Une «rentrée du printemps» tranquille à l’École primaire des Berges

À l’École élémentaire Everest dans le secteur Duberger, la direction a fait venir des clowns pour accueillir les enfants dans le stationnement.
Photo: Renaud Philippe Le Devoir À l’École élémentaire Everest dans le secteur Duberger, la direction a fait venir des clowns pour accueillir les enfants dans le stationnement.

Les écoles n’ont pas ménagé les efforts pour que les enfants ne soient pas trop traumatisés par la rentrée de lundi.

Plusieurs ont produit des vidéos permettant aux élèves de visualiser leur rentrée. « La vie n’est plus la même. Tu vas voir qu’à l’école, il va y avoir certains changements », explique le directeur Kino Métivier dans celle qu’a produite l’École primaire des Berges du quartier Saint-Roch.

 
Photo: Renaud Philippe Le Devoir Des mesures ont été mises en place pour l'accueil des élèves à l'école des Berges.

Des explications simples et claires : on ne boit plus dans les abreuvoirs, il faut amener sa gourde ; pas question non plus d’apporter de lunchs chauds, puisqu’il ne sera pas permis d’utiliser les micro-ondes… Et ainsi de suite.

Des parents rencontrés lundi matin dans la cour ont souligné à quel point cette vidéo avait facilité les choses. « Ça a beaucoup aidé à les rassurer », faisait remarquer le père d’Alice 10 ans, croisé dans la cour.

« Il y a eu aussi beaucoup d’échanges avec les professeurs qui ont envoyé la photo de la classe pour montrer à quoi ça ressemblerait », soulignait Julien Dutel. « On voit que les professeurs ont travaillé fort pour préparer quelque chose d’agréable tout en respectant les consignes. »

Photo: Renaud Philippe Le Devoir À l'école primaire de l'Everest, un brigadier assure la circulation autour de l'établissement, alors que les parents viennent déposer leurs enfants en voiture.

Une rentrée tranquille

Dans la cour, l’ambiance était plutôt calme en raison du faible nombre d’élèves par rapport à d’habitude. Au total, 43 % des élèves étaient attendus lundi matin, soit 178 sur les 410 qu’elle compte normalement.

Pas de jeux et de cris dans la cour de récréation. Faute de bruit et de discipline à faire, le puissant signal de la cloche à 8 h semblait disproportionné, voire inutile.

L’ambiance n’était pas non plus particulièrement tendue. À part le personnel de l’école, personne ne portait de masque parmi les parents et les jeunes.

 
Photo: Renaud Philippe Le Devoir Les parents font la file en voiture pour déposer leurs enfants à l'école de l'Everest. Des clowns sont venus divertir les passagers.

À la porte du service de garde, « Monsieur Éric » accueillait les élèves en leur souhaitant « bonne rentrée de printemps ». Sur sa visière, on pouvait lire « bienvenue » en lettres majuscules. Dans la vidéo comme dans la cour, les membres du personnel ont souvent répété qu’ils avaient hâte de revoir les enfants. « On est super contents de te voir », de lancer un éducateur à un petit garçon visiblement plus nerveux que les autres.

Certains enfants ont toutefois dû rebrousser chemin parce que leurs parents ne les avaient pas inscrits à temps. L’école des Berges accueille notamment beaucoup de réfugiés à qui il est plus ardu de communiquer les consignes.

À voir en vidéo