Québec dit non aux parents refusant que leurs enfants aient une enseignante voilée

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge
Photo: Jacques Boissinot Archives La Presse canadienne Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge

Le gouvernement Legault dit non aux parents qui voudraient changer leur enfant de classe si l’enseignante porte le voile.

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a ainsi réagi à une lettre ouverte publiée dans le quotidien Le Devoir mercredi.

Les signataires demandent, si l’enseignant porte un signe religieux, de pouvoir changer leur enfant de classe, au nom du « droit à des institutions et des services publics laïques », tel qu’inscrit dans la Loi sur la laïcité de l’État adoptée en juin.

En mêlée de presse mercredi matin avant de se rendre à la séance du cabinet Legault, le ministre Roberge a rapidement fermé la porte à leur requête.

Selon ses mots, il n’appartient pas aux parents de choisir ou de magasiner leur enseignant. Il a ajouté que cela n’est pas prévu dans la loi sur la laïcité et que le gouvernement n’a pas l’intention d’aller dans cette direction.