Voitures hybrides - Peugeot-Citroën mise sur la formule diesel-électricité

PSA Peugeot-Citroën a dévoilé vendredi en première mondiale deux voitures hybrides diesel-électricité, des démonstrateurs qui font reculer à un niveau inégalé les cotes de consommation de carburant et d'émissions de gaz à effet de serre.

Les deux petites voitures de format moyen affichent une consommation moyenne, ville et grand route, de 3,4 l/100 km ou 83 milles au gallon! Il s'agit, selon le constructeur, d'une amélioration de 30 % par rapport à un moteur thermique classique de même cylindrée et de 10 % par rapport à une hybride à essence comme la Prius de la japonaise Toyota. Alors que la Prius rejette 104 g de CO2 par kilomètre, les deux hybrides diesel ramènent les émissions moyennes à 90 g au kilomètre, soit une amélioration de 13 % par rapport à la plus performante des voitures hybrides actuelles.

Le constructeur français a choisi cette formule diesel-électricité parce que plusieurs petites cylindrées diesel classiques affichent des consommations égales ou meilleures que celles des hybrides à essence sur la grand route. C'est notamment le cas de la Smart de Mercedes avec une consommation de 3,8 l/100 km sur la grand route. Mais en ville, les hybrides battent la marche devant tout le monde en raison de l'apport des moteurs électriques. En alliant pour la première fois les deux technologies, Peugeot-Citroën tente de prendre la tête d'un important marché puisque les diesels dominent déjà le marché français à 70 % et monopolisent 50 % des ventes en Europe.

Mais si le constructeur français estime pouvoir commercialiser ses deux modèles d'ici à 2010, le vrai défi, expliquaient hier ses porte-parole, sera de réduire de trois fois le coût de revient de cette technologie pour qu'elle justifie l'achat de leur modèle par rapport à une diesel classique. La technologie hybride coûte plus cher parce que le couplage d'un moteur thermique classique avec un système électrique complet augmente les coûts.

Propulsion «parallèle»

Les deux petits véhicules de PSA fonctionnent à propulsion dite «parallèle», ce qui implique que l'essentiel de la traction est assuré par le moteur thermique, lequel est assisté par un moteur électrique. Ce dernier fonctionne grâce à l'énergie récupérée au moment des décélérations ou du freinage. Le système choisi par PSA permet de rouler à 100 % en mode électrique lorsque le véhicule roule à moins de 50 km/h. En cas de panne du système électrique, le moteur de 1,6 litre est capable de maintenir le véhicule en opération complète.

En comparaison, la propulsion de type hybride en série, comme le système de traction avec moteurs-roue de Pierre Couture d'Hydro-Québec, réserve la traction aux seuls moteurs électriques. Dans cet autre système, en voie de développement par le constructeur d'Avion Dassault, la génératrice de bord démarre uniquement lorsque les batteries sont déchargées.

Toyota a accueilli avec élégance cet éventuel concurrent à sa Prius, sur le marché depuis 1997, se félicitant de voir d'autres constructeurs assurer l'essor de ce marché. Toyota prévoit vendre un million de Prius dans le monde.