Transfert confirmé d’écoles anglophones montréalaises au réseau de langue française

<p>Les trois écoles anglophones compteraient présentement un total de 743 élèves qui seront donc acheminés vers une autre école pour la prochaine rentrée.</p>
Photo: Olivier Zuida Archives Le Devoir

Les trois écoles anglophones compteraient présentement un total de 743 élèves qui seront donc acheminés vers une autre école pour la prochaine rentrée.

Le ministre de l’Éducation du Québec a déclaré en début de journée, mardi, qu’il enclencherait en journée le processus visant le transfert de trois écoles de la Commission scolaire English Montreal à la Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île.

En entrevue à la station radiophonique 98,5 FM, le ministre Roberge a précisé que le transfert serait assuré par un décret entériné par le Conseil des ministres. Cependant, il a assuré que si une alternative viable lui était proposée d’ici l’adoption du décret, il serait disposé à l’écouter.

Le ministre avait indiqué qu’à défaut d’accord avant le 10 juin à minuit, la Commission scolaire English Montreal devrait se départir des écoles primaires General Vanier et Gerald McShane, de même que de l’école secondaire John Paul I, situées dans les arrondissements Montréal-Nord et Saint-Léonard, à la faveur de la Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île.

Le ministre avait expliqué que le taux d’occupation d’écoles de langue anglaise était faible alors qu’à la prochaine rentrée scolaire, la Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île serait à court de 3000 places pour recevoir sa clientèle. Il a ajouté que les négociations qui duraient depuis longtemps n’avaient rien donné jusque-là et qu’il était temps d’agir.

La présidente de la Commission scolaire English Montreal, Angela Mancini, a fait savoir que des propositions ont été faites à l’autre commission scolaire, mais que celles-ci ont été refusées.

En entrevue au journal The Gazette, le président de la Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île, Miville Boudreault, estime que le transfert des trois écoles est une mesure exceptionnelle. À son avis, la qualité de l’éducation offerte aux élèves de ses écoles souffre du manque d’espace ; des bibliothèques ont été fermées de même que des locaux pour les arts et la musique, et des bureaux ont dû être aménagés dans des corridors.

Les trois écoles anglophones compteraient présentement un total de 743 élèves qui seront donc acheminés vers une autre école pour la prochaine rentrée, à la fin de l’été.

La Commission scolaire English Montreal tiendra mardi une assemblée des commissaires notamment pour décider s’il est pertinent de réclamer qu’une injonction empêchant le transfert d’écoles soit réclamée à un tribunal.