Sérieuse éclosion dans un CPE de Montréal

Six enfants ont été infectés; 26 autres, ainsi que deux éducatrices, ont été mis en isolement après la découverte de l’éclosion, vendredi.
Photo: iStock Six enfants ont été infectés; 26 autres, ainsi que deux éducatrices, ont été mis en isolement après la découverte de l’éclosion, vendredi.

Une éclosion de COVID-19 a forcé la fermeture temporaire de presque tous les groupes d’un centre de la petite enfance (CPE) de Montréal qui accueille 42 enfants. Les enfants de tous les groupes, sauf 10 poupons, ont été en contact avec les tout-petits infectés dans un local au moment de l’accueil le matin, indique la directrice de l’établissement.

« Ce qui nous arrive va certainement arriver à d’autres endroits avec la montée du variant Delta, plus contagieux », explique Monique Desmarais, directrice du CPE du Passe-temps, situé avenue Émile-Journault, dans le quartier Ahuntsic à Montréal. C’est la toute première éclosion dans ce service de garde, après une année et demie de pandémie.

Six enfants ont été infectés ; 26 autres, ainsi que deux éducatrices, ont été mis en isolement après la découverte de l’éclosion, vendredi. Les six enfants malades avaient des vomissements, une perte d’appétit et de la fatigue, selon la directrice. Ils n’avaient ni fièvre ni le nez qui coule, précise-t-elle.

Au moment où ces lignes étaient écrites, aucun autre enfant ou membre du personnel n’avait été incommodé par la maladie. Selon la directrice, 95 % du personnel du CPE est vacciné. Les tout-petits ne sont toutefois pas immunisés. À leur âge, ils ne portent pas non plus de masque.

Infections « inévitables »

« Avec le variant Delta, je ne suis pas surpris qu’une éclosion survienne dans un endroit où des gens non vaccinés se regroupent sans masque », explique le Dr Olivier Drouin, pédiatre au CHU Sainte-Justine et professeur à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal.

« En raison de leur âge, ces enfants sont aussi en contact étroit et long avec les éducatrices des services de garde », ce qui favorise la transmission du virus, précise Eric Forest, conseiller aux relations médias au CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal.

« Les infections sont inévitables en CPE. On vit avec le virus », dit la mère d’un enfant renvoyé à la maison pour subir un test de dépistage. Elle est inquiète, mais garde confiance dans les mesures sanitaires en place.

La bonne nouvelle, c’est que la vaste majorité des enfants d’âge préscolaire qui contractent la COVID-19 s’en tirent sans séquelles, souligne le Dr Drouin. À peine 300 jeunes de moins de 18 ans ont été hospitalisés en lien avec la maladie au Canada entre les mois de mars 2020 et de décembre 2020, explique le pédiatre, auteur principal d’une étude sur le sujet qui sera publiée prochainement.

À voir en vidéo