En bref: Le retour des loups

Une petite meute de loups vit possiblement dans la forêt québécoise, en Estrie, dans un secteur situé à quelque 30 kilomètres de la frontière entre le Canada et les États-Unis, affirment certains spécialistes.

Si cela se confirme, il est presque certain que les loups et leur progéniture finiront par se retrouver dans le nord de la Nouvelle-Angleterre, avancent-ils. «C'est assez près» de la frontière américaine, a indiqué Mario Villemure, un diplômé de l'Université de Sherbrooke qui a étudié un animal capturé par un trappeur, l'hiver dernier. «Une meute de loups peut occuper un territoire si vaste qu'elle peut, lors d'une même journée, se rendre dans le Maine et revenir [au Québec]», a-t-il expliqué. Le retour naturel des loups dans la région mettrait un terme au débat faisant actuellement rage au sujet de leur réintroduction dans le nord-est des États-Unis. «La reprise naturelle ne cause pas de problème, a déclaré Peggy Struhsacker, spécialiste des loups au bureau de la National Wildlife Federation, qui se dit en faveur du retour des loups. C'est la réintroduction dont personne ne veut.»