La CSDM défie le gouvernement sur la laïcité

La loi adoptée sous le baîllon en fin de semaine dernière bafoue la diversité et l’harmonie qui règnent dans les écoles de Montréal, fait valoir la CSDM.
Photo: Michaël Monnier Le Devoir La loi adoptée sous le baîllon en fin de semaine dernière bafoue la diversité et l’harmonie qui règnent dans les écoles de Montréal, fait valoir la CSDM.

La plus grande commission scolaire du Québec défie le gouvernement Legault en repoussant d’un an et demi l’application de la Loi sur la laïcité qui interdit le port de signes religieux par les enseignants et les directions d’école.

Opposée à cette loi « impossible à gérer », la Commission scolaire de Montréal (CSDM) a résolu mercredi soir de lancer une série de consultations qui reporteront l’application de la loi à l’automne 2020. Les commissaires ont décidé de consulter les conseils d’établissement des 191 écoles de la commission scolaire, le comité de parents, le comité sur les services aux élèves en difficulté, les syndicats et les associations de cadres sur les façons de mettre en oeuvre la loi.

La CSDM se défend de prôner la désobéissance civile, comme le font les deux commissions scolaires anglophones de l’île de Montréal, mais refuse de faire respecter la loi à la rentrée de l’automne prochain.

« Le premier ministre pensait qu’il allait clore le débat, moi je pense qu’il fait juste ouvrir un débat social très présent dans nos milieux montréalais », a dit Catherine Harel Bourdon, présidente de la CSDM, en marge du conseil des commissaires tenu mercredi soir.

Des enseignants, dont des femmes voilées, et des parents sont venus implorer les commissaires de la CSDM de refuser de mettre en oeuvre la Loi sur la laïcité.

Un enseignant de cinquième année du primaire, Alex Pelchat, l’a décrite comme une « attaque directe contre l’essence même de la CSDM ».

La commission scolaire n’hésitera pas à embaucher des enseignantes portant le voile en cas de besoin, a expliqué la présidente. La pénurie de suppléants donne lieu à des situations troublantes où une dizaine de remplaçants se succèdent parfois dans des classes du primaire, ce qui nuit aux élèves.

Des politiques à modifier

La loi adoptée sous le bâillon en fin de semaine dernière bafoue la diversité et l’harmonie qui règnent dans les écoles de Montréal, fait valoir la CSDM.

« Ce n’est pas une question de défier le gouvernement, c’est que comme structure démocratique, on a des instances, on a des consultations à mener et une Loi sur l’instruction publique qu’on veut respecter », a expliqué la présidente de la plus grande commission scolaire du Québec.

La vaste consultation lancée par la CSDM vise à modifier cinq politiques internes de la commission scolaire qui encadrent notamment l’embauche des enseignants, les stages des futurs enseignants ainsi que l’égalité pour les communautés culturelles et les femmes.

Le conseil des commissaires a demandé à la direction générale de la CSDM de lui soumettre un rapport à ce sujet à l’automne 2020. D’ici là, la commission scolaire affirme qu’il est hors de question de faire appliquer l’interdiction de porter des signes religieux par ses enseignants et ses directions d’école.

Du sable dans l’engrenage

La commissaire indépendante Violaine Cousineau avait proposé une résolution prônant la désobéissance civile, comme ont convenu les commissions scolaires English-Montréal et Lester-B.-Pearson. Elle s’est ralliée à la proposition de la présidente de la CSDM.

« Les collègues ont décidé ce soir, et je les trouve courageux, de mettre du sable dans l’engrenage pas mal infernal d’un projet de loi extrêmement délétère. C’est vraiment la réponse de David contre Goliath, une réponse qui dit aussi que Montréal va parler », a-t-elle réagi.

La Loi sur la laïcité est « toxique », selon la commissaire Cousineau. « Le gouvernement est en train d’ébranler un vivre-ensemble harmonieux. Ce n’est pas de gaieté de coeur qu’on sera dans une partie de bras de fer, mais il y a une responsabilité citoyenne. Ce ne sera pas la première fois qu’on sera en discussion musclée avec le gouvernement du Québec. »

32 commentaires
  • Mathieu Lacoste - Inscrit 20 juin 2019 00 h 46

    « La loi […] bafoue la diversité et l’harmonie qui règnent dans les écoles de Montréal, fait valoir la CSDM»



    Pour l'instant c'est la CSDM qui bafoue la loi, et le gouvernement devrait en profiter pour abolir les commissions scolaires.

    • Denis-Émile Giasson - Abonné 20 juin 2019 18 h 11

      La CSDM bafoue la Loi et je me propose de faire de même: devrais-je suspendre le financement qu'elle compte recevoir le temps que durera sa réflexion?

  • Gilles Bonin - Inscrit 20 juin 2019 02 h 45

    La CSDM

    ce gros pachiderme empâté et récalcitrant à tout.

  • Réal Boivin - Abonné 20 juin 2019 05 h 28

    L'arrogance de la CSDM

    J'espère que le gouvernement prendra les mesures nécessaires contre la CSDM et en fera un exemple pour tous les organismes qui prônerons la désobéissance civile.

  • Jacques Pellerin - Abonné 20 juin 2019 05 h 43

    Deux poids deux mesures

    La CSDM qui parle d'écoute dans le cas de la loi sur la laicité, se refuse à l'écoute dans le cas des Petits Chanteurs du Mont-Royal

    La vertu serait-elle à géométrie variable?

  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 20 juin 2019 06 h 56

    … Laïcité de l’État !

    « Le conseil des commissaires a demandé à la direction générale de la CSDM de lui soumettre un rapport à ce sujet à l’automne 2020. D’ici là, la commission scolaire affirme qu’il est hors de question de faire appliquer l’interdiction de porter des signes religieux par ses enseignants et ses directions d’école. » (Marco Fortier, Le Devoir)

    Bien sûr que bien sûr que certes (?!?) mais, d’ici ce genre d’automne 2020, la CSDM, tout comme les autres Commissions d’ailleurs et autrement, risque d’être ABOLIE, et ce, avant même que ne soit appliqué tout quelconque appel à la « quasi » désobéissance civile !

    De cette réaction, on-dirait, de plus, que cette Commission scolaire aurait intérêts à relire-revisiter le Rapport Parent, toujours d’actualité, une relecture susceptible de l’inspirer vers tout principe en lien avec (ou sans ???) la …

    … Laïcité de l’État ! – 20 juin 2019 -