Les Grands Lacs sont encore plus pollués

La pollution industrielle a augmenté de 21 % dans les Grands Lacs entre 1998 et 2001 malgré les efforts de dépollution déployés des deux côtés de la frontière, soutient une analyse de données gouvernementales divulguée par la Commission de coopération environnementale (CCE) de l'ALENA en mai dernier.

Cette analyse a été faite par Environmental Defence et la Canadian Environmental Law Association, deux groupes écologistes qui suivent de près le dossier des Grands Lacs. Ils ont compilé sur une base géographique les données contenues dans les inventaires nationaux américains et canadiens compilés par la CCE chaque année, mais par type d'industries et par pays.

Selon cette compilation, qui ne comprend pas les rejets municipaux, les rejets de toxiques dans les Grands Lacs sont passé de 4000 tonnes à plus de 5000 tonnes par année entre 1998 et 2001. Cette augmentation de la pollution est principalement attribuable aux entreprises américaines, dont les rejets ont augmenté de 23 %, comparativement à 13 % du côté canadien.

En chiffres absolus, les entreprises américaines, beaucoup plus nombreuses, ont rejeté beaucoup plus de contaminants que leurs concurrentes canadiennes, soit 65 % du grand total.

Mais d'un point de vue relatif, l'augmentation des rejets atmosphériques a été plus importante du côté canadien, soit 24 % contre 3 %. Toutefois, compte tenu de la direction des vents dominants, l'essentiel de la pollution crachée par les industries installées du côté canadien des Grands Lacs pourrait bien polluer davantage le Québec que les plans d'eau mitoyens entre le Canada et les États-Unis.