L’intelligence urbaine au service des villes

Stéphane Gagné Collaboration spéciale
Une formation sur l'intelligence urbaine sera donnée sur le campus de l'Université Laval du 25 mai au 3 juin prochain.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Une formation sur l'intelligence urbaine sera donnée sur le campus de l'Université Laval du 25 mai au 3 juin prochain.

Ce texte fait partie du cahier spécial Universités d'été

Les villes veulent se mettre à l’heure du numérique et de l’intelligence artificielle. La formation offerte par une nouvelle école d’été à l’Université Laval est un pas dans cette direction.

Nous connaissons l’application P$ Service mobile, permettant à l’automobiliste montréalais de payer sa place de stationnement à partir de son cellulaire, ou l’application Nomade, à Québec, qui aide l’usager à gérer toutes les questions relatives au transport en commun. L’intelligence urbaine, c’est aussi la technologie 5G et l’Internet des objets. Et ce ne sont là que quelques exemples des services que peut rendre l’intelligence artificielle aux citadins.

Un service dont les villes souhaitent tirer parti. La création de l’École d’été en intelligence urbaine par l’Université Laval (une première cette année) vise à combler ce besoin. La formation sera donnée sur le campus du 25 mai au 3 juin. Sehl Meloulli, professeur au Département de systèmes d’information organisationnels, en est le responsable. Pour cette première édition, il espère avoir une quarantaine de participants provenant de cinq milieux (élusmunicipaux, chercheurs universitaires de renommée internationale, entreprises privées, OBNL œuvrant en participation citoyenne et étudiants). Les étudiants visés sont ceux inscrits à la maîtrise sur mesure en intelligence urbaine de l’Université Laval.

Lors de ces journées, différents aspects de l’intelligence urbaine seront examinés : l’apport des technologies, les défis de leur mise en place, les composantes, les indicateurs et l’apport de l’intelligence artificielle et de l’Internet des objets.

Le Québec compte 1100 municipalités, dont plusieurs de petite taille. Si on exclut les plus grosses (Montréal, Québec et quelques autres),beaucoup n’ont pas encore pris le virage de l’intelligence urbaine. Selon M. Meloulli, le monde municipal s’y intéresse toutefois. « L’Union des municipalités du Québec (UMQ) fait de grands efforts pour promouvoir cette technologie », affirme-t-il. Par exemple, l’UMQ a été l’un des partenaires importants dans la réalisation du Livre blanc sur la ville intelligente, produit par le Réseau de l’informatique municipale du Québec.

D’autres écoles d’été

Au cours de l’été qui vient, l’Université Laval mettra en branle une panoplie d’autres écoles d’été dans des domaines très variés : administration, développement durable, éthique et société, enjeux internationaux et arts, patrimoine et design. Plusieurs de ces écoles se dérouleront à l’étranger, notamment au Mexique, en Norvège ou en Suède. Leur durée varie de quelques jours à quelques semaines. Plusieurs écoles, telles que l’Université féministe d’été, l’École d’été en éthique organisationnelle et l’École d’été sur les conflits et les interventions internationales (qui se tiendra à Paris), abordent par ailleurs des sujets très actuels.