Ouverture aujourd'hui d'une conférence internationale sur l'Environnement - Les produits chimiques dans la mire de Dubaï

Dubaï — Le plus grand rassemblement jamais organisé de ministres de l'Environnement s'ouvre aujourd'hui à Dubaï aux Émirats arabes unis, où les représentants de 160 pays discuteront notamment d'énergie durable et de gestion des produits chimiques dangereux.

Près de 130 ministres — et les présidents de Gambie et Suisse — sont attendus pour cette 9e session extraordinaire du conseil d'administration du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE)/Forum ministériel mondial sur l'environnement.

Kofi Annan sera à l'honneur: le secrétaire général des Nations unies recevra aujourd'hui le prix international Zayed pour l'environnement, d'une valeur de 500 000 $. Baptisé du nom de l'ancien président des Émirats, cheikh Zayed ben Sultan Al-Nahyan, décédé en 2004, ce prix est le plus prestigieux et lucratif en matière d'environnement. Il a été décerné en décembre à M. Annan pour l'appui qu'il apporté aux sommets et rapports de l'ONU sur l'environnement.

Hier, une centaine de délégués apportaient la touche finale à un projet de traité, l'Approche internationale sur la gestion internationale des produits chimiques, qui devrait être adopté aujourd'hui par les ministres. L'impulsion a été donnée en 2003 quand les experts ont commencé à tirer la sonnette d'alarme devant la hausse exponentielle et quasiment incontrôlée de la production.

Au cours des 15 prochaines années, la production de produits chimiques va ainsi augmenter de 85 % avec 1500 nouveaux produits réalisés chaque année, selon le porte-parole du PNUE, Nick Nutall.

Or, souligne-t-il, la production s'est majoritairement déplacée des pays les plus industrialisés vers les pays les plus pauvres, sans normes internationales de sécurité pour protéger la santé humaine ou l'environnement. «La science évolue constamment. Nous avons besoin d'une bonne évaluation des risques, fondée sur les données scientifiques, et harmonisée dans le monde.»

À Dubaï, les ministres discuteront aussi de la meilleure façon d'assurer des sources d'énergie durable et un tourisme plus respectueux de l'environnement.

Dubaï, plus connue pour ses constructions grandioses au milieu du désert que pour ses égards pour l'environnement, constitue pour le directeur du PNUE, Klaus Topfer, le site parfait pour accueillir le sommet.

C'est «la première fois que notre conseil d'administration se tient dans cette partie du monde. L'engagement de feu cheikh Zayed en faveur des causes environnementales, l'importance de l'énergie et du tourisme dans ce pays, font de Dubaï le lieu idéal».

Klaus Topfer croit percevoir une «renaissance» de l'engagement politique en faveur de l'environnement mondial, portée «par l'essor de la demande et la montée en flèche des prix des combustibles fossiles» et la prise de conscience que la pollution peut entraver la croissance économique, en particulier dans les pays au développement rapide comme la Chine et l'Inde.