gens affirment avoir suivi ce débat de près, tandis que 16 % conviennent l'avoir suivi «modérément». 21 % des répondants en ont entendu parler, mais n'ont pas suivi la controverse, alors que 57 % des Canadiens n'ont aucune idée de ce qu'est le «climategate».

L'affaire concerne la publication sur Internet, le mois dernier, de 1079 courriers électroniques provenant de 72 échanges entre des chercheurs du prestigieux Centre de recherches sur le climat (CRU) de l'Université d'East Anglia, en Angleterre. Les critiques et les suggestions contenues dans ces échanges entre pairs, qui constituent un volet obligé de la démarche scientifique, ont été présentées comme des preuves que les chercheurs manipulaient les statistiques en cachant celles qui ne coïncidaient pas avec la vision de l'ONU. L'Université d'East Anglia s'est inscrite en faux contre cette vision des choses, mais l'affaire a fait grand bruit dans les médias conservateurs et chez les sceptiques du réchauffement climatique.


Les scientifiques ont la cote

Le sondage Angus Reid confirme que les gens font toujours confiance aux scientifiques dans une proportion de 73 %. En matière de changements climatiques, c'est sans aucun doute le groupe qui a le plus de crédibilité, estiment les Canadiens, puisque seulement 8 % refusent de leur faire confiance.

Les groupes écologistes ont de la crédibilité aux yeux de 47 % des répondants, alors que 25 % ne croient pas à ce qu'ils disent.

À peine 16 % des gens font confiance aux arguments du gouvernement fédéral, contre 50 % qui n'accordent aucune crédibilité à Ottawa dans ce domaine. Les gouvernements provinciaux font à peine mieux, alors qu'ils sont crédibles pour 20 % des gens et peu crédibles en matière de changements climatiques pour 44 % des répondants.

Le sondage Internet a été mené les 9 et 10 décembre derniers auprès de 1000 répondants. La marge d'erreur d'un tel échantillon est de 3,1 %, 19 fois sur 20.

À voir en vidéo