Les négationnistes passent à l'attaque

Photo: Agence Reuters

En prévision du choc que risquent de provoquer ce matin les conclusions des experts sur le climat réunis à Paris depuis une semaine, des négationnistes nord-américains et canadiens ont entrepris d'attaquer la crédibilité du quatrième rapport onusien, qui sera dévoilé ce matin, pendant que d'autres reprochaient à mots couverts aux gouvernements et aux écologistes de trop mettre l'accent sur la lutte contre les causes du mégaproblème.

Ces attaques ont toutefois des allures de baroud d'honneur devant l'importance que prend le dossier des changements climatiques aux États-Unis, où trois aspirants à la présidence, un républicain et deux démocrates, ont publiquement pris position depuis deux jours en faveur d'un engagement ferme des États-Unis dans la bataille du climat.

Au Canada cependant, le Natural Resources Stewardship Project (NRSP) dénigrait par communiqué la crédibilité du rapport du Groupe intergouvernemental d'experts sur le climat (GIEC), dont le «Sommaire réservé aux décideurs» a été débattu et finalement approuvé la nuit dernière par plus de 500 climatologues et scientifiques de partout sur la planète et divulgué à 3h30 ce matin, heure d'ici. C'est l'ébauche soumise à cet imposant groupe scientifique que Le Devoir dévoilait samedi dernier.

Pour le NRSP, qui a mobilisé plusieurs chercheurs états-uniens à l'appui de sa thèse néanmoins marginale, l'adoption du sommaire proposé par le GIEC est un geste plus politique que scientifique.

Citant Richard Lindzen, professeur au MIT de Boston et membre du GIEC, le NRSP soutient que les conclusions du sommaire «traduisent un consensus entre des représentants gouvernementaux (dont plusieurs représentent leur pays au sein du protocole de Kyoto) plutôt qu'entre des scientifiques».

Aussi, ajoute le groupe négationniste, le rapport lui-même ne sera pas disponible avant le mois de mai, car il faudra le modifier pour le rendre conforme aux conclusions de la rencontre scientifique de Paris. Au cours de cet exercice, ajoute le communiqué du groupe canadien, on ne sait pas ce qui se passera, les auteurs du rapport final ayant fait le serment de garder secrètes leurs délibérations. Le NRSP poursuit ses attaques contre la crédibilité du GIEC en ajoutant que plusieurs de ses membres censés contrôler les études et le bilan quinquennal statuent aussi sur leurs propres études.

La réalité est quelque peu différente, car les analyses et les constats du GIEC sont basés sur une intégration des données et des analyses de 19 grands modèles mathématiques prévisionnels qui aboutissent par des chemins différents à des conclusions très similaires. Le bilan quinquennal du GIEC synthétise aussi les conclusions de plusieurs centaines d'études réalisées par plusieurs milliers de chercheurs à travers le monde, dont les conclusions généralement convergentes sont actuellement validées à Paris par un groupe scientifique qui requiert pour chaque mot l'unanimité des 500 participants. Les conclusions du GIEC sont pour une grande part basées sur plusieurs études de la NASA et de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) des États-Unis, un pays dont l'administration fédérale renie pourtant le protocole de Kyoto. Enfin, notons que l'Académie nationale des sciences des États-Unis, dont les négationnistes canadiens citent la critique d'un des chercheurs, a approuvé l'été dernier une déclaration conjointe avec quatre autres grands pays émetteurs de gaz à effet de serre, déclaration qui va précisément dans le sens des conclusions du GIEC.

D'ailleurs, hier à Paris, les débats se sont enflammés, selon l'agence Associated Press, autour de la marge d'erreur de la conclusion centrale du GIEC, qui attribue clairement aux humains le réchauffement en cours de la planète. Alors que le groupe scientifique concluait qu'il est «très probable» que le réchauffement soit d'origine humaine (c'est-à-dire probable à plus de 90 %), certains auraient voulu qu'on dise «quasiment certain» (c'est-à-dire à plus de 99 %). Mais la délégation de la Chine, le pays qui, l'an prochain, devrait devenir le premier émetteur en importance sur la planète, s'est opposée à tout durcissement supplémentaire de la formulation, ont rapporté les délégués de la Barbade, Leonard Fields, et du Zimbabwe, Washington Zhakata.

La conclusion finalement retenue — le «très probable» suggéré par le GIEC — va quand même plus loin que celle du rapport de 2001, qui affirmait, sans préciser le degré de fiabilité de l'assertion, que le réchauffement était «probablement» attribuable aux émissions de CO2 d'origine humaine.

Pendant ce temps, au Canada, le Conference Board déplorait, étude à l'appui, qu'on parle trop peu ici de la nécessité de s'adapter aux changements climatiques, ce qu'on devrait faire plutôt que de toujours discuter, comme le font les écologistes et les politiques, de la nécessité de mobiliser les énergies pour agir sur les causes du problème. Dans un communiqué rédigé uniquement en anglais, le Conference Board dit estimer que «quoi qu'on fasse pour réduire les émissions, le climat va changer et cela affectera les Canadiens», expliquait son vice-président, Gilles Rhéaume. La baisse des niveaux des Grands Lacs, donnait-il en exemple, risque de provoquer des pénuries d'eau et de modifier les récoltes dans les Prairies canadiennes alors que les trois régions côtières du pays seront aux prises avec la hausse du niveau des mers.

Il faut, selon le Conference Board, mettre en avant dès maintenant des politiques «d'adaptation» aux changements climatiques, axées sur les problèmes que les institutions publiques et le secteur privé devront affronter. Selon le Conference Board, les politiques, le public et les médias passent à côté d'une dimension fondamentale des changements climatiques en parlant trop peu des problèmes d'adaptation et en mettant trop l'accent sur la lutte contre les changements climatiques, un dossier qui a fait beaucoup jaser mais qui a suscité peu d'action, soutient l'organisme.

À l'opposé de cette démarche, un groupe d'investisseurs institutionnels américains totalisant des actifs de 41 trillions $US a demandé hier aux 2400 sociétés industrielles les plus importantes de la planète de dévoiler dès maintenant et chaque année leurs émissions de gaz à effet de serre afin que tout le monde puisse suivre leur progression ou le danger qu'elles représentent pour la sécurité climatique. Ces 284 grands investisseurs estiment que le Carbon Disclosure Project, qui vise à préciser aux investisseurs la dépendance au carbone des société industrielles, est désormais un incontournable pour qui veut vraiment donner l'heure juste à propos de ses perspectives d'avenir sur le plan économique. Ces grands investisseurs plaident pour un changement draconien des politiques gouvernementales dans la lutte contre les sources d'émissions car, à leur avis, il serait inutilement coûteux d'investir dans l'adaptation si le problème n'est pas attaqué à sa source même.

Le Congrès s'échauffe

Les conclusions du prochain rapport du GIEC et les majorités démocrates au Congrès modifient totalement le débat sur les changements climatiques.

C'est ainsi que la sénatrice Hillary Clinton et son principal adversaire à l'investiture démocrate, le sénateur Barack Obama, ont tous deux signé au cours des derniers jours le projet de loi présenté au Sénat par Joe Lieberman, un indépendant du Connecticut et ancien colistier d'Al Gore, ainsi que par le sénateur républicain John McCain, de l'Arizona. Ce projet de loi, un des cinq récemment déposés au Congrès, propose de ramener d'ici 2012 les émissions de GES des États-Unis au niveau de 2004 avec, par la suite, une baisse annuelle de 2 % pour atteindre une réduction globale de 60 % d'ici 2050.

Tous les projets de loi déposés proposent un plafonnement des émissions des grands émetteurs — et, dans certains cas, des émissions de tous les secteurs économiques — ainsi que la mise en place d'un marché de crédits d'émissions, calqué sur le modèle européen, ce que l'administration Bush et les promoteurs des combustibles fossiles refusent totalement.

Le comité sénatorial où les grandes figures du Sénat se sont presque toutes prononcées cette semaine pour un engagement ferme des États-Unis dans la bataille du climat siège en même temps qu'un autre comité sénatorial qui instruit une enquête sur les tentatives de l'administration Bush de museler les chercheurs de la NASA et de la NOAA, notamment, afin qu'ils ne parlent pas publiquement de leurs travaux et, surtout, qu'ils évitent les conclusions et les commentaires contraires aux voeux de l'administration. Le nombre d'interventions visant à forcer la science du climat dans le sens des visées de l'administration Bush est tel que le Sénat a ouvert une enquête publique.

Le Devoir

Avec l'Associated Press

et l'Environmental News Service
18 commentaires
  • Jean Menetrier - Abonné 2 février 2007 03 h 20

    la cabale

    Maintenant, je comprend presque les négationnistes américains de l'évolution; il y a encore pas mal de petits cerveaux savants qui manquent de connections pour comprendre les "presque-évidences à 90%" de notre évolution planétaire.il serait intéressant de nommer et de dénoncer publiquement ces négationnistes en décodant leurs attaches et les groupes d'intérêts qu'ils défendent afin de nous éclairer sur leurs vraies motivations et leurs assertions surement grassement rétribuées (peut-être en actions de pétrolières). On a vu à quelle catastrophe nous a conduit l'acharnement et l'obsession des faucons à la recherche d'armes de destruction massive. Ils viennent de les trouver, cachées dans le sable, pas en Irak, en Alberta dans notre meilleur plus beau pays au monde, mais pas pour longtemps, car leur jouet finira par nous faire sauter quand même! À moins qu'on les envoie discuter de ces problèmes avec nos ours blancs, mais sans 4x4, d'animal à animal, pardon à ours.

  • Lapirog - Abonné 2 février 2007 07 h 15

    Les négationistes Nord Américains et les changements climatiques évidents.

    Faudra voir comment notre ministre de l'environnement et son chef réagiront à ce rapport produit par les plus grands scientifiques de notre planète qui appellent à l'urgence de la situation.
    Voici un extrait d'un article du journal Le Monde de ce jour qui en dit long sur l'idéologie Bushienne:

    Un rapport de l'Union of Concerned Scientists (UCS) rendu public mardi 30 janvier révèle que des considérations politiques ont interféré avec le travail en climatologie de nombreux chercheurs américains. L'association a adressé un questionnaire à plus de 1 600 scientifiques employés par des organismes de recherche fédéraux. Plus de 45 % d'entre eux ont eu connaissance ou ont personnellement été l'objet de pressions pour expurger des publications à caractère scientifique des termes comme "changement climatique" ou "réchauffement global". L'UCS a identifié 435 cas de ce type de censure au cours des cinq dernières années. L'organisation pointe la porosité existant entre l'administration Bush et les firmes pétrolières, en particulier Exxon Mobil. Selon The Guardian du 2 février, cette société a d'ailleurs, par le biais d'un "think tank" qu'elle finance, proposé une enveloppe de 10 000 dollars à plusieurs scientifiques afin qu'ils réfutent les dernières conclusions du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC).

  • Pierre Philippe - Inscrit 2 février 2007 09 h 21

    La réserve est indispensanble

    Pour se prononcer avec crédibilité sur cette problématique, il est indispensdable de comprendre comment les scientifiques aux prises avec un problématique complexe comme climat arrivent à leurs conclusions. Malheureusement, encore aujourd'hui, la grande majorité des scientifiques recourent à une approche linéaire des rapports de causalité.

    Or, il est démontré depuis fort longtemps que le climat est une problématique qui doit être approchée à l'aide d'une méthodologie dynamique et nonlinéaire.

    La particularité de ce type d'approche est qu'elle est basée sur des modèles qui n'ont rien en commun avec nos manières habituelles de raisonner sur les phénomènes de causalité dans notre vie de tous les jours.

    Autrement dit, il est impossible de prédire sur une base causale sans le recours à des ordinateurs qui peuvent manipuler les rapports de causalité nonlinéaires. Il suit que toute prétention à présumer de la causalité à partir d'un raisonnement linéaire simple conduit à des conclusions simplificatrices (et invalides) de la réalité.

    Une autre raison qui mine les conclusions simplistes dans la problématique du climat est que les modèles utilisés (à fortiori s'ils sont linéaires), s'ils sont incomplets, peuvent aussi entraîner des conclusions fort éloignées de la réalité. Autrement dit, on peut faire dire n'importe quoi aux modèles si les chercheurs circonscrivent mal les paramètres du phénomène à expliquer.

    Comme les scientifiques recourent le plus souvent à des modèles linéaires et appauvris de la réalité climatologique, il serait fort étonnant que les conclusions du rapport GIEC soient fondées scientifiquement. Beaucoup d'autres raisons militent pour le négationnisme en cette matière.

    Compte tenu des implications d'une intervention aussi majeure, on doit rester circonspect. Il n'est pas sûr que le phénomène auquel nous assistons n'est pas naturel, comme l'évolution climat des périodes géologiques du passé en témoigne. Le cas échéant, toute intervention ne constituerait qu'un coup d'épée dans l'eau.

    P.Philippe, Ph.D.

  • Ivan Jobin - Inscrit 2 février 2007 09 h 25

    10% de riches = 90% de polution

    Aussi longtemps que l'avenir environnemental de la planète sera entre les mains des décideurs carriéristes et capitalistes nous pouvons être certain qu'il y aura dégradation de notre environnement. Le jour où, ces riches auront eux-mêmes de la difficulté à respirer l'air ambiant dans leurs retraites cachées et qu'ils auront de l'eau jusqu'aux genoux, là, peut être qu'ils considéreront le moment venu de faire quelque chose pour sauver non pas la planète mais leurs biens et leur petite santé.

  • Jocelyn Bluteau - Inscrit 2 février 2007 09 h 52

    Seuil de non retour - Jocelyn Bluteau

    Je crois que la réaction des négationnistes risque de les entraîner au-delà d'un seuil de non retour dans l'opinion publique à l'instar d'industrie du tabac dans les années 80. En effet, c'est à cette époque que cette insdustrie a perdu toute crédibilité en soutenant des positions qui tentait de discréditer les études révélant les effets néfastes du tabagisme et donc leur responsabilité directe.
    En ce qui concerne les changements climatiques, les récents évènements extrêmes vécus à différents points sur la planète ont conscientisés les populations qui cherchent aujourd'hui à comprendre et le discours du GIEC est hautement plus crédible en fournissant des moyens d'agir.