Coup de coeur pour les étudiants créateurs d’entreprises

Hélène Roulot-Ganzmann Collaboration spéciale
L’entreprise Défie Toi  permet aux enfants à besoins particuliers de s’épanouir en pleine nature.
Photo: Défie Toi L’entreprise Défie Toi permet aux enfants à besoins particuliers de s’épanouir en pleine nature.

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

Les Fonds de recherche du Québec (FRQ) sont associés à OSEntreprendre, un organisme ayant pour mission de faire rayonner les initiatives entrepreneuriales des élèves et des étudiants. Ainsi, depuis 2017, dans le cadre du Défi OSEntreprendre, le scientifique en chef du Québec remet des prix coup de coeur à des étudiants qui démarrent leur entreprise pendant leur parcours scolaire. Les lauréats reçoivent des bourses de 500 $ à l’échelle régionale, et un prix de 5000 $ à l’échelle nationale. Le Devoir s’est entretenu avec trois des lauréates de 2019.

« Le prix nous a permis de nous faire un nom et de développer notre réseau dans la région, indique Valériane Côté-Lemay, copropriétaire de l’organisme Défie Toi avec Élisabeth Arsenault-Duquet. Ça rend fier de recevoir un honneur, c’est sûr. Mais ça nous a surtout permis de faire un grand bond en avant. »

Défie Toi est une entreprise située dans les Laurentides qui a pour objectif de stimuler les enfants ayant des besoins particuliers au moyen d’activités physiques adaptées en plein air. Elle rend accessibles à ces enfants divers camps de jour, activités physiques et événements sportifs familiaux afin qu’ils aient la chance de vivre des expériences plaisantes et enrichissantes, et ce, dans des milieux de vie agréables et sains.

« Aux enfants ayant un défi particulier tel que l’autisme, l’anxiété, la dyspraxie ou la dysphasie, on propose souvent des activités entre quatre murs parce que certains d’entre eux ne vont pas avoir conscience du danger ou sont fugueurs ou agressifs, explique Mme Côté-Lemay. Or, quand ils sont dans la nature, ils font des progrès énormes. »

On y va à tâtons

Il faut croire que la demande était là puisqu’entre les étés 2018 et 2019, la fréquentation du camp de jour a enregistré une croissance de 75 %. Les deux jeunes femmes ne comptent d’ailleurs pas s’arrêter en si bon chemin, elles qui souhaitent maintenant offrir des services plus individualisés et inviter des spécialistes — psychoéducateurs, ergothérapeutes, éducateurs spécialisés, etc. — sur les lieux afin qu’ils puissent observer les enfants dans un autre contexte que le milieu scolaire et familial.

« Le plus difficile, confie Élisabeth Arseneault-Duquet, c’est de réussir à récolter toutes les informations de manière à faire les bons choix. Quelle structure pour l’entreprise ? Quel financement ? Comment faire un plan d’affaires ? Les ressources ne sont pas centralisées, alors, au départ, on y va à tâtons et, aujourd’hui, on passe beaucoup de temps à réparer nos erreurs du début. »

Or, le temps, c’est ce qui leur manque cruellement, elles qui, en plus de gérer leur petite entreprise, sont étudiantes à l’Université de Montréal. Maîtrise en psychoéducation pour Valériane Côté-Lemay, baccalauréat en psychologie pour Élisabeth Arsenault-Duquet. Une fois leur formation universitaire terminée, les deux jeunes femmes souhaitent développer une pratique privée, notamment pour rembourser leurs dettes d’études. Mais à terme, elles espèrent bien pouvoir se consacrer à temps plein à Défie Toi.

Crédibilité et visibilité

Du temps, c’est aussi ce qui manque à Katerine Vannini. À 39 ans, la jeune femme a travaillé comme hygiéniste dentaire pendant une dizaine d’années avant de devoir arrêter la pratique en bouche à cause de problèmes aux mains. Elle enseigne alors l’hygiène dentaire au cégep, mais le peu d’espoir qu’elle a d’être titularisée dans un délai raisonnable la détourne de cette carrière.

En 2017, elle reprend ses études. D’abord, un cours en lancement d’entreprise, puis, aujourd’hui, des études de deuxième cycle en gestion d’une clinique dentaire à l’Université Laval. Parallèlement, elle se lance en affaires en fondant Hygiéniste pigiste, qui deviendra dans quelques jours Solution ManageDent. Elle propose ses services aux cliniques dentaires tant du point de vue de la gestion d’une clinique et des ressources humaines que de la formation et du conseil pour les hygiénistes.

« Je travaille la semaine pour mon entreprise et la fin de semaine sur mes cours, indique-t-elle. C’est très exigeant, mais le fait d’être à l’université m’apporte beaucoup, notamment de la crédibilité. La grande majorité des étudiants sont des dentistes. Ils savent que je suis la même formation qu’eux et, comme nous échangeons beaucoup sur un forum, ils saisissent ma façon de penser et d’appréhender le métier. Pour mon réseau, c’est une grande chance. »

Tout comme le prix coup de cœur OSEentreprendre qu’elle a reçu cette année.

« Les dentistes sont des gens très exigeants, constate-t-elle. Le fait que j’aie reçu ce prix, et toute la médiatisation autour, me rend plus visible, plus crédible. »

Mme Vannini travaille déjà aujourd’hui à temps plein. Dès les prochaines semaines, elle compte s’entourer d’une équipe afin de répondre à la demande grandissante.

La date limite d’inscription au Défi OSEntreprendre 2020 est fixée au 20 mars prochain.