Université de l’Ontario français: métamorphose ontarienne

«L’UOF lance le message très fort qu’il y a un Toronto francophone, et qu’on peut y vivre et travailler en français», dit Carol Jolin, président de l’Assemblée de la Francophonie de l’Ontario (AFO), qui n’hésite pas à parler d’un embryon de «French Town».
Illustration: iStock «L’UOF lance le message très fort qu’il y a un Toronto francophone, et qu’on peut y vivre et travailler en français», dit Carol Jolin, président de l’Assemblée de la Francophonie de l’Ontario (AFO), qui n’hésite pas à parler d’un embryon de «French Town».

L’Université de l’Ontario français (UOF) accueil-lera sa première cohorte de 200 étudiants le 7 septembre 2021. Avec 1000 étudiants d’ici à 2024, elle sera la première université ontarienne à 100 % de langue française, dans ses cours, ses corridors et jusqu’au conseil de gouvernance.

À quelques kilomètres du site de l’ancien comptoir français du fort Rouillé et à un coup de canon de Bay Street et de Queen’s Park, la toute nouvelle Université de l’Ontario français (UOF) se veut un pied de nez à tous ceux qui jugeraient l’Ontario français moribond.

Du Québec, on mesure mal l’enthousiasme des cercles franco-ontariens pour cette nouvelle institution à 100 % de langue française, dans ses cours, ses corridors et jusqu’au conseil de gouvernance, et qui ouvrira ses portes le 7 septembre 2021 au coin des rues Lower Jarvis et Queens Quay Est, à une encablure du lac Ontario.

« L’UOF lance le message très fort qu’il y a un Toronto francophone, et qu’on peut y vivre et travailler en français », dit Carol Jolin, président de l’Assemblée de la Francophonie de l’Ontario (AFO), qui n’hésite pas à parler d’un embryon de « French Town » au cœur de « Toronto the Good ». Ce choix de Toronto répond à une évolution importante de la francophonie ontarienne. « Traditionnellement, les Franco-Ontariens se concentraient au nord et à l’est de la province. Or, d’ici six ans, la région de Toronto aura dépassé Ottawa pour le nombre de francophones. »

Une université du XXIe siècle

L’idée n’a rien de farfelu. La création d’un « Carrefour francophone » réunissant plusieurs organismes francophones dans un même secteur est inscrite dans le projet de l’UOF. L’antenne locale du Collège Boréale est à quatre pâtés de maisons d’ici.

L’UOF ambitionne également d’être une université du XXIe siècle. Elle n’aura ni faculté ni département. Ses cours seront organisés en quatre « pôlespédagogiques » multidisciplinaires : Cultures numériques, Pluralité humaine, Environnements urbains, et Économie et innovation sociale.

« Un urbaniste, par exemple, enseignera dans Environnements urbains, dans Pluralité humaine et dans Économie et Innovation sociale », explique le recteur André G. Roy (qui a donné sa démission quelques jours après l’entrevue). « Chaque professeur titulaire fera intervenir ses collègues dans ses cours. L’idée est la transdisciplinarité. » Et un étudiant en culture numérique touchera à la programmation, au cinéma, au jeu vidéo, à la littérature, aux arts visuels, alouette !

La campagne de recrutement de l’UOFa malheureusement connu des ratés. Alors qu’elle espérait compter 200 étudiants pour sa première rentrée, elle n’avait reçu que 47 demandes d’inscription début février. Ce retard à l’allumage s’explique de plusieurs manières. L’UOF a dû attendre au 7 octobre 2020pour recevoir l’autorisation gouvernementale pour ses programmes, si bien qu’elle a lancé sa campagne trop tard, alors que toutes les autres universités avaient des mois d’avance. Et la concurrence des universités ontariennes, dont sept universités bilingues et deux universités torontoises réputées, est féroce. De plus, l’originalité de ses programmes transdisciplinaires va demander un effort de mise en marché prolongé.

Quelques jours avant sa démission pour des « raisons familiales », le recteur André G. Roy expliquait au Devoir : « On a les difficultés normales d’une start-up. Il faut qu’on fasse connaître nos programmes et qu’on démontre la qualité de notre accompagnement. »

Manque de constance

L’UOF marque une coupure radicale avec la vieille approche ontarienne des universités bilingues, qui remontent aux années 1950 alors que les Franco-Ontariens réclamaient une éducation universitaire en langue française. Même si les universités bilingues à la sauce ontarienne représentent un compromis qui n’a jamais satisfait tout le monde, celles-ci ont l’avantage d’être solidement établies.

À l’Université d’Ottawa, ils sont environ 42 000 étudiants, dont un tiers ont le français pour langue maternelle. À Sudbury, l’Université Laurentienne est plus petite, avec 9000 étudiants, dont 1800 francophones. À Toronto, l’Université York (55 000 étudiants) fédère un petit collège bilingue, Glendon, que fréquentent 2000 étudiants.

« Le problème des universités bilingues est le manque de constance, explique Carol Jolin. On commence ses cours en français la première année. La deuxième année, il faut prendre certains cours en anglais. En 3e année, on peut s’estimer chanceux si on a la moitié de ses cours en français. En 4e année, il n’y a souvent plus de cours. Bref, il n’y a aucune garantie d’éducation en français. »

Après les États généraux sur l’enseignement postsecondaire de 2014, les Franco-Ontariens ont fortement débattu entre eux et avec le gouvernement pour la création d’une université 100 % francophone. Ils étaient nombreux à réclamer que le gouvernement retire aux universités bilingues leurs programmes français pour les consolider dans une grande université francophone avec trois campus à Toronto, à Sudbury et à Ottawa. Devant les résistances et les obstacles pratiques, le gouvernement a plutôt opté pour le maintien des universités bilingues et la création d’une université francophone plus petite. Après avoir dit oui, il s’est rétracté à l’automne 2019 avant de donner le feu vert à l’hiver 2020 sous la pression du gouvernement fédéral.

« Notre petite sœur »

Il ne serait guère étonnant que la polémique redémarre, d’autant plus que les problèmes d’allumage de l’UOF surviennent alors que l’Université Laurentienne vient d’annoncer que sa situation financière est tellement mauvaise qu’elle va sans doute se mettre à l’abri de ses créanciers.

Le portrait universitaire pour les francophones sera radicalement différent d’ici 20 ans

 

« On dit à la blague que l’UOF est notre petite sœur », dit Luc Bussières, recteur de l’Université de Hearst, dans le Nord-Ouest ontarien, qui compte 208 étudiants. Cet ancien séminaire diocésain, affilié à Laurentienne, est devenu collège universitaire en 1972 puis université en 2014. Son statut d’« affilié » lui donne un niveau d’autonomie supérieur à celui des universités « fédérées » comme Sudbury (Université Laurentienne) et Saint-Paul (Université d’Ottawa). Même si les étudiants de l’Université de Hearst reçoivent un diplôme portant le sceau de l’Université Laurentienne à Sudbury, Hearst est financée directement par le gouvernement ontarien, un cas uniqueparmi les universités bilingues, qui la met à l’abri des difficultés financières de l’Université Laurentienne.

L’UOF sera très différente, car elle sera absolument autonome tant par ses choix d’enseignement que sa gestion, entièrement en français, et son diplôme aura le sceau « UOF ». « Nous allons collaborer avec Hearst. On regarde comment nous allons offrir nos programmes chez eux, et eux chez nous », dit André G. Roy, qui veut aussi bâtir des ponts vers les établissements bilingues, à commencer par Glendon.

« Les jeunes qui vont à l’université en anglais ou dans une université bilingue s’exposent au risque de perdre la capacité d’offrir des services en français », dit Carol Jolin, de l’AFO. « Avec l’UOF, le portrait universitaire pour les francophones sera radicalement différent d’ici 20 ans. »

Malgré les retards à l’allumage qui annoncent une rentrée 2021 moins ambitieuse que prévu et plusieurs polémiques parmi la francophonie ontarienne, Carol Jolin et l’AFO cultivent de grandes ambitions pour l’UOF. On rêve déjà au jour où elle établira ses satellites en région. « On va offrir des passerelles à d’autres établissements. Le collège Boréal a 38 centres d’accès, il y a donc beaucoup de pistes à explorer. »


Ce dossier a été produit grâce au soutien des annonceurs qui y figurent. Ces derniers n’ont cependant aucun droit de regard sur les textes.

 

L’UOF en bref

  • Année de fondation : 2020

  • Ville : Toronto

  • Nombre d’étudiants : 1000 en 2025

  • Étudiants étrangers : n. d.

  • Nombre de programmes : 4

  • Campus satellites : aucun

  • Budget de fonctionnement : 20 millions



À voir en vidéo