La maternelle 4 ans recrute dans les CPE

Sept enfants sur dix en maternelle 4 ans pour l’année scolaire 2019-2020 recevaient déjà des services éducatifs avant d’entrer au préscolaire.
Photo: iStock Sept enfants sur dix en maternelle 4 ans pour l’année scolaire 2019-2020 recevaient déjà des services éducatifs avant d’entrer au préscolaire.

La vaste majorité des enfants qui fréquentent la maternelle 4 ans proviennent de services de garde, révèlent des données préliminaires obtenues par Le Devoir. Ces chiffres contredisent la volonté du gouvernement Legault d’offrir des services éducatifs aux enfants de 4 ans qui ne sont dans aucun réseau scolaire ou de garde.

Trois enfants sur dix (30 %) inscrits à la maternelle 4 ans ont le profil recherché par le gouvernement : ils étaient auparavant gardés à la maison, chez des membres de leur famille ou par d’autres services non régis par l’État. Ce sont les enfants qu’on appelle « hors réseau », qui ne recevaient aucun service spécialisé en petite enfance.

La nette majorité des enfants en maternelle 4 ans (70 %) pour l’année scolaire 2019-2020 recevaient déjà des services éducatifs avant d’entrer au préscolaire. Ils proviennent de centres de la petite enfance (CPE), de garderies privées subventionnées ou de services de garde en milieu familial reconnus par le gouvernement.

Ces données ont été dévoilées en vertu de la Loi sur l’accès aux documents des organismes publics. Il s’agit de données préliminaires, établies d’après un échantillon regroupant 29 des 72 commissions scolaires, dans toutes les régions du Québec. Ces chiffres représentent près de la moitié (45 %) des enfants qui ont une place en maternelle 4 ans (3177 élèves sur 7080).

70 %
C’est la proportion d’enfants en maternelle 4 ans qui étaient déjà dans le réseau.

Un échantillon d’une telle ampleur révèle sans aucun doute une tendance de fond, estime la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ), qui a obtenu ces données auprès des commissions scolaires. « La maternelle 4 ans ne rejoint pas les enfants qui n’étaient nulle part, comme le voulait le gouvernement, mais plutôt une majorité d’enfants qui étaient en service de garde », dit Valérie Grenon, présidente de la FIPEQ.

Elle est convaincue que le gouvernement Legault « rate la cible » en offrant la maternelle à tous les enfants de 4 ans. « Le gouvernement a toujours dit qu’il développerait les maternelles 4 ans en complémentarité avec notre réseau, mais on n’en voit plus, de complémentarité. Vraiment, ils ont perdu le contrôle », dit la présidente du syndicat qui représente 12 500 éducatrices en milieu familial et en installation.

Promesse électorale

La provenance des enfants inscrits en maternelle 4 ans était le secret le mieux gardé en ville. Le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Jean-François Roberge, a reconnu au mois d’août qu’il ignorait d’où viennent les élèves de maternelle 4 ans.

Un des objectifs du programme est pourtant d’offrir des services éducatifs aux enfants qui tombent entre les mailles du filet, parce qu’ils n’ont jamais fréquenté un CPE ou un autre service de garde reconnu par l’État. C’est pourquoi le ministre Roberge a demandé à toutes les commissions scolaires de sonder les parents d’élèves de maternelle 4 ans pour savoir où étaient leurs enfants avant d’entrer au préscolaire. Ce sont ces données que la FIPEQ a obtenues par la Loi sur l’accès à l’information.

La présidente de la FIPEQ n’est pas étonnée que les maternelles recrutent dans les garderies, parce que le gouvernement a fait des campagnes de promotion de la maternelle 4 ans dans les réseaux sociaux et a contacté les parents d’enfants qui étaient en CPE.

« Le premier ministre a la lubie de remplir une promesse électorale, il veut la cocher dans son calepin, mais on ne tiendra pas rigueur à M. Legault s’il revient sur sa promesse », dit Valérie Grenon.

Deux réseaux forts

Loin de reculer, le gouvernement compte faire adopter cet automne le projet de loi 5, instaurant les maternelles 4 ans pour tous — et non plus seulement dans les milieux défavorisés, comme c’est le cas jusqu’à maintenant. Avec la création cette année de 250 nouvelles classes, ce sont 644 classes de maternelle 4 ans qui sont offertes en milieu défavorisé.

Le ministre Roberge a décliné notre demande d’entrevue, dimanche, à ce sujet. Il attend d’avoir le portrait complet, dans toutes les commissions scolaires, avant de commenter. En entrevue avec Le Devoir le 5 septembre, il avait toutefois assuré que le gouvernement tient à garder les deux réseaux (maternelle 4 ans et services de garde) forts et complémentaires.

« Je ne suis vraiment pas inquiet pour les CPE, a-t-il dit. On a annoncé 10 000 ou 12 000 nouvelles places en CPE. Si on pensait que les CPE allaient se vider, on n’en bâtirait pas de nouveaux. On est convaincus que les places qu’on va ouvrir en CPE vont se remplir rapidement : il y a plus de 40 000 parents sur des listes d’attente pour une place en CPE. C’est un bon réseau qui sert bien les gens, et on va le développer. »

La CAQ s’est engagée à mettre fin à la modulation des tarifs de garde en fonction du revenu des familles, instaurée par les libéraux, rappelle Jean-François Roberge. Le retour du tarif unique redonnera de la « compétitivité » aux CPE, selon lui.

Impact dans les CPE

D’ici là, les maternelles 4 ans vont chercher la majorité de leurs élèves dans les services de garde. Des commissions scolaires du Saguenay–Lac-Saint-Jean, de la Côte-Nord, de la Gaspésie, de la Montérégie, du Centre-du-Québec, de l’Outaouais et de Québec y recrutent une nette majorité de leurs élèves de maternelle 4 ans. En Estrie et en Abitibi-Témiscamingue, le taux de réponse des parents a été moins élevé, mais la tendance indique aussi un recrutement des enfants dans les services de garde.

Dans l’île de Montréal, seules les données de la CSDM ont été rendues publiques à ce jour : moins d’un enfant sur trois (28 %) en maternelle 4 ans n’avait aucun service éducatif avant d’entrer au préscolaire 4 ans.

Dans les services de garde, on confirme que l’augmentation de l’offre en maternelle 4 ans a commencé à se faire sentir. Un sondage interne mené par le Regroupement des CPE de la Montérégie indique que 3,5 % des enfants de 4 ans de la région qui avaient une place dans un CPE ont fait le saut en maternelle à temps plein.

« Cette année, ça n’a pas été l’hécatombe, mais on est très préoccupés pour l’avenir », dit Claudette Pitre-Robin, directrice générale de l’organisme qui rassemble 110 centres de la petite enfance de la Montérégie.

« La raison principale invoquée par la grande majorité des parents [pour envoyer leurs enfants en maternelle 4 ans] est d’alléger la gestion du quotidien. Il est plus facile pour eux d’aller à un seul endroit matin et soir quand ils ont plusieurs enfants », précise la responsable des CPE de la Montérégie.

12 commentaires
  • Samuel Prévert - Inscrit 30 septembre 2019 07 h 27

    Éducatrices voilées, enseignantes non voilées?

    Est-ce que ça signifie que les petits vont se retrouver avec des éducatrices voilées, en particulier à Montréal? La loi 21 aurait dû s'étendre jusque dans les garderies.

    Je vois aussi des fillettes dans des cours d'école primaire avec un voile sur la tête ainsi que des surveillantes. Je ne peux accepter qu'on dise aux filles qu'elles sont des objets de convoitise tandis que les hommes seraient impuissants à contrôler leurs pulsions. J'aurais souhaité qu'une fois au Québec, les femmes s'empressent de retirer leur voile et profitent de leur liberté nouvelle.

  • Denis Pelletier - Abonné 30 septembre 2019 07 h 50

    Recrutement!

    Les préoccupations de ceux qui critiquent les maternelle 4 ans, sont surtout au niveau de ceux qui craignent pour leur travail. Mon expérience de grand-père dont le petit-fils vient tout juste de se trouver une place à 18 mois, dans le réseau des CPE, me fait penser qu'il ne manquera pas de clientèle pour les CPE.
    J'admire le travail qui s'y fait, et il n'est pas surprenant de voir que les parents qui pensent au bien-être de leur enfant, en les envoyant dans des CPE agréés , migrent vers les maternelles 4 ans.
    Il faut continuer de favoriser les milieux défavorisés, Le vacuum créé par le départ des 4 ans, va laisser de la place pour ceux qui se voient sur les listes D'attente.
    Le terme recrutement pourrait être remplacé par migration de clientèle. Un problème pour un groupe de personnes peut offrir une piste de solution pour d'autres. Au final, l'objectif sera atteint, en ayant, en plus, rehaussé le niveau l'offre de service pour le tout-petits.

  • Jacques Patenaude - Abonné 30 septembre 2019 08 h 10

    C'était à prévoir

    Lorsque dans une école ou un Cégep on offre sur une base volontaire un service visant à améliorer les performances scolaire, ce sont toujours les meilleurs élèves qui s'inscrivent en premier. On ne fait que constater la même chose pour les parents qui choisissent les CPE. Il était à prévoir que le projet manquerait le bateau si la cible du programme était "d'offrir des services éducatifs aux enfants de 4 ans qui ne sont dans aucun réseau scolaire ou de garde".

    • Pierre Grandchamp - Abonné 30 septembre 2019 08 h 54

      Une autre promesse qui bat de l'aile, Comme celle sur le mode de scrutin.Ce gouvernement va trop vite; comme dans le dossier des commissions scolaires.

  • Daphnee Geoffrion - Inscrite 30 septembre 2019 09 h 40

    La maternelle 4 ans recrute....misère, la tromperie.
    Les maternelles 4 ans n'ont pas besoin de "recruter", leur liste d'attente déborde et les parents de CPE ou de garderie privée ont choisit d'y inscrire leur enfant par choix car la maternelle 4 ans est beaucoup mieux adapté pour les enfants de 4/5 ans que les CPE ou pire les garderies privées.
    Les enfants né après le 30 septembre auront 6 ans à leur entrée en maternelle régulière, ils 'ennuient dans leur boîte à soulier et sont tannés de tourner en rond dans leur 400pc.
    Mon fils vient tout juste de débuter et je lutte pour contrer la désinformation médiatique.
    Qui ne comprend pas qu'un milieu scolaire est beaucoup mieux adapté et stimulant qu'un CPE ou une garderie. Le personnel est mieux formé, Les classes sont plus grande, les enfants ont accès à une grande cour, un gymnase, une bibli. Les enfants côtoient des plus vieux, ils ont des modèles qui les encouragent.
    La maternelle 4 ans est le pont parfait entre la garderie et la vie scolaire, une parfaite entrée en la matière. Et si votre enfant n'est pas prêt, parfait, la maternelle 4 ans libère des places autrement impossible à avoir en CPE. C'est quoi le problème ?

    En fait je sais très bien qui ne comprend pas:
    Les éducatrices, les directrices de CPE, les propriétaires de garderie, le personnel des commissions scolaires et les ennemis jurés de la CAQ, ce parti maudit qui cherche des solutions rapides et efficaces pour nos enfants.
    Toujours un paquet d'adulte immature prêt à porter préjudice à nos enfants pour protéger leur job et nuire à des politiciens.
    En france les enfants commencent à 3 ans, à NY les maternelles 4 ans sont implantés partout.
    Je ne suis pas pro CAQ mais je suis franchement tanné de la mauvaise foi des anti CAQ.
    On ne démoli pas gratuitement un beau projet pour nos enfants juste parcqu'on déteste un parti ou qu'on a un hypothèque a payer.
    Un peu de maturité dans ce dossier svp..pour nos petits québecois qui sèchent depuis 15 ans.

    • Pierre Grandchamp - Abonné 30 septembre 2019 17 h 07

      On ne démolit pas. On se rend compte que les bottines ne suivent pas les babines. Selon les derniers chiffres, les coûts dépassent de beaucoup ce qu'on nous avait promis.Ce gouvernement va trop vite, là-dedans, à mon humble avis.

      Les maternelles 4 ans, inaugurées par le gouvernement précédent, c'est une bonne proposition, surtout en milieux défavorisés. Pour permettre de dépister tôt les enfants ayant des difficutés d'apprentissage ou d'adaptation.

      Moi, ce qui me dérange: quand ce qu'on nous avait promis est bafoué.

    • Jacques Patenaude - Abonné 30 septembre 2019 18 h 49

      En France en Ontario et à new York Il n,y a pas de service comparables à ce que nous avons au Québec. Je comprend votre propos. Votre enfant semble près pour l'école mais le projet de la CAQ dit À "offrir des services éducatifs aux enfants de 4 ans qui ne sont dans aucun réseau scolaire ou de garde". Ce qui ne semble pas être votre cas. Personne n'est contre l'idée que défend la CAQ. C'est plutôt que leur projet bien que louable en soit tel qu'il est présenté ne vise pas les objectifs présentés. Le vrai débat me semble surtout être sur comment on pourrait adapter cette promesse pour qu'elle atteigne ses objectifs. Je ne suis pas non plus un partisan de la CAQ. Je reconnaît cependant qu'ils font beaucoup mieux que les libéraux mais dans ce dossier ils devraient avoir un peu plus de flexibilité pour arriver à leur fin. Il me semble qu'ils ont négligés la réalité québécoise dans ce dossier.

  • Daphnee Geoffrion - Inscrite 30 septembre 2019 09 h 58

    M.Patenaude.
    Si les parents de 300 enfants de CPE décident d'inscrire leur enfants à la maternelle 4 ans, il y a donc 300 places pour des enfants qui étaient au privé ou en milieu familiale en CPE.
    Alors qu'est ce que ca change?
    L'important croyez moi, c'est que le plus d'enfant possible sortent des garderies privées et familiales au plus vite.

    • Jacques Patenaude - Abonné 30 septembre 2019 21 h 33

      D'accord pour que le plus d'enfants possibles trouvent une place en CPE. Mais selon les objectifs du gouvernement les maternelles 4 ans sont pour les enfants qui n'ont accès présentement à aucun service éducatif car ils ont des besoins plus important. Je constate seulement que le déploiement actuel sert à ceux qui sont déjà bien servit.