Polytechnique Montréal: Propolys, une ruche pour les entrepreneurs

Isabelle Delorme
Collaboration spéciale
La première édition du Grand événement annuel en entrepreneuriat à Polytechnique Montréal, le 2 novembre 2022
Photo: Propolys Polytechnique Montréal La première édition du Grand événement annuel en entrepreneuriat à Polytechnique Montréal, le 2 novembre 2022

Ce texte fait partie du cahier spécial Enseignement supérieur

L’abeille est l’emblème de Polytechnique Montréal. Cet insecte très affairé a aussi inspiré le nouveau nom du service entrepreneurial de l’école : Propolys. Un nom évocateur accompagné de nouveaux services qui aideront les étudiants et entrepreneurs à « polliniser » la société en concrétisant leurs idées de génie.

Cette pépinière, créée il y a trois ans, soutient les projets entrepreneuriaux à composante technologique aux premiers stades de leur développement. Elle s’adresse aux étudiants de Polytechnique Montréal, mais pas seulement.« Certains de nos programmes sont ouverts à tous les entrepreneurs du Québec. Nous souhaitons mettre les forces de Polytechnique Montréal à leur disposition dans deux secteurs clés aujourd’hui pour nos sociétés, nos économies et l’environnement : les technologies propres et la cybersécurité », indique Cléo Ascher, directrice de Propolys.

D’ingénieur à butineur

Le nouveau nom du service (qui s’appelait auparavant Bureau de soutien à l’entrepreneuriat) a été choisi en clin d’oeil à l’emblème de Polytechnique, après un sondage.« La propolis est la substance que les abeilles créent à partir de la résine de certains végétaux et de cire pour solidifier leur ruche. Nous jouons un rôle similaire : nous fournissons les ingrédients essentiels pour que les entrepreneurs solidifient les fondations de leur projet et soient capables de naviguer entre les différents écosystèmes technologiques d’affaires et de recherche pour aller polliniser l’ensemble de la société avec leurs projets novateurs », explique Cléo Ascher.

Plus de 150 projets entrepreneuriaux ont été accompagnés par Propolys depuis sa création, comme celui de l’entreprise CAPsolar, qui a reçu le prix de la collaboration Startup-entreprise de l’année au Gala de la communauté Startup 2022 pour son projet avec la Société du parc Jean-Drapeau. « Cette entreprise développe un module solaire conçu pour les véhicules électriques à faible vitesse, comme les voiturettes de golf ou les véhicules de quartier utilisés pour le microtransit. Il augmente l’autonomie de ces véhicules (la durée de vie de leur batterie) en compensant le courant parasite auquel ils sont sujets », décrit Thibault Bloyet, conseiller aux entrepreneurs à Propolys, qui a accompagné le projet à ses débuts.

Donner le déclic entrepreneurial

Selon un sondage réalisé en interne, 70 % des étudiants de Polytechnique Montréal envisagent de créer un jour leur entreprise, dont 20 % souhaitent se lancer au cours de leurs études, la majorité préférant acquérir d’abord une expérience professionnelle, indique Cléo Ascher. « Nous souhaitons les aider à passer de ces intentions à de premières démarches concrètes, afin qu’ils utilisent leur passage à Polytechnique pour développer des compétences entrepreneuriales qui pourront leur être utiles tout au long de leur carrière », explique-t-elle.

Pour compléter ses programmes d’incitation développés depuis trois ans, qui incluent notamment des ateliers de formation, du coaching individuel, du mentorat et l’octroi de bourses, Propolys s’est inspirée de l’Université de l’Utah, aux États-Unis, en mettant en place un nouveau service d’ambassadeur, actuellement en phase de projet pilote. « Nous nous appuyons sur un réseau d’étudiants entrepreneurs qui mettent eux-mêmes en place des activités de sensibilisation auprès de leurs pairs. La communauté, et en particulier la rencontre avec des modèles inspirants, est très importante pour se lancer », décrit Mme Ascher. C’est d’autant plus vrai dans le milieu des ingénieurs, dont la culture ne prédispose pas forcément à la prise de risques inhérente à l’entrepreneuriat, souligne Thibault Bloyet.

La pépinière prévoit également d’ouvrir prochainement un nouveau lieu : l’Espace entrepreneurial Propolys. « Nous pourrons y accueillir les entrepreneurs que nous accompagnons, mais aussi l’ensemble de la communauté qui gravite autour de l’entrepreneuriat », précise Cléo Ascher. Son objectif : favoriser les échanges entre des personnes aux profils multiples et complémentaires (entrepreneurs, chercheurs, industriels, etc.) à travers des événements, permettre des partages d’expérience et offrir un terrain de tests pour des projets entrepreneuriaux. Cette nouvelle ruche devrait faire bourdonner dès le printemps 2023 le chemin Queen-Mary.

Ce contenu spécial a été produit par l’équipe des publications spéciales du Devoir, relevant du marketing. La rédaction du Devoir n’y a pas pris part.

À voir en vidéo