Ottawa octroie près de 5 millions à un centre francophone de Welland

La ministre canadienne des Langues officielles, Ginette Petitpas Taylor, était présente au Foyer Richelieu de Welland pour faire l’annonce.
Gérald Lachapelle La ministre canadienne des Langues officielles, Ginette Petitpas Taylor, était présente au Foyer Richelieu de Welland pour faire l’annonce.

Les investissements d’Ottawa dans la création d’un nouveau centre communautaire multigénérationnel franco-ontarien à Welland doublent en raison de la pandémie. Le Foyer Richelieu — l’un des seuls centres de soins de longue durée francophones du sud de l’Ontario — a obtenu une aide financière de 2,7 millions de dollars mardi, ce qui porte la somme totale des investissements du gouvernement fédéral à près de 5 millions.

En avril 2021, le gouvernement fédéral avait octroyé 2 millions de dollars au projet, qui pourra accueillir des centaines de visiteurs, notamment les familles des usagers comme des employés du centre de soins de longue durée. Les coûts de construction du bâtiment, qui pourrait ouvrir ses portes en mars 2025, ont doublé depuis la première annonce, selon Sean Keays, le directeur général du Foyer Richelieu. Le financement de 4,7 millions représente environ 45 % des coûts du projet.

Le nouveau bâtiment de près de 1000 mètres carrés comprendra le centre communautaire ainsi que 130 lits de longue durée, tandis que le bâtiment actuel — dans lequel se trouvent 65 lits de longue durée — sera transformé en résidence assistée. Le nouvel édifice offrira, entre autres, des services de physiothérapie et de coiffure aux résidents, ainsi que des spectacles. « Ce sera un lieu de rencontre », résume Muriel Thibault-Gauthier, la présidente du conseil d’administration du Foyer Richelieu.

Une façon de conserver le français

Plusieurs résidents du centre de soins de longue durée — l’un des deux seuls offrant des services en français dans le sud de la province — sont des descendants de la migration québécoise à Welland, au tournant du XXe siècle. À l’origine, les Québécois avaient débarqué dans la municipalité de la région de Niagara pour travailler dans une filature de textile. Au fil du temps, leur population a toutefois diminué. En 2021, le français était la langue maternelle d’environ 4000 personnes, soit 15 % de moins qu’en 2016.

Muriel Thibault-Gauthier estime que le nouveau centre communautaire pourra permettre aux francophones de continuer de s’exprimer dans leur langue et d’exprimer leur fierté. « De plus en plus, malheureusement, nous sommes dans un milieu anglicisé », se désole la présidente. Le nouveau centre permettra au Foyer Richelieu d’organiser plus d’activités culturelles. Le bâtiment actuel a peu d’espace et organise donc souvent des activités à l’extérieur, ce qui nécessite la location d’autobus.

« Les aînés sont les pionniers de la francophonie [dans la région], soutient Muriel Thibault-Gauthier. C’est venu me chercher, de les voir ce matin, puisque ce sont des gens qui se sont battus depuis longtemps », ajoute-t-elle. D’après la présidente, le Foyer Richelieu deviendra l’un des plus grands employeurs francophones de la région de Niagara lorsque le nouveau bâtiment sera construit.

Ce reportage bénéficie du soutien de l’Initiative de journalisme local, financée par le gouvernement du Canada.

À voir en vidéo