La CSDM refait ses devoirs en immobilisations

Héritage Montréal accueille favorablement l’idée d’aménager une nouvelle école primaire au centre-ville sur le site du Grand Séminaire.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Héritage Montréal accueille favorablement l’idée d’aménager une nouvelle école primaire au centre-ville sur le site du Grand Séminaire.

Devant l’échec apparent du projet Lab-École au centre-ville, la Commission scolaire de Montréal (CSDM), qui a un besoin urgent d’une nouvelle école dans ce secteur en pleine croissance, s’est rabattue sur un « plan B ». Elle cherche désormais à construire une école de 28 classes sur le terrain du Grand Séminaire, situé sur le flanc du mont Royal.

Selon ce qu’a appris Le Devoir, le comité exécutif de la CSDM a résolu au cours des derniers jours de proposer ce scénario au ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES). Le projet prévoit un bail emphytéotique à long terme qui permettrait la construction d’une école préscolaire et primaire dans le stationnement situé à l’arrière du Grand Séminaire. Il serait aussi possible de convertir des immeubles existants, dont l’ancienne chaufferie, dans ce projet d’école.

« On espère avoir une réponse de Québec cet hiver pour procéder rapidement à un appel d’offres pour une firme d’architectes », confirme Catherine Harel Bourdon, présidente de la CSDM.

 
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Si le projet reçoit les autorisations et le financement nécessaires, l’école serait aménagée dans le stationnement du Grand Séminaire.

La plus grande commission scolaire du Québec s’est tournée vers le Grand Séminaire parce qu’un autre projet d’école au centre-ville, annoncé en grande pompe par le précédent gouvernement, reste au point mort un an et demi plus tard. Cette école primaire de 50 millions de dollars devait être construite dans l’ancien jardin des Soeurs grises, adjacent à l’Université Concordia, rue Saint-Mathieu.

Il s’agissait d’un des sept projets vedettes du Lab-École, cette initiative visant à créer « l’école de demain », confiée au chef Ricardo Larrivée, à l’architecte Pierre Thibault et au cycliste Pierre Lavoie.

Le projet des Soeurs grises est considéré comme mort et enterré dans le milieu de l’éducation, parce qu’il a été planifié dans un jardin classé patrimonial. Une trentaine d’arbres matures auraient été sacrifiés. La perte anticipée de ce lieu naturel et historique d’une valeur inestimable a provoqué une levée de boucliers de citoyens et de groupes de défense du patrimoine.

« L’annonce de ce projet d’école en plein jardin des Soeurs grises était une nouvelle absolument ridicule », affirme Dinu Bumbaru, d’Héritage Montréal. M. Bumbaru faisait partie du mouvement d’opposition contre ce projet. Il rappelle que ce parc — un des rares espaces verts dans ce secteur du centre-ville en forte croissance démographique — avait donné lieu dans les années 1970 à une « bataille héroïque contre un projet immobilier terrible ».

Passer à autre chose

Héritage Montréal se réjouit du choix du Grand Séminaire pour aménager une nouvelle école primaire. Le centre-ville a hors de tout doute besoin de cette école, souligne Dinu Bumbaru. La croissance de la population est telle qu’une autre nouvelle école, prévue celle-là dans un bâtiment patrimonial de la rue de la Montagne, est devenue nécessaire. Ce projet (dans l’ancienne Académie Bourget) chemine comme prévu, indique la présidente de la CSDM.

C’est une « excellente chose » de planifier une école sur le campus du Grand Séminaire, dont la vocation éducative remonte au XVIIe siècle, souligne Dinu Bumbaru. « Marguerite Bourgeoys enseignait là », rappelle-t-il.

Cette école adjacente au Grand Séminaire pourrait-elle devenir le septième projet du Lab-École ? M. Bumbaru croit que oui, dans la mesure où un bâtiment d’exception s’impose dans ce « lieu merveilleux et historique ». Il existe néanmoins des architectes de talent hors du Lab-École, fait valoir le spécialiste du patrimoine.

La CSDM compte soumettre une autre liste de projets au Lab-École. Catherine Harel Bourdon rappelle que le projet des Soeurs grises « ne faisait pas partie des choix qu’on privilégiait pour faire un projet Lab-École ». Cette annonce du ministre de l’Éducation de l’époque, Sébastien Proulx, avait pris tout le monde par surprise à la CSDM. Elle dit souhaiter que le septième projet du Lab-École (celui qui est mis sur la glace à l’heure actuelle) soit de nouveau attribué à la CSDM.

Le Lab-École, de son côté, confirme que le projet des Soeurs grises est au neutre. « On est un peu en standby. Notre intervention va commencer une fois que tous les éléments auront été attachés par la CSDM, par le ministère [de l’Éducation] et par la SQI [Société québécoise des infrastructures, qui est impliquée dans les projets de plus de 50 millions de dollars] », dit Sarah Leblanc, responsable des communications du Lab-École.

Les six autres projets retenus par le Lab-École progressent comme prévu, selon elle. Cinq donnent lieu à un concours d’architecture. L’autre est porté par les professionnels du Lab-École. « On considère toujours qu’on va accompagner un projet du Lab-École à Montréal, mais on n’est pas au courant de ce qui est en train de se passer », dit Sarah Leblanc.

Le MEES a indiqué mardi en soirée que des discussions ont eu lieu avec le ministère de la Culture et des Communications au sujet du projet des Soeurs grises «pour s’assurer de l’acceptabilité sociale en lien avec l’aspect patrimonial». «Depuis, le projet a été mis en veille par la commission scolaire et les autorités du ministère et d’autres options sont actuellement en analyse.» 

1 commentaire
  • Marc Davignon - Abonné 18 décembre 2019 08 h 51

    Des idées de génie?

    Pour s'assurer de la réussite d'un projet, rien de mieux qu'un lieu d'exception! C'est ça le <lab-école>, s'assurer d'avoir une <terrain> prisé par tous ces sans-génie <créateur de richesse>?

    Et l'enseignement ... là-dedans?

    Pas capable de faire l'entretient des écoles construire dans les années 50, comment feront-ils avec ce bâtit des années 1850?

    Est-ce que les enfants l'est de Montréal pourras bénéficié de ce magnifique <instrument d'enseignement> ?

    Que de l'esbroufe cette <vision innovatrice>.