L'UQAM veut mieux répondre aux besoins d’aujourd’hui

Caroline Rodgers
Collaboration spéciale
La psychologie est de plus en plus présente dans d’autres domaines, comme les jeux vidéo, où des diplômés sont embauchés par des studios pour évaluer l’expérience utilisateur, entre autres.
Photo: iStock La psychologie est de plus en plus présente dans d’autres domaines, comme les jeux vidéo, où des diplômés sont embauchés par des studios pour évaluer l’expérience utilisateur, entre autres.

Ce texte fait partie du cahier spécial Enseignement supérieur

Plus que jamais, notre société a besoin de diplômés en psychologie pour aider la population à répondre aux défis de la vie moderne. L’UQAM a procédé à une refonte du baccalauréat en psychologie afin d’offrir une formation plus adaptée aux enjeux actuels.

« La complexité de la vie est plus grande qu’avant, et les psychologues doivent s’outiller différemment pour y faire face et être en mesure d’aider les gens, affirme Nathalie Houlfort, professeure titulaire et directrice de l’unité de programmes de 1er cycle du Département de psychologie de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). De plus, au-delà de la psychothérapie et de la consultation thérapeutique, de multiples autres façons d’exercer la psychologie se sont grandement développées depuis 20 ans. La psychologie du travail, entre autres, a pris son envol, et on embauche de plus en plus de psychologues du travail et des organisations. »

Il y a aussi les psychologues communautaires, plus présents pour faire du travail sur le terrain et au sein des organismes. La psychologie est par ailleurs de plus en plus présente dans d’autres domaines, comme les jeux vidéo et la réalité virtuelle. Ainsi, des diplômés en psychologies sont embauchés par des studios de jeu pour examiner les facteurs humains impliqués et évaluer l’expérience utilisateur, entre autres.

« Nous avons dû revoir notre baccalauréat pour offrir une plus grande diversité de cours dans ces domaines, indique la professeure. C’était important d’adapter notre formation à la lumière des nouveaux besoins de la société. Une formation en psychologie peut aussi préparer à des études de cycle supérieur dans d’autres disciplines. »

Nouveaux cours et profil

Le nouveau programme en psychologie comporte donc 16 nouveaux cours, tandis que 13 cours de l’ancien programme ont été retirés.

« Nous avons revu notre offre de cours pour intégrer ces nouveaux intérêts et refléter où en est la discipline en 2021, par rapport à ce qu’elle était il y a 20 ans. Par exemple, on a de nouveaux cours en psychologie positive, sur la relation humains-animaux et sur la santé psychologique au travail. Nous avons aussi un cours en lien avec la fin de vie et le deuil, des enjeux importants avec les changements démographiques et le vieillissement de la population. »

Les changements ont aussi pour but de mieux répondre aux besoins des étudiants. Le nouveau programme comporte notamment un profil d’initiation à la psychologie appliquée, qui permettra aux étudiants d’aller sur le terrain en observation, pour mieux comprendre les divers aspects de leur discipline dans différents milieux. Ce profil sera disponible dès l’automne 2022.

De plus, les changements apportés au baccalauréat reflètent l’expertise du Département de psychologie de l’UQAM. « Nous sommes un peu plus de 70 professeurs, ce qui fait de nous l’un des plus gros départements de psychologie en Amérique du Nord, et l’un des grands avantages, c’est que l’ensemble de notre corps professoral représente une masse critique importante dans neuf domaines d’expertise en psychologie. Nous avons la neuropsychologie, la psychodynamique, la psychologie humaniste, communautaire, du développement, en éducation, du travail et des organisations, sociale et de la personnalité, et l’approche cognitive et comportementale », précise Nathalie Houlfort.

Des avenues pour les diplômés

Au Québec, le titre de psychologue est réservé et nécessite d’avoir obtenu un doctorat ainsi qu’une accréditation professionnelle de l’Ordre des psychologues du Québec. Or, même si environ 200 étudiants, en moyenne, sont admis au baccalauréat à l’UQAM chaque année, ils ne sont que 12 % environ à obtenir par la suite un doctorat et le titre de psychologue.

Les bacheliers en psychologie qui ne se dirigent pas vers le doctorat ont quand même de nombreuses options devant eux.

« On travaille pour ouvrir d’autres avenues à nos étudiants, qui soit ne veulent pas obtenir de doctorat, soit n’y ont pas accès. Ils peuvent se diriger vers d’autres domaines à la maîtrise, par exemple en gestion du changement, en développement organisationnel, en sexologie, en travail social, en orientation. Certains, avec leur baccalauréat, pourront devenir agents de relation dans des organismes communautaires, psychotechniciens, intervenants dans le réseau des services sociaux. En finissant leur baccalauréat, ils ont quand même des outils et des débouchés intéressants pour le marché du travail », termine Nathalie Houlfort.

À voir en vidéo