Une rentrée sans masque ni bulle-classe si 75% des 12-17 ans sont vaccinés fin août

Un retour à une certaine normalité est conditionnel à la vaccination des 12-17 ans et à la stabilisation de la crise sanitaire dans les semaines précédant la rentrée, à la fin du mois d’août.
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir Un retour à une certaine normalité est conditionnel à la vaccination des 12-17 ans et à la stabilisation de la crise sanitaire dans les semaines précédant la rentrée, à la fin du mois d’août.

La rentrée de l’automne se fera de façon « normale » dans les écoles primaires et secondaires, sans masque ni bulle-classe, si 75 % des élèves de 12 à 17 ans sont vaccinés et si la pandémie reste sous contrôle.

Nos sources ont confirmé l’information dévoilée mardi soir par Le Journal de Québec. Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, doit annoncer ces mesures mercredi matin lors d’un point de presse avec sa collègue Isabelle Charest et avec le Dr Horacio Arruda, directeur national de la santé publique.

Le lavage des mains restera en vigueur malgré la fin des mesures de distanciation dans les classes et dans les aires communes des écoles, indique-t-on. Les écoles devront aussi se préparer à basculer en enseignement à distance en cas d’éclosion de COVID-19, comme dans les derniers mois.

Ce retour à une certaine normalité est conditionnel à la vaccination des 12-17 ans et à la stabilisation de la crise sanitaire dans les semaines précédant la rentrée, à la fin du mois d’août.

La ministre de l’Enseignement supérieur, Danielle McCann, a dicté lundi les mêmes conditions à un retour sur les campus de cégep et d’université, lors de la session d’automne. Étudiants et membres du personnel ont salué ce probable retour en présence après un an et demi d’enseignement virtuel.

À voir en vidéo

1 commentaire
  • Emmanuel LYNG-SABATIER - Abonné 2 juin 2021 06 h 16

    Les bulles classes sont inefficaces, premièrement à cause des familles avec plusieurs enfants, deuxièmement les enfants ont des amis dans des classes différentes voir des écoles différentes. Sans compter des parents qui ne respectent pas les bulles.

    Par souci de cohérence, il faudrait plutôt créér des bulles villes ou par quartier, et les rendre étanches donc bloquer les routes d'accès.

    Le masque devrait être obligatoire pour les personnes malades (rhume, toux, gastro, etc...).

    Autre point, la Covid19 n'est qu'un virus parmi d'autres. Que se passera-t-il si un nouveau pointe son nez à l'horizon dans les mois à venir?
    Je ne pense pas qu'ils bloqueront les transports aériens et les frontières terrestres.