Plus de 2% des élèves en isolement en raison de la COVID-19

Une seule classe était en «bris de service» à la fin de la semaine, révèlent des données publiées par le ministre de l’Éducation.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Une seule classe était en «bris de service» à la fin de la semaine, révèlent des données publiées par le ministre de l’Éducation.

Une semaine après la rentrée en personne, Omicron force une multitude d’élèves à s’isoler à la maison. Selon des données préliminaires publiées mardi, plus de 2 % d’entre eux sont absents du réseau en raison de la COVID-19.

Lundi, le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, avait indiqué que « très, très peu » — ou pas — de classes avaient dû fermer depuis le retour des jeunes en classes en début de semaine dernière. Dans les faits, une seule classe était considérée en « bris de service » à la fin de la semaine, révèlent les « données préliminaires » publiées mardi par le ministre.

Ces statistiques ne sont pas encore sur les sites Web du gouvernement. L’attaché de presse du ministre, Florent Tanlet, assure qu’il sera possible « sous peu » de savoir à quelle fréquence elles seront publiées. M. Roberge affirme qu’elles le seront « régulièrement ».

Comparaison ontarienne

 

Depuis lundi, le voisin ontarien publie une mise à jour régulière du taux d’absentéisme dans ses écoles. Aux dernières nouvelles, onze écoles avaient dû fermer pour cause de COVID-19.

Au Québec, le nombre d’établissements fermés ou « partiellement fermés » s’élevait à trois, vendredi.

En pleine pénurie de personnel scolaire, environ 1,6 % du personnel scolaire est confiné à la maison, selon les données du ministère. Plus de 90 classes procèdent par enseignement à distance, et pratiquement 700 enseignants doivent faire leur travail devant un écran.

Le ministre Roberge qualifie de « beau succès » la rentrée hivernale en personne. Mardi, comme son premier ministre a tendance à le faire, il s’est réjoui de faire « mieux que l’Ontario » depuis le retour en classe.

Québec a assoupli les directives d’isolement dans les écoles la semaine dernière. Il faut maintenant que 60 % des élèves d’une classe obtiennent un résultat positif pour qu’elle bascule en télé-enseignement.

À voir en vidéo