Québec investit 11 millions de dollars de plus dans le tutorat

Le ministre québécois de l’Éducation, Jean-François Roberge
Photo: Ryan Remiorz Archives La Presse canadienne Le ministre québécois de l’Éducation, Jean-François Roberge

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, double le budget consacré au tutorat pour les élèves aux prises avec des problèmes d’apprentissage. Il a annoncé 11 millions de dollars supplémentaires mercredi pour ce programme mis sur pied durant la pandémie, alors que débutent ses consultations sur la réussite éducative.

« On va parler de retards d’apprentissage et d’écarts d’apprentissage. On va parler de santé mentale. On va parler de tout ce qu’on peut faire d’un point de vue logistique pour aider les écoles pour qu’ensuite, avec cette concertation-là, le gouvernement puisse dès le mois d’avril donner un plan crédible avec une série de mesures pédagogiques pour l’été et l’automne », a-t-il promis mercredi.

L’école en alternance pour le deuxième cycle du secondaire à laquelle le gouvernement a mis fin lundi n’a pas eu d’effet notable sur le premier bulletin des élèves, mais cette mesure a causé « de graves problèmes de motivation » pour certains d’entre eux, selon le ministre. « J’aurais voulu ne jamais aller en école en alternance, mais il est venu un moment l’automne dernier où il a fallu faire ça pour garder nos écoles ouvertes », a-t-il dit.

Le programme de tutorat, qui était doté au départ d’une enveloppe de 11 millions de dollars, a permis l’embauche de près de 9500 tuteurs qui ont aidé 76 189 élèves, soit 9 % de ceux qui fréquentent le réseau public.

Les consultations sur la réussite éducative ont été critiquées par certains acteurs du milieu scolaire parce qu’elles se déroulent à huis clos. Le ministre Roberge a défendu cette formule en affirmant qu’elle était plus efficace et productive. Il a avancé que certains groupes l’avaient remercié sans vouloir les nommer.

Sur la vaccination, le ministre il a indiqué que le tour des enseignants « s’en vient ». « Ils sont au groupe [prioritaire] 9 et ce que je comprends, c’est que dans plusieurs régions du Québec, on est en train de vacciner le groupe 7 et on va bientôt basculer au groupe 8. Donc, j’ai confiance que ça va être bientôt. J’aurais aimé que ça soit déjà fait, c’est certain. »

Le ministre n’était pas en mesure de donner un échéancier. Le Québec compte un peu moins de 100 000 enseignants, mais 200 000 employés du réseau scolaire au total. M. Roberge dit avoir fait valoir auprès de la Santé publique l’importance de vacciner l’ensemble du personnel en contact avec les élèves.

À voir en vidéo