Climat - Les pays riches invités à réduire leurs émissions de CO2

Quelque 175 pays sont réunis à Bonn du 29 mars au 8 avril pour discuter d'un nouveau traité international appelé à succéder au protocole de Kyoto, qui expire en 2012.

Parmi eux, de nombreux pays en développement ont invité les pays riches à réduire d'ici 2020 leurs émissions d'au moins 40 % par rapport à 1990 en réponse à ce qu'ils perçoivent comme une aggravation des changements climatiques.

Ces appels contrastent avec la satisfaction affichée à l'ouverture des discussions face à la promesse du président Barack Obama de faire davantage pour combattre le réchauffement climatique que ne l'a fait l'ancien président George W. Bush.

«Nous pensons que d'ici 2020, [les pays développés] devraient réduire leurs émissions d'au moins 40 % en dessous des niveaux de 1990», a déclaré le délégué chinois Xu Huaqing.

L'Inde et d'autres pays ont réclamé des efforts similaires qui vont bien au-delà des objectifs fixés par les États-Unis, l'Union européenne et d'autres pays riches.

L'objectif du nouveau chef de la Maison blanche est de ramener d'ici 2020 les émissions américaines aux niveaux de 1990, ce qui représente une réduction de 16 à 17 % par rapport aux niveaux actuels.

Plusieurs pays en développement font valoir que les données scientifiques sur le réchauffement climatique, de la fonte de la glace dans l'Arctique à des prévisions de montée du niveau des mers plus rapide que prévu d'ici 2100, sont alarmantes et requièrent des mesures plus énergiques.

Le groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) de l'ONU a conclu dans un rapport publié en 2007 que les pays développés devraient, d'ici 2020, réduire leurs émissions de 25 à 40 % par rapport aux niveaux de 1990 pour éviter le pire des changements climatiques.

De récentes données et analyses scientifiques ont dressé un tableau plus sombre encore, a noté Seldwin Hart, de la Barbade, représentant les petits pays insulaires.

Xu, le délégué chinois, a affirmé que c'était aux riches de faire le plus d'efforts afin de laisser les plus pauvres consommer davantage d'énergie pour sortir de la pauvreté.

Parmi les objectifs les plus ambitieux des pays développés, l'Union européenne a accepté de réduire d'ici 2020 ses émissions de 20% sous les niveaux de 1990 et de porter cette réduction à 30% si d'autres pays développés adhèrent à cet objectif.Bonn — La Chine, l'Inde et d'autres pays en développement ont exhorté hierles pays riches à réduire d'ici 2020 leurs émissions de gaz à effet de serre bien au-delà de leurs engagements.

À voir en vidéo