Les écoles talmudiques ouvriraient toutes les portes

Le couple Lowen-Wasserstein demande un jugement déclaratoire affirmant que le gouvernement du Québec et les écoles hassidiques violent les droits des enfants en matière d’instruction.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Le couple Lowen-Wasserstein demande un jugement déclaratoire affirmant que le gouvernement du Québec et les écoles hassidiques violent les droits des enfants en matière d’instruction.

Le président de l’Association hassidique juive pour l’enseignement à la maison a soutenu lundi en Cour supérieure que l’éducation talmudique rigoureuse offerte par la communauté hassidique préparait les élèves à toutes les carrières possibles.

Abraham Ekstein témoignait pour la défense dans le recours intenté par Yochonon Lowen et Clara Wasserstein, deux anciens membres de la communauté juive ultraorthodoxe de Boisbriand. Les plaignants soutiennent que le gouvernement du Québec et plusieurs écoles hassidiques ne leur ont pas assuré une éducation appropriée, en violation de la Loi sur l’instruction publique.

M. Lowen et Mme Wasserstein, un couple marié dans la quarantaine, allèguent que les écoles juives privées gérées par la communauté Tash à Boisbriand, au nord de Montréal, ne les ont nullement préparés à la vie dans le monde extérieur.

M. Ekstein a soutenu lundi que, pour un jeune homme qui achève son éducation talmudique, « rien ne l’empêche d’apprendre [ensuite] toutes les autres choses qu’il veut dans sa vie ». Il a expliqué que la communauté hassidique au Québec enseigne aux enfants à être analytiques et à penser logiquement — des compétences qui, dit-il, sont essentielles pour pratiquer à peu près n’importe quel métier. Mais en contre-interrogatoire, il a admis que l’enseignement talmudique était réservé aux seuls garçons.

« Je ne peux pas dire quelles sont les raisons de Dieu pour lesquelles c’est mieux ainsi », a déclaré M. Ekstein devant le juge Martin Castonguay.

Il a par ailleurs souligné qu’en vertu de règles plus strictes, les membres des communautés juives ultraorthodoxes au Québec doivent désormais inscrire leurs enfants comme « élèves à la maison », et que l’enseignement qu’ils reçoivent est surveillé par le ministère de l’Éducation.

Le meilleur statut, c’est de devenir un érudit de la Torah

 

Le couple Lowen-Wasserstein, qui a quitté la communauté hassidique Tash en 2010, ne réclame pas de dommages et intérêts : il veut toutefois « éviter que des générations futures d’enfants subissent ce qu’ils ont subi ». Ils demandent un jugement déclaratoire affirmant que le gouvernement du Québec et les écoles hassidiques violent les droits des enfants en matière d’instruction.

Une autre vision de l’éducation

M. Ekstein, un juif hassidique âgé de 41 ans, a été appelé comme seul témoin de l’avocat David Banon, qui représente les écoles hassidiques de Boisbriand. Les avocats du gouvernement du Québec ont achevé leurs plaidoiries jeudi. Me Banon n’a appelé aucun témoin de la communauté Tash.

Abraham Ekstein dirige l’Association hassidique juive pour l’enseignement à la maison, qui agit comme intermédiaire entre le gouvernement du Québec et la communauté juive ultraorthodoxe en matière d’éducation.

Il a déclaré que la communauté hassidique de Montréal à laquelle il appartient, composée de 600 à 700 familles, partage les mêmes valeurs que les juifs ultraorthodoxes de Boisbriand. Dans ces communautés, a-t-il dit, le fait d’obtenir un titre professionnel n’a pas la même valeur que pour les non-juifs.

« Le meilleur statut, c’est de devenir un érudit de la Torah », a-t-il expliqué, en faisant référence au livre sacré des juifs. « C’est ce que je veux pour moi-même et pour mes enfants. »

Yochonon Lowen avait précédemment déclaré que lorsqu’il a quitté la communauté Tash il y a dix ans, il parlait à peine anglais et pas du tout français, n’avait jamais entendu les mots « science » ou « géographie » et n’avait jamais parlé à une femme qui n’était pas membre de sa famille.

L’avocat de M. Lowen et de Mme Wasserstein, Bruce Johnson, a mis en doute la pertinence d’une grande partie du témoignage de M. Ekstein, en soulignant qu’il n’appartenait pas à la communauté Tash. Il a aussi relevé que des témoins potentiels n’étaient pas disponibles pour être contre-interrogés.

« C’est comme s’ils avaient fait venir un lobbyiste en cour pour témoigner », a dit Me Johnson, en relevant que la communauté Tash avait appelé M. Ekstein à la barre, mais n’avait présenté aucun témoin issu de ses rangs.

Le procès doit se poursuivre mercredi avec les plaidoiries finales.