Profiter de la crise pour rebondir

Isabelle Delorme Collaboration spéciale
Comme le télétravail, les formations à distance pourraient bien se généraliser dans l’univers professionnel des Québécois.
Nick Morrison / Unsplash Comme le télétravail, les formations à distance pourraient bien se généraliser dans l’univers professionnel des Québécois.

Ce texte fait partie du cahier spécial Apprendre à distance

À côté des conséquences négatives et parfois dramatiques de la pandémie de COVID-19, la crise a un effet bénéfique pour un certain nombre de travailleurs : dégager du temps. Des heures précieuses qu’ils peuvent consacrer à réfléchir à un projet professionnel et se former. Les organismes de formation ne s’y sont pas trompés, et ils ont réagi rapidement en multipliant les offres en ligne dans des domaines déterminants pour permettre aux travailleurs de gérer la crise et d’acquérir des compétences clés pour la reprise économique.

La crise, moment de vérité pour les patrons

« Lorsque j’ai donné mon premier cours le 8 avril, il y avait près de1000 personnes ! » raconte Jean-François Bertholet, qui a servi de « cobaye » pour la virtualisation des formations à l’École des dirigeants de HEC Montréal. Son cours en ligne, intitulé « 8 stratégies pour mobiliser vos employés en temps de crise », a eu tellement de succès qu’il sera à nouveau proposé le 15 mai.

Avec le soutien d’un modérateur qui relaie les questions des apprenants, le formateur donnera en trois heures aux dirigeants, aux gestionnaires d’équipes ou aux directeurs des ressources humaines des clés pour préserver l’engagement de leurs employés. « Comment créer les bonnes conditions pour se mobiliser ensemble ? Nous allons parler de confiance, d’équité, de justice, et de la différence entre optimisme naïf, pessimisme et réalisme. Nous aborderons ainsi comment gérer le climat émotif des équipes et adopter le bon ton », explique Jean-François Bertholet.

Des compétences essentielles pour tous ceux qui cherchent des cadres en cette période de crise, mais qui sont bombardés d’informations difficiles à filtrer, selon le professeur. Or, la mobilisation des employés est encore plus importante dans le contexte actuel. « C’est le moment de vérité, déclare le formateur. Les gens se souviendront de comment leurs patrons ont géré la crise, car c’est un moment très émotif. Le danger, c’est d’être uniquement sur l’adrénaline. Il faut une mobilisation durable, car cela ne va pas être un sprint, mais un marathon. »

Depuis le mois d’avril, l’École des dirigeants de HEC Montréal a mis en place plus de vingt formations en ligne, notamment en matière de commerce et de marketing numériques, de décisions de gestion, de communication de crise et de télétravail, ainsi que des capsules Web. Pour gérer les besoins immédiats en contexte de crise et préparer la relance.

Le bon moment pour investir dans sa carrière

Chez ETS Formation, le « service de perfectionnement » va au-delà du domaine du génie pour lequel l’École de technologie supérieure est reconnue. Avec la pandémie, l’établissement a accéléré son offre de formations en ligne, ce qui ne se limite pas à mettre un formateur derrière un écran, souligne la directrice d’ETS Formation, Isabelle de la Barrière. Il faut stimuler l’intérêt des apprenants devant les écrans, en organisant des groupes dynamiques sur le plan pédagogique.

Les formations qui se déroulaient sur deux jours en contexte présentiel ont été réduites à des blocs d’une à trois heures, et certains sujets brûlants ont été mis au premier plan. Comment développer son leadership d’influence ou faire face au stress en période de turbulence ? Comment gérer une équipe en télétravail, organiser des réunions efficaces à distance ou animer des classes virtuelles dynamiques ? Autant de compétences devenues indispensables.

À ces formations adaptées à la crise s’ajoutent d’autres offres permettant au travailleur d’améliorer son CV en allant chercher des atouts appréciés par les entreprises. « C’est le moment d’investir dans sa carrière, car on ne sait pas à quoi ressemblera le marché du travail cet automne », conseille Isabelle de la Barrière, qui estime que le moment est très bon pour réfléchir aux besoins de l’entreprise et à ses besoins propres, en amorçant une réflexion sur son CV et son plan de carrière. Veut-on se projeter dans un autre poste dans le futur ?

ETS Formation renouvelle chaque semaine son offre pour s’adapter au marché et propose à la demande d’entreprises des formations pointues réservées à leurs salariés. Une occasion de former son personnel tout en encourageant la cohésion des équipes. Comme le télétravail, les formations à distance pourraient bien se généraliser dans l’univers professionnel des Québécois.

Des formations d’avenir

Chez Infopresse, les formations en ligne étaient sous-utilisées, selon la directrice formation et développement, Isabelle Charron. L’organisme a effectué un sondage auprès de ses clients dès la première semaine de confinement pour cibler les meilleurs sujets et créneaux horaires pour sa nouvelle offre virtuelle.

« Nous avons lancé une dizaine de nouveaux formats courts sur les sujets les plus en demande », explique la directrice, pour qui la crise va forcer les entreprises à accélérer leurs stratégies numériques, à renouveler leur communication et leur marketing et à redéfinir leur stratégie d’engagement social. Des thèmes liés au SEO, la publicité, les réseaux sociaux, les achats en ligne, l’interprétation des données, ont notamment été demandés par les clients. « Quels choix numériques faire pour mieux se transformer et rebondir après la crise », « Instagram à l’ère de la COVID-19 », « Accroître sa performance et celle de son équipe par une meilleure gestion du stress » ou « Réussir sa gestion de changement » sont quelques exemples de formations clés adaptées à l’actualité.

Les conseils d’experts pour apporter des réponses à la crise, mis en ligne sous forme de courtes capsules gratuites, ont par ailleurs rencontré un vif succès. « Nous espérions une centaine de personnes — sachant qu’en contexte présentiel, nous avons habituellement de 250 à 300 personnes — et nous avons atteint des records inégalés, avec entre 700 et 800 inscriptions à nos premières capsules, des milliers de vues et un fort engagement des participants », se réjouit la directrice. Les certifications professionnelles et parcours sur mesure pour les entreprises offerts en ligne ont aussi reçu un coup d’accélérateur.

Pour Isabelle Charron, la formation en ligne a un bel avenir devant elle. « Cela va s’accélérer, comme le télétravail, qui était expérimenté de manière très inégale, mais que tout le monde connaît maintenant. Les gens vont découvrir la facilité de la formation à distance et l’évolution des outils technologiques, qui se sont perfectionnés avec les années. La diffusion en direct permet aux participants de poser toutes leurs questions et de recevoir une réponse instantanément, comme s’ils étaient en classe. Je suis convaincue que ces formations virtuelles vont rester au cours des prochains mois et années. »