Petit lexique cochon pour parents avertis

FELLATION

- Elle a la cote actuellement, et bien des jeunes filles s'y adonnent, préservant du coup leur virginité pour le prince charmant, auquel elles rêvent toujours malgré des vendredis soirs olé olé. Les spécialistes s'inquiètent de voir des fillettes du primaire marchander une «pipe» contre des cadeaux, de la plus banale cigarette à un joli vêtement.

SOFA PARTY

- Variation sur le thème de la fellation: dans un sous-sol laissé aux jeunes par des parents inconscients ou trop confiants, une rangée de garçons s'installent confortablement sur le sofa usé. Les filles défilent les unes après les autres et besognent en changeant de partenaire, jusqu'à épuisement...

CHASSE-NEIGE

- Se pratique invariablement, été comme hiver, malgré ce que son nom suggère. Après avoir éjaculé dans la bouche de sa partenaire, le jeune homme reçoit en plein visage le sperme recraché par mademoiselle. Peu répandu comme pratique mais, dans certaines écoles, c'est la mode du jour.

FUCK FRIEND

- Ce n'est pas l'amoureux, ni l'amant, encore moins le meilleur ami. Une traduction littérale maison nous dirigerait vers «le copain de baise», celui à qui on peut expédier un courriel pour demander tout bonnement: «Cher Sébastien, et si on était fuck friends?» N'engage à rien — officiellement — mais, officieusement, on constate que les filles en bavent secrètement pour le fuck friend et se meurent d'amour pour lui.

DANSE SANDWICH

- Populaire dans les écoles secondaires mais aussi primaires, à l'occasion des danses orchestrées par l'école. Au son langoureux d'un slow, une fille se voit entourée de deux garçons, l'un à l'arrière, l'autre à l'avant, pour former ledit sandwich. Celui d'en arrière a le loisir de fureter vers la partie inférieure du corps, tandis que son voisin d'en avant s'adonne à l'examen du haut. La danse sandwich se pratique aussi avec un garçon au centre et deux filles l'étreignant. Se fait au vu et au su d'adultes surveillants.

SEX BRACELETS

- Les avis diffèrent sur ces mignons petits bracelets de plastique colorés, en apparence bien inoffensifs. S'ils sont sans doute anodins pour nombre d'ados qui les exhibent, ils traduisent en revanche pour certains un code sexuel défini à l'aide des différentes couleurs dudit bracelet, que l'on porte à l'unité ou en rangées. Le noir annonce la disponibilité du porteur pour une relation sexuelle, mais le bleu indique une préférence pour la fellation, le vert pour le cunnilingus, le orange pour un chaste baiser (tout de même!), le jaune pour un gros câlin et le mauve pour la sodomie.

VIAGRA

- Oubliez les hommes grisonnants gambadant sur le parterre de leur maison de banlieue, fredonnant énergiquement le «I did it my way» de Frank Sinatra après une folle nuit d'amour sans incident... Le Viagra ne fait pas sourire que les hommes à la libido chancelante. Les jeunes fouinent dans la pharmacie de papa — ou de papi! — et avalent les petites pilules bleues pour faire durer le plaisir des heures et des heures, en plus d'exacerber leurs sensations.

GAGGING

- Pratique extrême, il ne s'agit pas de la dernière tendance chez nos jeunes adolescents québécois, mais certainement de ce qui est in côté consommation d'images cybernétiques, affirment les spécialistes. Du terme anglophone «to gag», c'est-à-dire avoir des hauts-le-coeur, le «gagging» consiste en une pénétration violente du pénis dans la bouche de la femme, jusqu'à ce que celle-ci vomisse. Les sites Internet diffusent des images troublantes de femmes malades, les larmes faisant dégouliner leur maquillage.

ASS TO MOUTH

- Tout droit venu d'Internet et de la profusion pornographique qu'elle diffuse, le «ass to mouth», comme son nom l'annonce, consiste en une pénétration anale suivie, immédiatement avant l'éjaculation, d'une fellation. Sans qu'on puisse statuer sur la popularité de cette pratique chez les jeunes, celle-ci demeure, elle aussi, une manière de faire que les jeunes visualisent avec une facilité déconcertante sur l'écran de l'ordinateur.

À voir en vidéo