Décès de l'auteur et professeur Thierry Hentsch

Thierry Hentsch, auteur et enseignant en science politique à l'Université du Québec à Montréal (UQAM), est décédé jeudi des suites d'un cancer foudroyant du pancréas, détecté il y a quelques mois à peine. Il était âgé de 61 ans.

Sa mort, annoncée hier, en a surpris beaucoup à l'UQAM: au département de science politique, on indiquait qu'à peu près personne n'était au courant de la gravité de sa maladie. M. Hentsch a enseigné la dernière session, et devait faire de même à l'automne. Il dirigeait encore plusieurs mémoires de maîtrise et thèses de doctorat.

Intellectuel renommé, conférencier apprécié, M. Hentsch a remporté le Prix du Gouverneur général en 2003 pour son essai Raconter et mourir: aux sources narratives de l'imaginaire occidental, un ambitieux ouvrage érudit (mais accessible) faisant la synthèse des récits littéraires fondateurs de la culture occidentale. Il lui a aussi valu des récompenses ou des mentions dans les concours du Prix littéraire France-Québec, du Grand Prix du livre de Montréal et du prix Louis-Pauwels. Il est également l'auteur de L'Orient imaginaire: la vision politique occidentale de l'Est méditerranéen (1988) et d'une Introduction aux fondements du politique (1993). Il a collaboré au fil des ans avec de nombreux journaux et revues, ainsi qu'à quelques émissions de télévision.

Originaire de Suisse (il a obtenu son doctorat de l'Université de Genève), Thierry Hentsch est entré à l'UQAM en 1975. Auparavant, il avait réalisé plusieurs missions de négociation pour le Comité international de la Croix-Rouge, notamment en Syrie, en Palestine et au Pakistan. Les questions du rapport entre les cultures, notamment entre l'islam et l'Occident, ont particulièrement occupé ses recherches. À l'UQAM, il a occupé diverses fonctions au sein du syndicat des professeurs et fut directeur du département de science politique entre 1998 et 2001. Ses funérailles auront lieu jeudi, à Montréal.