Les grèves tournantes se poursuivent dans les écoles

Sitôt les étudiants rentrés au bercail, les enseignants du primaire et du secondaire ont dépoussiéré les pancartes et pris le relais de la grève, qui se poursuivra sous sa forme tournante dans les écoles du Québec aujourd'hui et la semaine prochaine.

Lanaudière, les Laurentides et l'Outaouais sont affectés aujourd'hui par les grèves des enseignants membres de la Fédération des syndicats de l'enseignement (FSE-CSQ), qui pressent Québec de renouveler leur convention collective en usant de ce moyen de pression.

Cette semaine, d'autres régions y ont eu droit, de la Montérégie à l'Abitibi en passant par le Bas-Saint-Laurent, la Côte-Nord, Laval et le Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Rappelons que la FSE a obtenu l'aval de 70 % de ses membres pour une grève légale de deux jours, sous forme modulée, enclenchée mardi, qui se poursuivait hier et aujourd'hui et qui reprendra les 19, 20 et 21 avril. Les enseignants seront aussi en grève générale à travers tout le Québec le 6 mai.

Notons par ailleurs que les étudiants du collège Lionel-Groulx ont voté hier pour un retour en classe, qui s'effectuera demain. Après un mouvement de grève entamé le 24 février dernier, il s'agit du dernier cégep à rentrer dans les rangs. L'Université du Québec à Montréal voit aussi ses derniers manifestants reprendre la route des études: l'Association facultaire des lettres, langues et communication a convenu mardi de reprendre les cours dès hier mais, du même souffle, elle a voté pour une levée des cours aujourd'hui entre 16h et 19h, histoire de participer à cette manifestation destinée à souligner le deuxième anniversaire de l'arrivée au pouvoir des libéraux de Jean Charest.

Organisée par le Rassemblement des artistes très sensibilisés (RATS) et chapeautée par la Coalition pour une ASSE élargie (CASSEE), la manifestation «festive, créative et fâchée» doit démarrer au carré Berri vers 16h pour prendre fin devant les bureaux du premier ministre Charest, angle Sherbrooke et McGill College.