Le Québec possède le système scolaire le plus inéquitable au pays

Le Québec a le système scolaire le plus inéquitable au pays. Telle est la conclusion que tire le mouvement L’école ensemble dans un rapport dévoilé lundi, fondé sur des chiffres inédits de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

« On a un système d’éducation qui ne fournit pas les mêmes chances d’apprendre à tous les élèves. Il reproduit en fait les inégalités sociales : vous arrivez les mains vides, vous allez sortir les mains vides », résume le coordonnateur du mouvement, Stéphane Vigneault.

« Ce qu’on voit, chaque fois qu’il y a une étude sur le sujet, ce sont toujours à peu près les mêmes résultats », constate pour sa part Emmanuelle Doré, professeure invitée au Département de didactique de la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université du Québec à Montréal.

« On a un système maintenant qui semble être à trois vitesses : l’école [ordinaire], l’école avec des programmes particuliers [sélectifs], et les écoles privées », observe quant à elle la présidente du Conseil supérieur de l’éducation, Maryse Lassonde.

Pour sa part, le président de la Fédération autonome de l’enseignement, Sylvain Mallette, montre du doigt les programmes sélectifs et le manque de ressources pour les élèves en difficulté. « Ces deux phénomènes combinés ont eu pour effet de faire en sorte que la classe ordinaire ne soit plus une classe ordinaire dans le système public », constate-t-il.

En octobre 2018, l’OCDE dévoilait les résultats de l’enquête PISA, menée auprès d’élèves d’une quarantaine de pays en 2015. Les chercheurs ont analysé la performance des enfants en sciences, en lecture et en mathématique selon leur statut socio-économique.

Le Canada y fait bonne figure, se classant parmi les pays où les iniquités socio-économiques ont le moins d’incidences sur la réussite des enfants. Une conclusion qui fait néanmoins sourciller M. Vigneault et ses collègues du mouvement L’école ensemble, qui se sont tournés vers l’OCDE afin d’obtenir les chiffres pour chacune des dix provinces canadiennes. Données qu’ils ont obtenues.

Résultats

Comme le système d’éducation « à trois vitesses » du Québec alimente une « ségrégation scolaire », soutient M. Vigneault, celui-ci devinait un portrait sombre pour la province. Reprenant les quatre principaux indicateurs d’équité scolaire de l’OCDE, le mouvement L’école ensemble a constaté que le Québec se classe chaque fois bon dernier au Canada.

À l’échelle du pays, on observe une variation moyenne de 8,6 % dans la performance d’un élève en fonction du statut socio-économique de sa famille. Au Québec, ce chiffre grimpe à 11,2 %, tout près de la moyenne des États-Unis (11,4 %).

De plus, l’écart de performance entre les élèves québécois défavorisés qui fréquentent un établissement privilégié et ceux scolarisés à leur école de quartier est le plus élevé au pays. Alors qu’il est de 44 points d’écart en Ontario, c’est le double au Québec (88 points). La moyenne de l’OCDE est, quant à elle, de 78 points — l’équivalent de trois années scolaires.

Recommandations

Pour rendre le système québécois plus équitable, le mouvement L’école ensemble propose de mettre fin aux programmes particuliers sélectifs et de couper le financement aux écoles privées. Cela aurait pour effet de ramener dans le giron du public des élèves plus performants, avance Stéphane Vigneault. Des solutions que soutient également la présidente de la Fédération des syndicats de l’enseignement, Josée Scalabrini.

Quant à Mme Lassonde, elle croit que les projets particuliers devraient être offerts à tous. « C’est extrêmement important de ne pas laisser de côté les enfants qui viennent de milieux socio-économiques plus faibles », dit-elle.

M. Mallette soutient de son côté que l’idée de l’école publique comme pilier social s’est perdue au fil des différentes réformes apportées au système d’éducation. « Il y a eu un désistement collectif. On a abandonné collectivement ce projet, qui reste l’une des idées fondatrices du Québec moderne. C’est l’école publique qui a permis au Québec d’entrer dans la modernité, pas l’école privée », constate-t-il.

Mme Doré abonde en ce sens. « Qu’on ait les meilleurs moyens, les meilleures mesures, on va générer des inégalités si on ne remet pas en question des éléments beaucoup plus fondamentaux », note-t-elle.

Avec Leïla Jolin-Dahel