Des collèges ancrés dans la communauté

Isabelle Delorme
Collaboration spéciale
Mise sur pied il y a cinq ans, la clinique de services multidisciplinaires du collège Charles-Lemoyne s’adresse aujourd'hui autant aux élèves de l’établissement scolaire qu’aux enfants provenant de l’extérieur.
Photo: Rebecca Vu Mise sur pied il y a cinq ans, la clinique de services multidisciplinaires du collège Charles-Lemoyne s’adresse aujourd'hui autant aux élèves de l’établissement scolaire qu’aux enfants provenant de l’extérieur.

Ce texte fait partie du cahier spécial Écoles privées

Avec décclic ! Clinique scolaire 360°, le collège Charles-Lemoyne offre des services de diagnostic et de suivi aux élèves de tous horizons éprouvant des difficultés d’apprentissage. En inaugurant le Lieu des possibles en novembre prochain, le collège Durocher Saint-Lambert se dotera quant à lui d’un espace de synergie entre ses élèves et des experts de milieux variés, pour améliorer le monde de demain.

Aider les élèves en difficulté

Les troubles d’apprentissage sont au cœur de la mission du collège Charles-Lemoyne, qui accueille près de 3000 élèves sur ses campus de Sainte-Catherine et de Longueuil–Saint-Lambert. « Nous avons été parmi les premiers collèges privés à mettre sur pied des plans d’intervention pour les élèves en difficulté scolaire et d’apprentissage, et 40 % de nos élèves en bénéficient aujourd’hui », déclare le directeur général de l’établissement, David Bowles.

Il y a cinq ans, le collège a prolongé cet accompagnement par la mise en place d’une clinique de services multidisciplinaires dans ses locaux. « Nos familles nous disaient qu’elles avaient parfois du mal à obtenir des rendez-vous pour le diagnostic ou le suivi en orthophonie, en orthopédagogie, en psychoéducation, en neuropsychologie et en psychologie. Nous avons donc fondé notre propre clinique pour offrir ces services à nos élèves », raconte David Bowles, qui a vite constaté le succès de cette formule. « Cela a tellement bien fonctionné que nous avons étendu ces services aux enfants qui ne fréquentent pas notre collège », explique-t-il.

Une cadre du collège, orthopédagogue et directrice adjointe à la pédagogie, coordonne les activités dela clinique, jusqu’alors connue sous le nom de « Clinique pédagogique Charles-Lemoyne ». Le programme fait aujourd’hui peau neuve et se dénomme désormais « décclic ! Clinique scolaire 360°». Une manière de souligner l’étendue de la gamme de services offerts à la communauté.

En novembre prochain, la clinique s’installera dans de nouveaux locaux situés au 960, boulevard Taschereau à Longueuil, où les familles retrouveront l’éventail de services offerts aux enfants et jeunes de 4 à 21 ans. « Nous aurons désormais pignon sur rue et serons visibles » se réjouit M. Bowles, qui entend bien continuer à accompagner les élèves en difficulté au-delà des murs de son école. « Environ 90 % de la clientèle de la clinique provient de notre collège et 10 % de l’extérieur. Notre objectif est d’augmenter ce chiffre pour les années à venir. »

Un écosystème ouvert

Au collège Durocher Saint-Lambert, des élèves ont travaillé avec des experts de la communication sur le nom du pavillon qui sera inauguré en novembre prochain pour abriter un nouvel espace collaboratif : le Lieu des possibles. De premiers pas vers de nouvelles expériences de terrain pour ces jeunes.

« L’idée est partie d’une réflexion sur l’avenir de l’éducation, explique le directeur général de l’établissement, Francis Roy. Nous nous sommes demandé comment préparer nos jeunes leaders de demain, dont nous ne connaissons pas tous les futurs défis, étant donné l’évolution constante du milieu du travail. Nous avons interrogé notre communauté (élèves, parents mais aussi milieu des affaires, organismes à but non lucratif) pour aider nos élèves à devenir des citoyens engagés. » Ces discussions ont débouché sur la création d’un écosystème novateur, ouvert sur l’expertise externe de la communauté. Le Lieu des possibles sera un espace immersif d’apprentissage, d’échange et d’innovation autour de trois pôles d’expertise : le développement durable, le numérique ainsi que la créativité et l’entrepreneuriat.

Un partenariat lancé au printemps avec l’Université de Sherbrooke a déjà permis aux élèves de travailler avec des étudiants sur la charte environnementale du collège. Les services du collège collaborent par ailleurs avec des universités et des centres de recherche, notamment l’Université du Québec à Montréal (UQAM). « Nous avons offert un milieu d’expérimentation aux élèves de Martin Lalonde, qui donne un cours de maîtrise sur la pédagogie innovante. Nous souhaitions notamment trouver des façons d’évaluer les élèves différemment. Les étudiants ont proposé des outils innovants, que nous sommes en train d’examiner », explique la directrice des services pédagogiques du collège, Mélanie Vermette.

Le collège a également entamé une collaboration de cinq ans avec l’Institut québécois d’intelligence artificielle (Mila) pour travailler sur une charte pour le développement éthique de l’intelligence artificielle dans le milieu de l’éducation.

« Nous souhaitons outiller nos élèves pour qu’ils puissent avoir un impact positif sur la société », lance le directeur du collège, qui s’ancrera encore davantage dans la communauté grâce aux maillages à venir au Lieu des possibles.

À voir en vidéo