Bilan énergétique mondial - Vers un réchauffement climatique important sans coup de barre majeur

Centrale thermique au charbon, à Pékin, en Chine
Photo: Agence Reuters Centrale thermique au charbon, à Pékin, en Chine

Selon le Bilan énergétique mondial, à moins d'un coup de barre majeur, la planète s'achemine vers le réchauffement climatique maximal prévu par les scientifiques, soit une hausse de 6 degrés centigrades.

C'est ce qu'affirme l'Agence internationale de l'Énergie (AIE) dans son bilan annuel des tendances, intitulé World Energy Outlook (WEO), qui a été publié hier à Londres. L'agence internationale a voulu situer son analyse des tendances par rapport aux conclusions du Groupe intergouvernemental d'experts sur le climat (GIEC), dont la dernière synthèse remonte au début de l'année. Le GIEC prévoit que la hausse du climat planétaire se situera entre 2 et 6°C, selon le taux de croissances des émissions planétaires.

Pour l'AIE, la demande d'énergie primaire continue de croître au rythme de 1,6 % par année, ce qui permet d'anticiper une hausse globale de leur utilisation de 45 % d'ici 2030. L'AIE a réduit quelque peu ses prévisions par rapport à son bilan de l'an dernier à cause de la hausse des prix internationaux du pétrole et des réductions de la demande planifiées par certains pays.

Néanmoins, la demande pour les produits pétroliers devrait passer de 85 millions de barils par jour à 106 MB/j en 2030. Quant à la demande pour le charbon, le plus riche des combustibles en gaz à effet de serre (GES), elle a augmenté plus vite que pour les autres combustibles. Mais en même temps, la croissance des énergies alternatives connaissait une hausse exceptionnelle, passant devant le gaz naturel pour devenir la deuxième filière en importance à compter de 2010.

Chine et Inde

La Chine et l'Inde seront responsables, indique l'AIE, de la moitié de l'augmentation de la consommation mondiale de l'énergie d'ici 2030, mais le Moyen-Orient affiche un taux d'augmentation de plus en plus important. La part des villes dans la consommation mondiale passera des deux-tiers aux trois-quarts d'ici 2030. Pour satisfaire cette énorme demande, il faudra des investissements dans des filières plus vertes, qui totaliseront 26,3 billions $, soit plus d'un billion par année.

«Ces tendances actuelles pour l'offre et la demande en énergie sont clairement insoutenables — environnementalement, économiquement et socialement — et elles doivent être inversées» par les gouvernements dès maintenant, a affirmé hier le directeur exécutif de l'AIE, Nobuo Tanaka. Si l'utilisation d'énergies fossiles augmente de 45 % comme prévu, l'AIE prévoit que les émissions planétaires de GES atteindront 41 milliards de tonnes par an (Gigatonnes ou Gt).

Les trois-quarts de cette augmentation proviendront de la Chine, de l'Inde et du Moyen-Orient. Globalement, 97 % de toute l'augmentation anticipée sera le fait de pays qui ne sont pas membres de l'OCDE.

Scénarios

Si l'humanité veut stopper la hausse de ses émissions de GES avant qu'elles n'atteignent 550 parties par million (ppm) — ce qui limiterait la hausse de la température moyenne du globe à 3 °C — les émissions ne devraient en aucun cas dépasser d'ici 2030 les 33 Gt par an, ce qui exigera des investissements supplémentaires de 4,1 billions $. Mais selon ce scénario, les économies d'énergie réalisées par les consommateurs atteindraient 7 billions.

Si par contre l'humanité entend limiter la hausse de la température mondiale à 2 °C, soit le seuil qui préserverait la planète d'un emballement irréversible du climat à la hausse, les émissions planétaires doivent en aucun cas dépasser 26 Gt d'ici 2030, soit une réduction de 36,5 % par rapport à la tendance actuelle. Ce scénario, précise l'AIE, va exiger un énorme coup de barre de tous les grands émetteurs de la planète, y compris des pays émergents, car, précise Nobuo Tanaka, une telle réduction ne pourra jamais être atteinte même si la totalité des pays de l'OCDE réduisaient leurs émissions à zéro.

C'est ce scénario qui sera au coeur des négociations internationales qui démarreront dans trois semaines à la conférence de Poznan, en Pologne, sur les changements climatiques.
1 commentaire
  • Maurice Monette - Inscrit 13 novembre 2008 15 h 13

    Pour réduire les émissions de G.E.S., rien de mieux que réduire l'avidité monétaire des gens...

    Outre le mouvement indéfectible de la planète dans sa course en cette période de transcendance à un nouveau Cycle d'environ 2000 ans, qui entraine une fonte des glaces pôlaires due au basculement de la terre sur son axe de rotation et ainsi, une modification de l'axe d'ensoleillement de celles-ci donc, fonte et augmentation du niveau des mers comme après chaque période de la même amplitude, il y a la production humaine de Gaz-à-Effets-de-Serre / G. E. S..

    Quant à la première partie de l'explication citée ci-avant, NOUS ne pouvons rien faire que NOUS adapter aux changements induits par cette apocalypse. Par contre, la production humaine de G. E. S. entraînée par une cupidité débridée alors qu'avant juin 1989, avant que karol wojtyla alias jean-paul II ne cède la gestion du pécule mondial aux divers gouvernements démocratiques de la terre, il y avait une limite à cette cupidité humaine et cela restreignait la productivité humaine, et du même coup, contrôlait la productivité industrielle qui est LA responsable directe de la production de ces Gaz délétères.

    Donc, la gent humaine est-elle assez mature pour se rendre compte de sa responsabilité ? Est-t'elle sssez mature pour se rendre compte que l'argent ne fait pas le bonheur mais au contraire, l'entraîne dans un vortex de cataclysmes qui causeront sa propre destruction...?

    Rien ne sert d'aller plus avant dans ces explications car, l'espèce humaine est totalement obnubilée par sa cupidité inutile et jamais ses dirigeants(es) ne voudront baser leur façon de diriger le monde sur autre chose que leur réussite monétaire. Alors, CREVEZ tous & toutes, bandes de CAVES !

    Merci de votre ATTENTION & cupidité maudite...!

    Votre Ami, SAGE, lui,
    MAURICE MONETTE
    Biologiste #939
    Grande Rivière