Des «conditions inacceptables» dans les écoles, selon Legault

Le premier ministre François Legault distribue des chocolats de Pâques aux élèves d’une école primaire de Montréal dans le quartier Hochelaga.
Adil Boukind Le Devoir Le premier ministre François Legault distribue des chocolats de Pâques aux élèves d’une école primaire de Montréal dans le quartier Hochelaga.

Le premier ministre François Legault a distribué lundi des chocolats de Pâques aux élèves d’une école primaire de Montréal rénovée de fond en comble. Le chef du gouvernement a reconnu que des « conditions inacceptables » règnent dans trop d’écoles québécoises. M. Legault a appris que les bâtiments scolaires de Montréal sont dans un état encore pire que ce qu’il croyait.

Flanqué de la mascotte Youppi, le premier ministre a distribué des chocolats à pratiquement tous les élèves de l’école Saint-Nom-de-Jésus, dans le quartier Hochelaga. Cette école a été fermée durant sept ans pour cause de moisissures. Elle a rouvert en 2019 après avoir été reconstruite au coût de 12,4 millions de dollars.

« Il y a beaucoup d’écoles, en particulier à Montréal, qui offrent des conditions inacceptables. On parle de la moitié des écoles qui ne sont pas aux normes », a déclaré François Legault après avoir rencontré la présidente de l’Alliance des professeures et des professeurs de Montréal, Catherine Beauvais St-Pierre.

Celle-ci a rappelé que ce sont plutôt 89 % des écoles du Centre de services scolaire de Montréal (CSSDM) qui sont en « mauvais » ou en « très mauvais » état. Un chiffre confirmé par le Centre de services. Dans l’ensemble du Québec, 59 % des écoles sont considérées comme vétustes, comparativement à 56 % l’an passé.

« Le premier ministre a été surpris, il pensait que la moitié de nos écoles étaient vétustes, mais c’est plutôt près de 90 %. Nous, on le sait, quand on enseigne dans les écoles, on le voit que nos écoles ont besoin d’amour », a réagi Catherine Beauvais St-Pierre. Elle a appelé le gouvernement à donner un véritable coup de barre pour freiner la détérioration des écoles.

« Rattrapage énorme »

François Legault a rappelé que son gouvernement a investi des sommes records pour la construction et la rénovation d’écoles depuis l’arrivée au pouvoir de la Coalition avenir Québec (CAQ) à l’automne 2018. « On a doublé le budget, mais ce n’est pas encore assez, on a un rattrapage énorme à faire », a-t-il reconnu.

L’éducation reste « la priorité des priorités » de la CAQ, a martelé François Legault. Il s’est engagé à continuer d’investir pour venir à bout de la pénurie de toutes les catégories de personnel scolaire.

Les enseignants et les enfants étaient enchantés d’accueillir le premier ministre et sa suite dans leur école fraîchement rénovée. Plusieurs se sont fait photographier avec François Legault durant cette visite aux allures de campagne électorale. Un élève de sixième année est toutefois resté sur son appétit : il a questionné François Legault sur le racisme systémique. Le premier ministre a répété sa position selon laquelle cela n’existe pas au Québec.

« Il n’a pas voulu admettre qu’il y a du racisme systémique. Ça me fâche, parce qu’il y a beaucoup de racisme contre les Autochtones et contre d’autres catégories de personnes », a réagi Charles, l’élève qui a interpellé M. Legault.

Photo: Adil Boukind Le Devoir

À voir en vidéo