Enseignants du primaire et du secondaire - Les négociations reprennent aujourd'hui

Les négociations entre les représentants syndicaux des 90 000 enseignants du primaire et du secondaire et le gouvernement doivent reprendre aujourd'hui.

Les représentants de la Fédération des syndicats de l'enseignement (FSE-CSQ) ont été convoqués à une reprise des négociations, suspendues depuis mercredi dernier, dès 11h ce matin. Ils abordent cette nouvelle phase de négociation «avec un sentiment d'urgence et une obligation de résultat». «C'est la dernière chance pour nous parce qu'on n'en finit plus de finir. On n'en est plus à discuter des enjeux de la négociation qui sont clairs pour tout le monde, mais plutôt à mesurer la volonté politique du gouvernement», a déclaré hier au Devoir la présidente de la fédération, Johanne Fortier.

Sur les ondes de Radio-Canada hier après-midi, la présidente du Conseil du trésor, Monique Jérôme-Forget, a confirmé que son gouvernement avait appelé les syndiqués à revenir à la table de négociation. Elle a déclaré avoir été «renversée» par l'ultimatum lancé dimanche soir par les FSE-CSQ puisque, selon elle, la partie patronale «n'a jamais quitté la table». «Ça fait cinq jours que nous attendons pour reprendre là où nous avons laissé, c'est-à-dire à un cheveu de nous entendre», a-t-elle ajouté.

Dimanche dernier, au sortir d'un conseil fédéral des 125 délégués de la FSE-CSQ, le syndicat des enseignants avait sommé le gouvernement de reprendre les tractations dans un délai de 48 heures et d'en arriver à une entente d'ici au 5 octobre. Les enseignants menacent de déployer de nouveaux moyens de pression si aucun progrès n'est fait au cours de la prochaine semaine.