Un «contrat moral» pour quatre jours de Fêtes

Les Québécois pourront fêter Noël en groupes de 10 personnes, y compris avec les grands-parents, mais en évitant les accolades habituelles du temps des Fêtes. Il faudra observer autant que possible la distanciation de deux mètres et le port du masque. Les rassemblements ne seront toutefois pas permis pour le Nouvel An.

Ces mesures de compromis, ainsi que le maintien du calendrier scolaire à peu près comme à la normale, ont provoqué un immense soupir de soulagement dans le réseau de l’éducation.

Les rassemblements familiaux et entre amis d’un maximum de 10 personnes seront permis durant quatre jours, entre le 24 et le 27 décembre, mais les citoyens devront limiter leurs contacts sociaux une semaine avant et une semaine après le congé des Fêtes, a annoncé jeudi le premier ministre, François Legault.

Le gouvernement propose aux citoyens ce « contrat moral pour le temps des Fêtes », a lancé en point de presse le premier ministre, à Montréal. « C’est certain que de se voir pendant quatre jours […], ça comporte des risques. Par contre, il faut se rappeler que la famille est au cœur de ce qu’on est, au cœur de notre nation », a-t-il ajouté.

 

Le calendrier scolaire restera le même qu’en temps normal, à deux exceptions près : les élèves du primaire seront en enseignement à distance dans les jours précédant le congé des Fêtes, soit les 17, 18, 21 et 22 décembre. Les élèves du secondaire, eux, retourneront au calendrier normal le 11 janvier, mais auront de l’enseignement virtuel la semaine précédente, au retour des Fêtes.

Les acteurs du réseau de l’éducation ont poussé un soupir de soulagement en apprenant ces légères modifications apportées au calendrier scolaire. Les enseignants et les directions d’école redoutaient une longue pause forcée qui aurait entraîné une rupture des services pédagogiques. Les élèves les plus vulnérables auraient risqué d’écoper si le congé scolaire avait été allongé à un mois, comme il a été évoqué au cours des derniers jours par le gouvernement Legault.

« Les élèves ont manqué suffisamment de jours de classe avec ce qu’on a vécu au printemps dernier. Il n’était pas question de couper dans les cours et de tomber tout à coup en vacances. Ça a été rapidement écarté de mon esprit », a expliqué au Devoir le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, jeudi soir.

Les acteurs du réseau scolaire affirment avoir été écoutés par le ministre Roberge lors de rencontres récentes, y compris la veille de l’annonce du gouvernement. Les trois grandes centrales syndicales (CSQ, CSN, FTQ), ainsi que la Fédération autonome de l’enseignement, les directions d’école, les groupes de parents et d’autres experts du milieu ont salué la décision du gouvernement.

« Excellent compromis »

« On a atteint un excellent compromis dans les circonstances », juge la Dre Marie-Claude Roy, pédiatre au CIUSSS de l’Estrie-CHUS et professeure à l'Université de Sherbrooke. Elle se réjouit que le gouvernement ait maintenu l’école en présence « jusqu’à la toute dernière goutte ». « Le gouvernement a décidé de faire une croix sur le jour de l’An pour permettre aux enfants de retourner à l’école plus rapidement. C’est un choix qu’on se doit d’appuyer collectivement », ajoute-t-elle.

Sabrina Robert, maman d’une petite fille de six ans, était elle aussi satisfaite de l’annonce du gouvernement. Non seulement pourra-t-elle voir sa mère qu’elle n’a pas vue depuis plusieurs mois, mais sa fille ne sera pas privée d’école.

Mme Robert appréhende néanmoins un retour en classe au primaire dès le 5 janvier. À ses yeux, cette décision accroît les risques d’éclosion. Si elle compte bien respecter le confinement préventif réclamé par Québec, elle doute que ce sera le cas de tout le monde. Surtout lorsque viendra le temps de défoncer la nouvelle année.

Elizabeth, enseignante de sixième année dans une école primaire de Montréal, a poussé un soupir de soulagement devant son téléviseur jeudi : elle craignait une fermeture complète des écoles à l’occasion d’un congé des Fêtes prolongé. Un tel scénario aurait été catastrophique, car depuis la rentrée, elle et ses collègues mettent les bouchées doubles pour rattraper les retards d’enseignement du printemps. « On travaille tellement fort », glisse-t-elle téléphone, la voix nouée par l’émotion.

Le soulagement était également palpable du côté du Regroupement des comités de parents autonomes du Québec. « L’école est un facteur de protection. C’est essentiel de garder les élèves en classe le plus souvent et le plus longtemps possible », relève son co-porte-parole, Marc-Étienne Deslauriers.

S’il est « rassuré » pour les élèves du primaire, celui-ci s’avoue inquiet pour ceux du secondaire, avec un retour en classe reporté au 11 janvier. « Le premier bulletin de l’année a été déplacé à la fin du mois de janvier. La préparation des examens va se faire d’abord à distance. Est-ce que ce sera suffisamment efficace ? » s’interroge-t-il. La concentration et l’assiduité des adolescents lors des cours virtuels ne sont pas toujours au rendez-vous.

Hélène Bourdages, présidente de l’Association montréalaise des directions d’établissement scolaire (AMDES), estime qu’il faudra bien s’occuper des élèves de première et de deuxième secondaire, qui sont peu habitués à l’enseignement à distance. « Il reste un mois pour s’organiser. C’est une bonne chose qu’on ait le temps de bien planifier avant le départ pour les Fêtes », dit-elle.

La pédiatre Marie-Claude Roy avoue éprouver elle aussi de l’inquiétude pour les adolescents, à qui on demande un « sacrifice supplémentaire ». « On les voit perdre de la motivation, être très anxieux et très désorganisés », témoigne celle qui juge néanmoins que cette semaine supplémentaire en virtuel est une « solution acceptable » dans le contexte. Or, les élèves du secondaire doivent absolument retourner à l’école le 11 janvier, insiste la Dre Roy.

Magasinage et partys de bureau

Ces mesures seront possibles si la courbe des infections reste sous contrôle, a précisé le Dr Horacio Arruda, directeur national de santé publique. Il a appelé les Québécois à rester vigilants pour le prochain mois et même pendant le temps des Fêtes, malgré l’assouplissement des mesures sanitaires pour quatre jours.

Pour minimiser les risques de propagation du virus pendant cette période de réjouissances, le gouvernement demande aux employeurs de favoriser le télétravail une semaine avant et une semaine après le congé des Fêtes. Les Québécois sont aussi invités à faire leurs achats le plus tôt possible, pour éviter la cohue des jours précédant Noël dans les magasins et les centres commerciaux.

Sans surprise, les partys de bureau sont interdits. Les restaurants, les bars, les salles de sport et les salles de spectacle resteront fermés en zone rouge au moins jusqu’au 11 janvier.

En données

Les responsables de la santé publique ont témoigné jeudi de 1207 nouveaux cas, après les 1179 nouvelles infections annoncées la veille. Trente-quatre décès se sont ajoutés au bilan, soit sept qui sont survenus dans les 24 dernières heures, 19 entre le 12 et le 17 novembre, cinq avant le 12 novembre et trois à une date inconnue.

La Presse canadienne

À voir en vidéo

8 commentaires
  • Benoit Samson - Abonné 20 novembre 2020 05 h 07

    Panem et Circences

    ‘’Donne au peuple du pain et des jeux, il ne se révoltera pas. Donne-lui la peur et l’inconfort, il se baissera pour prendre un pavé au sol’’ Jean Dufaux.
    Le père populiste de la nation québécoise recevra l’ovation proverbiale de la grande majorité de son peuple dont plus de 75% l’admire après avoir choisi le ‘’pain et les jeux’’ pour ses concitoyens en leur donnant un Noel d’une durée de 4 jours en 2020 pour manger la bûche au sirop d’érable et danser des rigodons.
    Il s’inquiète peu des risques mortels de cette décision pour les plus âgés ni du danger de la surchauffe sur le système de santé au début de 2021 car tout le monde est tanné, incluant lui-même. Les Québécois veulent fêter, dit-il en populiste. Le risque est calculé, nous assure-t-il. Après tout, comme il le dit souvent, on est meilleurs que les Américains et certains pays d’Europe dans notre gestion de la pandémie en évitant de mentionner que le Québec est la pire province au Canada à cet égard.
    Il ne serait pas trop tard pour monsieur Legault de profiter du capital d’amour qu’il vient de s’approprier pour exiger des Québécois, même si plusieurs de ses adeptes s’y opposeraient, le port du masque universel dans tous les endroits public intérieurs et extérieurs et les écoles de sa province jusqu’à Noel. Cette mesure appliquée sur tout le territoire suffirait à casser la courbe avant Noel et rendrait les réunions festives qu’il vient de leur permettre d’autant plus sécuritaires. Il est malheureusement improbable qu’il prenne une décision qui pourrait déplaire à certains de peur qu’ils se baissent ‘’pour prendre un pavé au sol’’ dont Jean Dufaux nous met en garde.
    Il faut espérer, mais c’est improbable, que les Québécois choisiront de suivre les conseils plus responsables de Santé Canada dans la gestion sécuritaire de leurs activités du temps des fêtes, au lieu de jouer à la roulette russe comme monsieur Legault leur suggère, le sourire aux lèvres.

  • Pierre Samuel - Abonné 20 novembre 2020 08 h 10

    Cher Monsieur Samson,

    Je ne suis plus membre de Face-de-bouc depuis plusieurs années, mais veuillez considérer cette approbation de votre intervention au même titre qu'un " j'aime " !

    Salutations cordiales !

    • Benoit Samson - Abonné 20 novembre 2020 11 h 43

      Monsieur Samuel,

      Merci de votre approbation, plus encourgeante qu'une autre reçue personnellement me demandant de ''ne pas toucher à notre star!''.
      Merci aussi et félicitations pour le terme ''Face-de-bouc'' que j'utiliserai à l'avenir car je refuse d'en être membre également.
      Espérant que LeDevoir pourra se libérer de Face-de-bouc comme il semble avoir été capable de le faire pour les commentaires attachés directement aux articles dans la version électronique du journal.

      Amicalement,

      Benoit Samson

  • noel doucet - Abonné 20 novembre 2020 10 h 00

    Ridicule...

    Tout à fait ridicule de mener une population par le bout du nez comme si on avait affaire à des enfants. Un peu de sérieux tout de même!

  • Maurice Amiel - Abonné 20 novembre 2020 11 h 51

    Faisant partie des plus âgés à risque mortel ...

    ... je demanderai, si cela n'a pas été fait, à la Ville de Montréal via sa Mairesse de s'assurer qu'au moins on puisse se promener en voiture dans une ville ILLUMINÉE durant ces quatre jours, à defaut de participer à des rencontres de famille.

    Merci de transmettre cette demande de façon amicale à Mme Plante.

    Maurice Amiel, abonné

  • Patrick Dolmaire - Abonné 20 novembre 2020 13 h 15

    Gérer la crise en fonction du calendrier ...

    Certains se fient à la cartomancie, d'autres au marc de café, le PM du Québec a choisi le calendrier. L'avantage avec cette méthode est que les vagues et la mortalité deviennent très prévisibles. Au moins ils ne pourront plus dire qu'ils ne savaient pas ...