Angoisse et incertitude pour des étudiants étrangers en attente de permis d’étude

À l’approche du début des cours, les retards dans la délivrance des permis d’étude font vivre un véritable cauchemar à des étudiants étrangers admis dans des universités du Québec, qui craignent de ne pas pouvoir prendre part à la session d’automne.

L’étudiant brésilien Lucca Alexandre Cicade n’en dort parfois pas la nuit. Admis au baccalauréat en économie politique à l’Université de Montréal, il a déposé sa demande le 15 avril. Toutefois, il n’a pu fournir ses données biométriques que le 2 juin, étant donné qu’il était difficile d’avoir un rendez-vous parce que la majorité des centres au Brésil étaient fermés en raison de la pandémie. La prise des empreintes digitales et une photo sont obligatoires pour obtenir son permis.

« Je suis très inquiet pour ma session d’automne. Je voulais aller au Canada début août, pour avoir le temps de me trouver un logement, de découvrir l’université et de m’adapter à Montréal », a-t-il dit en entrevue avec Le Devoir.

Anna Aguerre, une étudiante française admise à la maîtrise en science de l’administration à l’Université Laval, a déposé sa demande le 17 avril et n’a pu donner ses données biométriques que le 9 juin. « Des étudiants qui ont fait leurs données biométriques le 15 juin, donc après moi, ont eu une réponse en trois jours. Moi, rien, j’attends encore », dit-elle.

« C’est très lourd psychologiquement. Je ne pense pas que l’immigration s’en rende compte. C’est notre avenir qui est entre leurs mains. Et, à part stresser et ne pas dormir, on ne peut rien faire », ajoute-t-elle. Elle regarde ses courriels plusieurs fois par jour dans l’espoir de recevoir une réponse. Comme plusieurs, elle déplore le manque de communication des autorités canadiennes. « Nous n’avons aucune information, c’est le trou noir », dit-elle.

Immigration Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) avait conseillé aux étudiants de déposer leur demande complète avant le 15 mai pour avoir une réponse le 6 août. « Dans le contexte de la pandémie et des nombreuses difficultés qu’elle engendre, nous voulions fournir une date cible aux personnes qui se préparent à commencer leurs études à l’automne », a expliqué une porte-parole dans un courriel envoyé au Devoir.

Sur son site Web, l’IRCC indique accuser des retards de traitement en raison de la pandémie et ne pas pouvoir traiter les demandes normalement. Le ministère ajoute qu’il comprend que des restrictions liées à la COVID-19 dans certains pays ont pu retarder l’envoi des données biométriques, ainsi que l’obtention du certificat de police, d’une preuve d’études ou de l’examen médical. « Nous reconnaissons que ces obstacles pourraient se répercuter sur leur projet d’études au Canada », écrit-on.

Dans sa dernière mise à jour, le ministère indique en être à finaliser la plupart des demandes reçues entre le 1er et le 8 mai. Mais des étudiants qui ont été en mesure de respecter les délais voient d’autres personnes obtenir leur permis avant eux.

C’est le cas de Jude*, étudiant à la maîtrise à l’Université de Montréal et présentement en Haïti. Celui-ci ne souhaite pas révéler son nom pour ne pas nuire à ses démarches et pour des raisons de sécurité. Il a déjà fait une session en ligne et a déposé sa demande de permis le 26 janvier. Il a terminé ses données biométriques le 2 février, et il attend encore.

« C’est très ennuyant. Je vais avoir beaucoup de difficulté à poursuivre mes études si je ne reçois pas le permis », a-t-il expliqué au Devoir. Il connaît d’autres étudiants dans sa situation. « Je constate qu’il y a des étudiants étrangers qui ont plus d’avantages que d’autres. Je pense que les étudiants d’origine africaine, haïtienne et latino-américaine sont désavantagés », avance-t-il.

Ali*, qui réside en France et qui souhaite préserver son anonymat pour ne pas nuire à sa demande, a déposé son dossier complet le 30 mars. « Je les ai relancés en mai et en juin, et ils m’ont dit que les retards sont causés par la COVID-19 et que les équipes ne peuvent pas travailler comme avant, raconte-t-il. Ça m’inquiète beaucoup. Ça fait quatre mois et, normalement, pour les gens en France, le délai est de deux mois. »

Le jeune homme est membre d’un groupe Facebook au nom évocateur, « Dépression », avec d’autres étudiants dans sa situation. Selon ce que Le Devoir a constaté, le sujet revient fréquemment sur les réseaux sociaux et ils sont plusieurs à faire part de leur désarroi.

À l’IRCC, on indique que le traitement de certaines demandes peut prendre plus de temps. « Les demandes qui sont incomplètes ou celles pour lesquelles l’agent doit demander des renseignements supplémentaires au demandeur pourraient ne pas être traitées d’ici le 6 août », écrit-on.

Des ajustements en vue

En juin, l’Université de Sherbrooke estimait que, sur 1300 étudiants attendus, de 700 à 1100 pourraient entrer au Canada. Elle a indiqué au Devoir qu’elle reverra ses prédictions le 10 août, selon la situation.

De son côté, l’Université de Montréal dit être au fait de la situation. « Nous sommes effectivement conscients qu’il risque d’y avoir du retard dans la délivrance des permis d’études des étudiants internationaux et que ceux-ci sont très inquiets à ce sujet », a indiqué par courriel une porte-parole de l’Université. L’établissement a prévu des mesures pour les étudiants qui ne recevront pas leur permis à temps. Il est notamment suggéré de faire une demande de report d’admission d’ici le 21 septembre.

Dans un courriel envoyé au Devoir, une porte-parole de l’Université McGill indique que l’Université « reconnaît que certains étudiants internationaux pourraient être confrontés à des difficultés liées à la pandémie de COVID-19 et pourraient avoir besoin d’aménagements supplémentaires en début de session ». « Le Bureau du doyen à la vie étudiante travaillera au cas par cas sur les aménagements pour ces étudiants », ajoute-t-on.

* Noms fictifs

À voir en vidéo